Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les actualités sur le projet

Publié le

Le blog : Défense de la presqu'île d'Albigny est aussi une source d'informations et d'actualités.

____________________________________________________________________

Des promesses aux réalités

Des promesses aux réalités

Communiqué de presse / recours contre les délibérations du 9 avril 2015


Deux associations, Les Amis de la Terre 74 et Lac Annecy Environnement et deux citoyennes contribuables d'Annecy le Vieux ont déposé mardi 9 juin un recours en excès de pouvoir contre les deux délibérations du 9 avril prises par la C2A relatives à l'adoption de l'avant-projet définitif du CESC sur la presqu'île d'Albigny et à l'approbation du dossier d'enquête publique. 
Comme l'avait annoncé leur avocat Maître Cofflard lors de la réunion publique du 30 mai dernier, la légalité des délibérations du 9 avril 2015 apparaît très critiquable et affecte la régularité du dossier de saisine du Préfet qui doit ouvrir l'enquête d'utilité publique.    

Les moyens d'annulation exposés par lui et repris dans leur recours ne manquaient pas et concernaient aussi bien la procédure que le fond des décisions attaquées : irrégularité des délais de convocation et méconnaissance du droit à l'information des conseillers communautaires, absence de saisine préalable de la Commission d'appel d'offres, avenant bouleversant l'économie générale du marché de maîtrise d'oeuvre ruinant ainsi les conditions initiales de la procédure de jury concours et entachant la régularité du dossier de saisine du Préfet.    

 L'augmentation du coût initial de plus de 6 millions soit plus de 18 % au seul stade de l'avant-projet définitif (c'est-à-dire avant même d'avoir commencé les travaux!) impacterait gravement le budget de la C2A et donc celui de ses contribuables.    

Les élus ne devraient pas pouvoir être consultés sur la base d'un projet prévoyant d'ores et déjà de telles augmentations de prix.    

Ce recours s'inscrit dans la même démarche que les autres procédures juridiques en cours : la réponse à l'appel suite à l'invalidation partielle du PLU d'Annecy le Vieux et le recours contre le SCoT.
Nous citoyens, agissant à titre associatif ou individuel poursuivons par ce recours notre engagement à défendre le site de la Presqu'île d'Albigny afin qu'il ne soit pas irrémédiablement dénaturé par ce projet inutile et imposé.
 

Les Amis de la Terre – Lac Annecy Environnement – Deux citoyennes contribuables -
_________________________________________________________________________

Bonjour à tous,
Comme nous l'avions annoncé à notre réunion publique du 30 mai dernier, nous avons déposé hier un recours en excès de pouvoir contre les délibérations adoptées par la C2A le 9 avril dernier.
Nous sommes heureux d'avoir été rejoints par Lac Annecy Environnement (ALAE), et deux citoyennes contribuables d'Annecy le Vieux.

En tant qu'association mobilisée depuis 4 ans et demie dans la défense de la presqu'île contre ce projet de centre de congrès, il n'était pas concevable que nous acceptions ces décisions sans agir.

Nous avons une responsabilité à l'égard des 16000 personnes qui ont signé notre pétition qui est restée sans effet auprès des porteurs du projet.
Nous avons une responsabilité à l'égard des citoyens de plus en plus nombreux (280 personnes présentes à notre dernière réunion publique un samedi en fin d'après-midi) qui nous interpellent sur l'aberration de ce projet à tous points de vue et nous soutiennent pour qu'il ne voit pas le jour.
A tous, je redis : soyez sûrs que vous pouvez compter sur nous.

Amicalement
Patricia Jarno ; présidente des Amis de la Terre 74 ; 06 24 27 45 04
Ps :  Si vous souhaitez rejoindre le groupe terrain écrivez à
lapresquiledalbigny@gmail.com.
        Si vous souhaitez des autocollants ou des tee-shirts (c'est la saison !) contactez par mail contact@amisdelaterre74.org ou par tél
         Et n'oubliez pas de faire connaître ce blog :
http://sauvonslapresquilealbigny.over-blog.com/

Patricia Jarno (présidente des AT74) et Maître Louis Cofflard (avocat des AT74)

Patricia Jarno (présidente des AT74) et Maître Louis Cofflard (avocat des AT74)

Intervention de Denis Duperthuy (Elu communautaire C2A)

Intervention de Denis Duperthuy (Elu communautaire C2A)

Intervention de Bernard Bosson (Maire honoraire d'Annecy)

Intervention de Bernard Bosson (Maire honoraire d'Annecy)

Les auditeurs interressés

Les auditeurs interressés

COMMUNIQUE DES AMIS DE LA TERRE EN HAUTE-SAVOIE

Afin de financer les recours juridiques contre le projet de centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny, les Amis de la Terre en Haute-Savoie ont initié depuis un an une campagne spéciale d'adhésions et de dons à laquelle beaucoup d’entre vous ont participé. Qu’ils en soient très sincèrement remerciés.

Le 20 mai, lors de l’assemblée générale annuelle des AT-74, un compte rendu financier particulier a été présenté sur ce sujet dont le résultat se résume ainsi :

RECETTES : 9.638,45 €,  perçues

  • en espèces : 2.366,45 €,
  • en chèques ou virements bancaires : 7.272,00 € .

Ces sommes correspondent :

  • à des dons qui, pour ceux qui ont été encaissés en 2014, ont fait l’objet de reçus fiscaux envoyés par les AT-74 en février/mars, lorsque les donateurs avaient indiqué leur identité et l'adresse de leur domicile. A défaut (ou en cas d'erreur), vous pouvez envoyer un message à contact@amisdelaterre74.org
  • à des « ventes » de tee-shirts et d'autocollants lors de la tenue de stands ou lors de manifestations publiques.

DEPENSES : 6.055,21 € qui se décompose en frais :

  • d’avocats (Appel contre le PLU Annecy le Vieux, 1ère instance contre le SCoT du bassin annécien): 3.120 € (Pour information,, les AT-74 avaient déjà réglé -en 2012 et 2013- un total de 1.196 € d’honoraires pour la 1ère instance contre le PLU d’Annecy le Vieux, soit le 1/5ème du montant total demandé, alors réparti entre les 5 associations plaignantes)
  • de documents  divers (dont copies documents officiels) : 369,82 €,
  • de location (salles et matériel) : 277,05 €,
  • de tracts, affiches, brochures : 468,58 €
  • d’autocollants (514,40 €) et de tee-shirts spécialement conçus (1.123,01 €)
  • divers : 182,35 €

Plus amples informations peuvent être communiquées, sur demande, par Les Amis de la Terre en Haute-Savoie.

Le solde qui en résulte (+ 3.583,24 €) peut sembler confortable. Il est, cependant, largement insuffisant pour financer les nombreuses actions à venir et mener jusqu'à leurs termes toutes les procédures juridiques actuelles et futures.

Nous comptons donc toujours sur vous

et vous pouvez toujours comptez sur nous !

__________________________________________________________________________

jeudi 28 mai 2015 -N° 22  - LE FAUCIGNY -

ANNECY/ANNECY-LE-VIEUX Mieux que la Croisette, la presqu'île d'Albigny

Centre des congrès :

c'est déjà le festival du film !

Les anti-centre des congrès viennent de lancer une nouvelle offensive sur Internet en postant une longue vidéo dans laquelle ils redisent tout  le bien qu'ils pensent du nouvel équipement prévu à l'horizon 2020. A ce rythme, les  têtes d'affiche, Astorg, Duperthuy, Jarno et l'ancien  maire Bernard Bosson vont finir par voler la vedette à Vincent Lindon. Pour que Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer se prennent les pieds dans le tapis ?

Les actualités sur le projet

cyril pointe

cyril.pointe@lefaucigny.fr

 

Ils ne désarment pas. Après le vote du conseil communautaire de l'agglomération d'Annecy (C2A), le 9 avril dernier, par 38 voix sur les 56 élus que compte l'assemblée, les anti-centre des congrès d'Annecy repartent au combat pour dénoncer autant le non-sens environnemental de la réalisation envisagée sur la presqu'île d'Albigny que le gaspillage d'argent public qui l'accompagnera. Jean-Luc Rigaut, le patron de l'agglo, n'a pas manqué de leur donner du grain à moudre, récemment, en annonçant, avant même le premier coup de pioche, une augmentation du budget de 20% pour les seules études et la construction du bâtiment (nos précédents numéros). À l'initiative de l'association « Les Amis de la Terre », une nouvelle réunion publique des opposants au projet se tiendra ainsi ce samedi 30 mai, à 18 heures, à la salle des Eaux et Forêts d'Annecy (boulevard du Fier/avenue de Genève). Mais c'est bien sur Internet qu'il faut aller chercher la nouvelle offensive des « anti ».

 

scénaristes « en herbe »

II semble bien que le festival de Cannes, dont le rideau vient de tomber sur la Croisette, ait ainsi inspiré le collectif « Citoyens et contribuables », à l'origine d'une nouvelle vidéo des opposants. A moins qu'il ne s'agisse de l’approche du festival du film d'animation d'Annecy. A la manœuvre, deux scénaristes «en herbe », cela va sans dire, Roger Buffard et Gérard Proisy. Leur réalisation a été mise en ligne il y a quelques jours. Elle rencontre déjà un franc succès, avec une « sortie » sur les écrans d'ordinateur et de tablette, il est vrai, très bien relayée sur les réseaux sociaux. Pourtant, cette vidéo de 6 minutes et 16 secondes n'a rien à voir avec une superproduction américaine. Dans le jargon du cinéma, on parlerait plutôt d'un «petit budget ». Les réalisateurs ont en effet tourné avec les moyens du bord, caméra amateur et même vidéo à partir d'un téléphone portable. On est bien loin du film officiel également en ligne, sans aucun doute plus onéreux, des pros de la com’ au service de l'agglo, dont la visite virtuelle du futur site en images de synthèse en met plein les yeux (lire ci-dessous).

Les premières scènes démarrent sur une musique qui ressemblerait à s'y méprendre au générique des célèbres « Dossiers de l'écran », l'émission culte du cinéma d'« Antenne 2 ». Limite anxiogène. Le sujet le mérite sans doute pour les opposants ! L'extrait est en fait tiré d'une œuvre jouée par l'orchestre symphonique de Ljubljana, « Coriolan opus 62 ». Du classique, en somme, qui tranche, là encore avec la musique électronique et résolument futuriste retenue pour accompagner le film de l’agglo. Qu'on se le dise, les deux camps ne vivent pas dans le même monde et n'ont surtout pas la même vision de l'avenir ! La preuve en est donnée par la musique, mais aussi par le texte dès l'introduction de ce film de « citoyens, contribuables, apolitiques » comme l'image le mentionne en haut de l'écran. Pour bien planter le décor de ce qui va suivre, quelques messages clés sont immédiatement figés : « Tous unis pour sauver la presqu'île d'Albigny », « après l'aventure des J.O. d'hiver à Annecy, la construction d'un nouveau centre des congrès », ou encore « un projet surdimensionné qui conduit à un nouveau gaspillage de l'argent public ». Le ton est donné.

 

Bernard Bosson, du « Audiard » dans le texte !

Quatre acteurs principaux vont ensuite se charger d'enfoncer le clou. Au générique, on retrouve deux élus de l'opposition de gauche d'Annecy, François Astorg et Denis Duperthuy, la présidente des «Amis de la Terre », Patricia Jarno, et enfin l'ancien maire de la ville-centre, Bernard Bosson. A la différence près que ce dernier n'apparaît pas «face caméra », comme les trois autres, mais au travers d'un extrait d'interview réalisée sur la télé locale et d'un « son » tiré de l'une de ses interventions publiques sur son opposition farouche au projet, qui résonnerait presque comme un appel à la résistance. Bernard Bosson ne s'en offusque pas : « Les auteurs n’ont pas demandé à me filmer. Mais j'aurais accepté sans hésitation, car je suis en rapport d'absolue amitié et de confiance avec eux », confie l'ancien ministre et député, qui balaie d'un revers de main toute utilisation « abusive » de son image en marquant, une fois de plus, sa totale solidarité avec les détracteurs. Car le sujet lui tient à cœur, au-delà de toutes les chamailleries politiques d'un autre temps qui pourraient ressurgir à cette occasion. « Quand je me suis retiré, j’ai toujours dit que je n'interviendrai jamais sur l’actualité locale, sur les choix, les orientations des élus en poste, parce que je ne veux pas être le vieux con qui a l'air de savoir », explique Bernard Bosson, presque du « Audiard» dans le texte ! Et de poursuivre : « J'ai dit que je ne prendrai pas position, sauf si on venait à toucher au Semnoz et à la protection du lac. A l'échelle des années qui me restent, je pensais vraiment que cela n'arriverait pas. Mais la réalité du projet  de centre des congrès, aujourd'hui, me prouve le contraire, Là on est en train de sacrifier un joyau qui est le bien commun, le jardin de tout le monde, en parfaite contradiction avec les orientations de sauvegarde engagées depuis des décennies. Derrière tous les artifices utilisés pour masquer son impact,  ce projet et plus précisément le choix du site sont une grave erreur, un non-sens absolu qui va aussi créer un précédent extrêmement fâcheux. C'est pour cela que je m'engage sans condition et j'espère que l'on va gagner », poursuit Bernard Bosson. Les militants de tous bords n'ont qu'à bien se tenir !

 

RÉPLIQUES

Sans concertation, donc, avec l'ancien maire, mais en parfaite osmose avec ses convictions, l'élu « vert » de l'opposition annécienne François Astorg, dénonce à son tour devant l'objectif un projet « irresponsable » qui n'a pas vocation à être durable, « alors que le marché des centres des congrès est déclinant depuis plusieurs années et n 'arrive pas à remonter la pente », en rappelant aussi la réalité du centre actuel hébergé par l'« Impérial Palace » qui est déjà « déficitaire ». Astorg s'éclipsera ensuite après une dernière réplique sur le bétonnage à venir, « La presqu'île d'Albigny, c'est 80 % de verdure qu'on va remplacer par 80 % de béton ».

Son collègue de l'assemblée communale, l'ex-Socialiste Duperthuy, lui emboîte le pas en revenant sur le « consensus politique » qui a toujours prévalu pour «faire un grand parc autour de l'Impérial », «pour le rendre accessible à tous les habitants de l'agglomération », et sur lequel s'assoient les porteurs du projet. Denis Duperthuy ne tarde pas non plus à regretter l'absence de consultation populaire qui a entouré le choix du site. En matière de référendum, il aurait presque pu citer le dernier exemple irlandais sur le mariage homosexuel dont les réformistes français de tous poils feraient bien de s'inspirer. Mais sa séquence a été tournée dans les derniers jours d'avril, le résultat des urnes n'était donc pas encore tombé ! Alors Duperthuy en remet une couche, à son tour, sur les « chiffres farfelus annoncés » en matière de retombées économiques, sur un marché des congrès « en déclin ».

Pour éviter que ce film « engagé » ne tourne à la seule tribune politique, le rôle de l'héroïne revient, pour finir, à la présidente locale des « Amis de la terre », Patricia Jarno. Son cheval de bataille : la loi Littoral et ces « 10.000 m2 de béton qu'on veut nous imposer », illustre-t-elle, en prenant soin de tacler la politique urbanistique d'Annecy-le-Vieux, avec l'annulation partielle par le tribunal administratif du PLU de la commune de Bernard Accoyer, justement «pour non-respect de la loi Littoral ».

S'ils ont un peu d'humour, les porteurs du projet accepteront peut-être la projection de ce film, dans quelques années, dans l'auditorium de 800 places prévu six mètres sous terre au sein du futur centre des congrès. Les opposants n'ont, eux, pas dit leur dernier mot pour une projection en plein air.

 

Le centre des congrès fait son cinéma

Le Faucigny a retenu trois films pour sa sélection officielle sur Internet des vidéos pouvant éclairer les esprits sur les protagonistes et les enjeux du futur centre des expositions, des séminaires et des congrès d'Annecy. Nous laisserons le choix à nos lecteurs de décerner le «palmipède d'or » du lac entre :

Voici le travail réalisé par un groupement de citoyens opposés à cet horrible projet :
 
 

"Nous avons décidé de réaliser une vidéo fondée sur des faits, sans polémique et permettant à chacun de se faire sa propre opinion sur le projet d’implantation d’un nouveau centre de Congrès sur la presqu’île d’Albigny.

Il s’agit pour nous de pallier le manque d’informations manifeste de la part des porteurs du projet.

Il convient de rappeler que bientôt, sera ouverte une enquête publique sur la DUP ( directive d’utilité publique) permettant à chacun de pouvoir s’exprimer par écrit.

En tant que Citoyen et Contribuable chacun doit  pouvoir prendre ses responsabilités et être entendu. Les enjeux sont capitaux, tant sur le plan de l’environnement qu’économique et juridique."

Rien n’est joué......Mobilisez vous ...

et aidez nous dans notre combat en diffusant le plus largement possible cette vidéo.

_____________________  Défense de la presqu'île d'Albigny  ______________________

9 avril : adoption de l'avant-projet définitif du

Centre de Congrès par la C2A.

Et maintenant que faire pour en empêcher la réalisation ?

SAMEDI 30 MAI 2015

REUNION DEBAT A ANNECY

18-21 heures

Salle des Eaux et Forêts

(à l'angle de l'avenue de Genève et du boulevard du Fier

Les actualités sur le projet

– A diffuser largement. Merci –

____________________________________________________________________

Après plusieurs mois de travail et d'études, le cabinet d'architecture norvégien Snøhetta a finalisé l'Avant-Projet Définitif (APD) du Centre d'Expositions, de Séminaires et de Congrès sur la presqu'île d'Albigny.

Venez découvrir L'AVANT-PROJET DÉFINITIF (APD) au travers de l'exposition grand public organisée du lundi 11 mai au jeudi 4 juin 2015 dans le hall de l'Hôtel de Ville d'Annecy.

Des panneaux actualisés, un nouveau film virtuel et une nouvelle maquette en 3D vous y attendent.

Horaires d'ouverture :

  • Du lundi au vendredi : de 8h30 à 18h30.
  • Samedis : de 9h à 12h.
  • Fermée les dimanches et jours fériés.

L'objectif de l'exposition est de promouvoir le projet et de promettre monts et merveilles, pas d’être objectif ! Mais n’hésitez pas à aller le voir.

Nous vous incitons à mettre vos commentaires sur le cahier prêt à les accueillir. Celui-ci est d'ailleurs déjà bien rempli.

Hélas la belle ne reçoit pas tout l'hommage espéré !

C'est que la vanité lui a fait croire qu'elle pourrait se situer sur la presqu'île d'Albigny.

Il y a urgence à l'en dissuader.

Et surtout, lorsque l’enquête publique sera lancée, il faudra être nombreux à aller déposer nos critiques sur ce projet afin que la conclusion de l’enquête soit négative. Et que la Déclaration d’Utilité Publique soit refusée. Ne soyons pas DUP !

________________________________________________________________________

Centre de Congrès : Que d’eau, que d’eau !

Évidemment, vouloir construire un Centre de Congrès en zone inondable (même inondée ces jours-ci, comme le montrent les photos ci-dessous), et en plus enterré aux 2/3, c’est assez surréaliste. Nous savons tous que ces débordements du lac arrivent régulièrement. On pourrait se retrouver avec le Centre des Congrès (CESC) transformé en immense piscine souterraine genre « Titanic ». Il y a bien d’autres lieux dans l’agglomération où le CESC pourrait être implanté, qui respecteraient le code de l’urbanisme, ne seraient pas inondables, et permettraient de démarrer sans attendre.

Pourquoi cet acharnement à bétonner les rives du lac ? Les élus qui poussent le projet essayent d’aller à marche forcée sans se soucier de contraintes légales pour essayer de rendre la situation irréversible, malgré les obstacles :

  • Le Tribunal administratif de Grenoble a annulé la partie du Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Annecy-le-Vieux qui aurait permis de construire sur la presqu’île d’Albigny.
  • Le préfet a validé le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du bassin annécien en faisant valoir que la construction sur la presqu’île est d’utilité publique ! Et pourtant, le rôle du préfet est de faire respecter la légalité, pas d’approuver la violation de la loi littoral sous prétexte que le projet lui plait … mais le même préfet fête son départ de la Haute-Savoie le mois prochain…
  • La Déclaration d’Utilité Publique est nécessaire pour pouvoir procéder à des expropriations. Or, il y a encore 6 propriétaires récalcitrants qu’il faudra exproprier, ce qui demandera des mois et peut-être des années … et sera impossible si la DUP est refusée.

En attendant on dépense sans compter pour ce projet, le coût estimé s’envole, les hypothèses de coût de fonctionnement sont irréalistes, et la réalité serait plus certainement un déficit chronique qui plomberait pour très longtemps les finances de l’agglomération, et toute capacité d’investissement.

Non, la presqu'île d'Albigny n'est pas le meilleur lieu pour construire un centre de congrès de 9800 m2 à 30 mètres du lac,

Avec deux niveaux en sous-sol, une large faille sensée y envoyer de la lumière,

Devinez ce qui tombera dans cette faille ? Des torrents d'eau !

Nous savons que de l’autre côté de la route, les sous-sols des immeubles sont  régulièrement inondés.

Il faudra donc pomper ...pomper  ...et devinez qui sera pompé en plus ?

Savez-vous que la mosquée de Meythet a été fermée en 2013, suite à décision judiciare, parceque située en zone inondable !

_______________________  Photos  Plus belle ma vie  _____________________

Nous ne résistons pas à l'envie de vous faire réécouter l'interview du maire honoraire d'Annecy, Bernard Bosson, du 4 avril 2013. Elle n'a pas pris une ride !

___________________________ Librinfo74 ____________________________

L'ECHO DES SAVOIE s'intéresse à notre cause !

Débat Jean-Luc Rigaut Patricia Jarno

Débat Jean-Luc Rigaut Patricia Jarno

Focus

Focus

_______________________________________________________________________

L'"étourderie" et les fausses promesses sont-elles acceptables

venant d’élus qui ont droit à des pages entières dans les journaux,

qui jonglent sans compter avec l'argent public,

qui se font voter des rallonges d'indemnités

grâce à leurs mensonges.

Pas besoin pour eux, d'être compétents, ni transparents, ni de tenir leurs promesses.

Mr Rigaut a "oublié", pendant deux ans, de tenir compte des "études" dans le coût global du centre de congrès! ... une paille de 6,5 millions d'euros. Il jurait que le coût n'augmenterait pas.

Il avait promis qu'il n'y aurait pas d'augmentation d'impôts... à peine élu aux élections municipales, une augmentation est annoncée! 

Par bonheur, l'augmentation de ses indemnités (2000 euros mensuels en tout), a été acceptée par les élus ! Pas de problème pour lui.

Mr Accoyer, qui avait fait voter en 2006 l'achat de la villa Abeille pour 4 000 000 d'€ car " elle était installée sur un site exceptionnel qu'il fallait préserver", veut aujourd'hui la démolir, couper des arbres qui devraient avoir été classés, et les remplacer par un deuxième centre de congrès, monstre de béton, de verre et de bois, de 150m de long, 30m de large et 12m de haut (dernier coût annoncé, 54 000 0000 d'€) !

Ils n'hésitent pas, dans le même temps, au conseil d'Agglo, à dénoncer la diminution des subventions aux collectivités, à déclarer que les habitants devront s'habituer à être moins aidés !! 

Tous deux "oublient" d'informer les habitants-électeurs, que le tribunal administratif a refusé de classer l'emplacement du projet de centre de congrès en zone constructible !

Ils "oublient" de signaler qu'un recours contre le SCoT est déjà bien engagé, qu'il va se heurter aux mêmes freins de la loi Littoral !

Ils continuent d'affirmer qu'ils respectent la loi !!!

L'argent déjà mis dans ce projet sera parti en fumée, comme celui des JO 2018.

Une incompétence qui nous coûte très cherTout cela c'est de la gabegie d'argent public, de nos impôts ! Du transvasement de nos poches dans les leurs... grâce à leurs mensonges, et avec la complicité des journaux.

Il faut que les habitants floués ouvrent les yeux. 

___________________ Josie françois __________________________

CENTRE DE CONGRES : Ne soyez pas DUP !

Devant la résistance de la population au projet de Centre de Congrès sur la Presqu’île d’Albigny, Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer accélèrent pour rendre la situation irréversible, peu soucieux des lois d’urbanisme de protection du littoral, du respect des procédures, et des décisions de justice.

Le 9 avril, l’avant-projet définitif a été voté à la C2A en dépit de la résistance de nombreux élus, et dans la foulée la procédure de DECLARATION D’UTILITE PUBLIQUE (DUP) va bientôt démarrer. La DUP est une procédure administrative qui permet de réaliser une opération d’aménagement sur des terrains privés en expropriant les propriétaires récalcitrants précisément pour cause d’utilité publique. Elle est obtenue à l’issue d’une enquête d’utilité publique. Cette procédure est nécessaire en vertu de l’article 545 du Code civil.

____________________ Plus belle ma vie _________________________
 

Le maire honoraire d'Annecy soutient les opposants au projet : Interview du 19 avril 2015 au Dauphiné Libéré :

Centre de congrès  L’ancien député maire d’Annecy reprend les armes contre le projet d’Albigny

Bernard Bosson : « Me taire serait une complicité » 

« Mon espoir, c’est que les Annéciens se lèvent et disent non à ce projet » assure Bernard Bosson. Au nom du devoir de réserve qu’il s’impose, L’ancien maire ne dira pas un mot sur l’attitude de son successeur, Jean-Luc Rigaut, qu’il a lui-même « porté » à la mairie, il y a plus de huit ans maintenant… Photo le DL/ID.

« Mon espoir, c’est que les Annéciens se lèvent et disent non à ce projet » assure Bernard Bosson. Au nom du devoir de réserve qu’il s’impose, L’ancien maire ne dira pas un mot sur l’attitude de son successeur, Jean-Luc Rigaut, qu’il a lui-même « porté » à la mairie, il y a plus de huit ans maintenant… Photo le DL/ID.

Depuis le début du projet de centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny, vous avez manifesté votre opposition. Mais vos prises de paroles sont restées rares. Pourquoi ?

« Quand j’ai quitté la mairie après 30 ans de mandats, j’ai toujours dit qu’un ancien maire doit se taire, qu’il a un devoir de réserve sur tous les problèmes locaux. J’ai dit en partant que je  garderais le silence, sauf s’il était question du lac et de ses rives, où je devrais intervenir… En disant cela, je n’imaginais pas un quart de seconde avoir à le faire ! »

La défense du lac et de ses rives, c’est sacré pour vous. C’est le seul dossier sur lequel vous intervenez ?

« La tutelle des anciens maires me hérisse le poil. Ni mon père (NDLR, Charles Bosson), ni André Fumex n’ont agi ainsi ; je suis dans cette filiation. De ce fait, je ne m’exprime pas sur le sujet centre de congrès. Je n’ai rien à dire sur le fait qu’il faut ou non en construire un deuxième, ni de quelle taille et de quel niveau d’équipement. Ni sur la nécessité d’avoir au moins deux hôtels à proximité, et un terrain public pour le construire. Et qu’il faut prévoir et ajouter le prix des parkings… Je ne m’exprime donc que sur un seul point : la localisation sur la presqu’île d’Albigny. Il est évident que je n’ai rien à dire sur autre chose. »

Qu’est-ce qui vous gêne dans cette localisation ?

« Le destin de cette presqu’île… Autour du bâtiment de l’Impérial, qui date des années 1910, elle doit devenir un immense parc de verdure ouvert à tous. Mais ça c’est demain, ce n’est pas pressé. Ils veulent y construire cette immense masse de béton, plus longue que l’Impérial Palace, en réalisant une muraille entre les habitants et leur lac, avec 9000 m² de surface au sol, 10 000 m² de surface de plancher, d’une hauteur de 12 mètres à son point culminant, soit un immeuble avec rez-de-chaussée et trois étages ! Il y a d’autres endroits possibles pour construire ce centre de congrès. Donc ce n’est pas une faute, c’est un crime. »

Selon vous, la règle : rien entre le lac et la première voirie doit s’appliquer ?

« Je ne suis pas le gardien d’un musée, d’une idée ringarde et passéiste. Les Annéciens, qu’ils soient natifs ou adoptifs, se sont appropriés les bords du lac, et cette règle d’or commune à l’immense majorité de la population : on ne construit rien entre le lac et la première voirie, outre des piscines ou des plages. C’est ancré désormais dans l’ADN des Annéciens. »

Les arguments des porteurs du projet, Jean-Luc Rigaut et Bernard Accoyer, sont que cet équipement à cet endroit-là est nécessaire au développement économique. Que répondez-vous à cela ?

« Il s’est forgé dans l’âme de la ville, un sentiment que je tiens à exprimer haut et fort : à Annecy, on n’oppose pas défense de l’environnement et intérêts économiques. “Le cadre a attiré les cadres”, disait Raoul Blanchard repris par Louis Armand. Georges Salomon l’avait bien compris. Aussi, pour faire signer des contrats, il invitait toujours les épouses de ses clients, à visiter la ville, tandis que monsieur visitait l’usine… Ici, c’est notre environnement qui permet l’économie et les emplois. Cela n’a pas de prix, cela a un coût. »

Vous considérez ce projet comme une véritable trahison ?

« Renoncer à cela, c’est-à-dire sacrifier un parc qui doit être celui des habitants et en même temps abîmer les rives, alors que c’est la beauté des rives qui soutient notre économie touristique, c’est une absurdité, une trahison de l’essentiel du message de la ville. »

Que comptez-vous faire alors que les élus ont validé l’avant-projet, malgré les onze votes contre et les quatre abstentions ?

« Je n’ai de leçons à donner à personne, mais j’ai un devoir d’alerte. Mon espoir, c’est que les Annéciens continuent à se lever et à dire non à ce projet. Et le fait que ce soit une zone urbanisée ou pas n’a aucune importance… J’ai été ministre de l’urbanisme, c’est un sujet que je connais. La loi Littoral a été votée en 1981 à l’unanimité, ce qui est rare sur un sujet lié à l’environnement. Elle n’autorise dans les espaces proches du rivage qu’une augmentation de la construction existante. Une loi que la jurisprudence a éclairée en limitant cette augmentation à 10 % maximum. Je n’ai pas trouvé en 20 ans une seule décision contraire ! »

Donc vous êtes donc persuadé qu’il y aura des recours ?

« Il y aura recours c’est sûr ! C’est triste quand il s’agit de défense de l’environnement. On dit toujours que les citoyens ont le lac qu’ils méritent… Alors avant de donner la parole aux juges, les citoyens doivent prendre la parole. »

Selon vous, le préfet devrait-il intervenir ?

« Le préfet applique avec une grande dureté la loi Littoral, sauf dans la ville du député… Pourquoi n’a-t-il pas saisi le tribunal administratif ? Si on a tort, et qu’ils ont raison avec leur dossier en béton – ce qu’il est avec 10 000 m² de béton prévus ! – pourquoi ne pas le faire dire aux juges ? On l’a fait pour le terrain de l’hôpital… »

Vous êtes vraiment choqué par ce qui se passe. Pensez-vous que la loi vous donnera raison ?

« Encore une fois, je ne suis pas tourné vers le passé… Ma vision, c’est l’expérience et l’acquis philosophique d’une ville qu’on risque de détruire. J’en suis absolument bouleversé. Face à ce qui risque de se passer, me taire serait une complicité. La presqu’île est un prétexte, on assiste à un incroyable revirement, en opposant la défense de l’environnement et l’économie. Mais il y a une jurisprudence lac d’Annecy. On a gagné jusque-là, c’est ce qui a protégé Annecy… »

Propos recueillis par Isabelle DAVIER

__________________________________________________________________________

Le 9 avril 2015 devant le Météore

Le 9 avril 2015 devant le Météore

Nos conseillers communautaires ont voté pour la continuation du projet de centre de congrès sur la presqu'île, mais retenons :

 - Les 350 manifestants présents pour accueillir nos élus et les 200 qui ont assisté aux débats.

 - Les interventions des opposants et en particulier, celle, brillante, argumentée et convaincante de Denis Duperthuy.

 - Les commentaires des président et vice président qui ne répondent pas aux questions pourtant précises.

 - L'évolution de l'opinion des votants, sachant que de 3, lors du lancement du projet, ils sont passés à 11 votes contre, plus 4 abstentions.

 - La présence de médias locaux, en particulier de :

 Librinfo74 !

8 Mont Blanc !

__________________________________________________________________

Mr Rigaut communique à tord et à travers :

Sur le centre de congrès. Liste de ses "informations" importantes qu’il a données : 

   - Des propriétaires de la Presqu'ile  attendraient la DUP pour vendre leurs habitations à la C2A,  car ils en seraient financièrement gagnants !

   - Le Préfet approuvera la DUP pour les expulser, le centre de congrès  étant  d'utilité publique, puisque le financement sera public !… le raisonnement ne tient pas.

   - Le conseil général (ou conseil départemental) apporterait 10.000.000 d'euros pour le projet... mais son Président , ne semble pas être au courant !

   - Le coût avancé sous-évalué de 7.OOO.OOO d'euros ; suivant le journal qui rapporte les justifications de Mr Rigaut, il s'agirait:

     .  Soit d'un "amalgame", car le coût « ne comportait pas les études »... Mr Rigaut «croyait » le contraire.

     . Soit "les études de sol se sont révélées plus complexes"... ce n'est pas la même chose !

Donc Mr Rigaut engage l'argent public et diffuse des affirmations péremptoires à partir de ses "croyances" non vérifiées.

Les fondations devraient être « plus complexes » (profondeurs, étanchéité), avec des surcoûts importants. Ces sondages auraient dû être réalisés avant le choix du site !

 

Sa gestion de l’argent public :

. Le désastre budgétaire des JO 2018.

. Les 2000 euros mensuels qu'il s'est fait octroyer dès sa réélection aux municipales.

. La promesse de campagne de non augmentation des impôts, pour rapidement en annoncer des augmentations.

. Ce projet injustifié,  de centre de congrès, dont le coût devrait encore gonfler de façon spectaculaire.

Le maire-d'Annecy-Président-d'Agglo Rigaut gère nos impôts avec une légèreté irresponsable, gaspillant l’argent public sans états d’âme !

 

... Le comble :

Pour compenser, les habitants dépensent beaucoup d’énergie et paient des avocats...

On marche sur la tête, mais on ira jusqu'au bout.

__________________________________________________________________

Plus grand, Plus haut, Plus cher, mais Pas Plus Utile !

Entre nous soit dit

Bonsoir à tous,

La présentation grand luxe sur papier glacé de la nouvelle maquette du centre de congrès ne nous a pas impressionnés.

Un surcoût de 7 millions soit l'équivalent de ce qu'aurait coûté le centre de congrès sur le parking Balleydier (estimé à 6,5 millions)...

La justification donnée par le président de l'agglo dans l'Essor du 2 avril est quelque peu Surprenante de la part d'un élu responsable, qui avait TOUJOURS promis juré que le projet ne coûterait que 37 millions d'euros (hors taxe) : « j'ai fait un amalgame. Je pensais que les 37 comprenaient l'étude mais ce n'était pas le cas ».

Mazette se dit-on, pour un projet de cette envergure, il est seul à « penser »...

D'autant que nous lui avions rappelé moultes fois qu'il oubliait pleins d'éléments dans le montage financier...

Un amalgame de sept millions (20 % d'augmentation tout de même!) qui fait drôlement froid dans le dos quand on sait que le chantier n'est pas commencé. Mais c'est promis juré il n'y aura pas d'autre hausse. OK mais quid des coûts de fonctionnement et des aménagements intérieurs ? OK mais la rénovation de Bonlieu a tout de même coûté le double...

«La collectivité maîtrisera l’exploitation» dit-il «qui sera à l’équilibre avec 200 à 230 jours d’occupation et 900 emplois induits» (Dauphiné du 31 mars 2015).

Quand on connaît la moyenne de 12 congrès par an par site (étude des retombées économiques des centres de congrès en 2011), comment arrive-t-on à ce résultat fantastique ?

Et les emplois induits ? De quoi ? De ces derniers chiffres qui ne reposent sur rien ? (un peu peur à l'amalgame).

Et Mr Rigault poursuit en affirmant que « ce sera un financement public, une exploitation publique et un endroit public. On le fait pour les citoyens. » (Essor du 2 avril).

Les bras m'en tombent. Non seulement le président de la C2A pense tout seul. Et se trompe. Mais il pense pour nous aussi ! On lui a pourtant dit qu'on n’en voulait pas ! (plus de 16000 signatures à la pétition). Mais qui va payer ? Alors là, il est clair : l'agglo et le département (10 à 11 millions) c'est à dire NOUS. Facile ! Pourtant, le président du département réélu ce matin, vient de dénier cet engagement en disant que rien n'avait été voté. Le président de la C2A a-t-il fait un autre amalgame en associant (tout seul) un projet d'agglo au département ? En confondant sa volonté avec celle de tous les élus du département ?...
Et il voudrait nous convaincre qu'il s'agit d'un projet d'utilité publique ???!!!
Ceux qui comme nous pensent que le centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny n'est pas d'utilité publique, c'est le moment :

amicalement

Patricia Jarno  Pdte des Amis de la Terre en Haute-Savoie  06 24 27 45 04

_____________________________________________________

JEUDI 9 AVRIL

dès 17 heures 15

 

DEVANT LE METEORE À MEYTHET

(27, route de Frangy)

 

venons tous dire aux élus de la Communauté

de l’Agglomération d’Annecy (C 2 A)

 

• Annecy • Annecy le Vieux Argonay Chavanod • Cran-Gevrier

• Epagny • Metz-Tessy Meythet • Montagny-les-Lanches

• Poisy • Pringy Quintal • Seynod

 

réunis pour voter pour ou contre

le lancement d'une procédure de D.U.P

 

que le projet de centre de congrès

sur la presqu’île d’Albigny

 

N'EST PAS D'UTILITE PUBLIQUE

 

L'emprise au sol, la hauteur, le coût et notre colère explosent !

A vérifier sur le Blog de Denis Duperthuy

 

Ce qui n'arrivera pas (image C2A)

Ce qui n'arrivera pas (image C2A)

Bonsoir à tous,

Comment se déroule une enquête publique ? Qui peut y participer ? Comment juger de l'utilité publique d'un projet ?
Telles sont quelques interrogations auxquelles pourra répondre Daniel Ibanez, auteur de Trafics en tous genres qui décortiquent depuis trois ans le dossier du Lyon-Turin. Partant de cet exemple il nous démontera les mécanismes des GPI (Grands Projets Inutiles) et les problématiques du débat public

le mardi 10 mars à 20 heures à la salle des Clarisses (Quai des Clarisses) à Annecy.
Nous vous rappelons concernant notre campagne "nous ne sommes pas minoritaires" que vous pouvez vous fournir en autocollants, tee-shirts ou brochures durant la permanence du mercredi à la maison des associations de Cran Gevrier entre 17 et 19 heures.

___________________________________________________________

Trois élus d'Annecy interpellent le préfet

Objet : Demande de saisie du Tribunal Administratif pour avis préalable

                                                                    Annecy, le 22/02/2015

M. le Préfet,

Le président de la communauté d’agglomération d’Annecy annonce, dans une interview au Dauphiné Libéré du 13/02/15, qu’il fera voter en avril le lancement d’une procédure de Déclaration d’Utilité Publique concernant la réalisation d’un nouveau centre d’expositions, de séminaires et de congrès, sur la presqu’île d’Albigny. Cette procédure se terminera par votre décision de signer ou non la déclaration d’utilité publique.

Le projet qui est aujourd’hui proposé est estimé à plus de 7000 m² de surfaces utiles, alors que la superficie estimée du bâti sur les terrains actuels serait d’environ 1000 m². Il nous faut ici rappeler que le lieu de la presqu’île d’Albigny est soumis à la loi littoral et qu’il comporte un certain nombre d’espaces remarquables. Cette loi prévoit la possibilité d’une « extension limitée d’urbanisation » en cas de réaménagement urbain. Cette notion, floue, s’interprète à la lecture des divers jugements et arrêts qui font la jurisprudence des tribunaux.

                                   

Pour notre part, d’après ce que nous en avons compris, cette jurisprudence semble à présent admettre une augmentation de surface du bâti comprise entre plus ou moins 10% par rapport à l’existant. On observe, dès lors, que le projet de nouveau centre des congrès est largement en dehors de cette fourchette, ce qui risque d’alimenter les contentieux à l’encontre du projet.

Pour éviter de perdre du temps et surtout de l’argent public, il nous semble préférable de prendre le problème « à l’envers ». Il nous apparaît plus judicieux de faire dire le droit et la jurisprudence directement par le Tribunal Administratif en ce qui concerne la constructibilité de ce tènement. Cela revient à poser au Tribunal Administratif, dans ce qui est appelé un avis préalable, la question suivante : étant donné le bâti existant, la surface du terrain, et l’application sur ce lieu de la loi littoral, pouvez-vous nous indiquer quelle pourrait être la surface bâtie maximale que ne devrait pas dépasser tout nouveau projet ? C’est pourquoi nous vous sollicitons ce jour.

Vous comprendrez, Monsieur le Préfet, que notre démarche vise l’intérêt général, celui de la sauvegarde de l’argent public et la prévention des risques contentieux. Il est évident qu’un avis préalable qui invaliderait d’entrée de jeu le projet retenu par la C2A permettrait à celle-ci d’arrêter de s’obstiner dans un projet irréalisable aux yeux du droit et ferait faire des économies.

Nous espérons, Monsieur le Préfet, que notre démarche d’élus responsables, soucieux du bon usage de l’argent public et de la sauvegarde des intérêts des habitants de notre bassin de vie, saura vous convaincre d’engager une telle procédure auprès du Tribunal Administratif (qui a un délai de réponse très court ce qui ne ralentira en rien le projet, mais sécurisera ce point important).

Nous vous remercions pour l’attention portée à cette lettre et vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre plus haute considération.

        Denis Duperthuy                 Claire Lepan               Gérard Tupin

_________________________________________________________________

Réponse de Monsieur le préfet à Denis Duperthuy, Claire Lepan et Gérard Tupin

Réponse de Monsieur le préfet à Denis Duperthuy, Claire Lepan et Gérard Tupin

Essor Savoyard du 19 février 2015

Essor Savoyard du 19 février 2015

Mrs Rigaut et Accoyer rivalisent dans la désinformation et la langue de bois :

La dictature, c'est "ferme ta gueule",

et la démocratie, c'est "cause toujours"!

Ce vendredi 13, dans une interview du Dauphiné Libéré, Mr Rigaut affirme que le projet se porte bien, que dans 1 an tout sera bouclé, qu'il y aura de la démocratie (il serait temps !!!).

Il avance des dates pour l'achat des propriétés, pour une DUP permettant d'expulser les derniers propriétaires, pour le début des travaux... et curieusement, elles ne cessent d'être repoussées.

Il n'évoque à aucun moment le recours contentieux des Amis de la terre contre le SCOT du Bassin Annécien, déposé en Août 2014.

Celui-ci met en cause la légalité de la prescription de construire le centre de congrès sur la presqu'île, et dénonce la violation de la loi Littoral.

Pourtant, le mémoire en défense a été envoyé en janvier 2015 ...il ne peut l'ignorer ! OU BIEN, IL PREFERE QUE LES HABITANTS NE LE SACHENT PAS !

Cette procédure devrait durer environ deux ans, comment peut-il affirmer avant le jugement, que la construction pourra commencer en été 2016 ?

Le même vendredi 13, (loi du hasard ?  date porte-bonheur ? , stratégie ?), Mr Accoyer, à l'Espace Rencontre d'Annecy-le-Vieux, présidait une réunion publique, accompagnée d'une exposition, pour informer les habitants de la révision du PLU...OUI! Le PLU voté en 2012 a été partiellement rejeté, pour deux sujets en rapport avec le secteur d'Albigny :

          -  le long de l'Avenue du Petit-port,  secteur proche des rives,  les arbres auraient dû justifier un classement en espace boisé protégé

          -  le site a subi un nouveau classement en zone constructible pour le tourisme... ce qui est illégal dans ce secteur.

Pour la révision du PLU, 4 Cabinets d'Etudes !! (Payés par les contribuables, pour aider à contourner la loi ??)

Au menu : qu'est-ce qu'un PLU ? quelles sont les étapes ? (rien de nouveau par rapport au précédent), projection et commentaires de cartes illisibles, nombreuses photos de paysages ruraux, comme si la commune était un gros village.

Aucune image concernant le lieu exceptionnel à préserver, objet du litige, sur la presqu'île... sauf pour dire que le public aura plus d'espace, puisqu'on serait autorisé à se promener sur le toit (même s'il y avait des congressistes en masse ?).

Quelques questions furent posées après avoir dû décliner : nom, prénom, et adresse

Elles ont porté sur " le vide " des panneaux d'exposition présentés à la mairie, sur la difficulté des opposants à avoir des renseignements ... et sur le Centre de Congrès et son site.  Et avant que Mr Accoyer regarde avec impatience sa montre, il a subitement monté le ton de façon péremptoire en déclarant que : quoiqu'il en soit, la municipalité ne changerait pas de position :

          -   Pour les espaces boisés, pas de soucis, le sujet est à l'étude

          -   Pour le classement illicite, ce n'est pas vrai !! (déni de réalité)

          -   Pour une question sur les risques de perturbation de l'écoulement des eaux de ruissellement qu'entrainerait un excès de constructions, pas de soucis, tout a été prévu.

Notre avis : cette réunion " démocratique «, c'est de la poudre aux yeux, surtout que la prochaine réunion n'aura lieu qu'en mai.

Les contribuables vont encore devoir payer ces inconséquences.

A coup de sondages géologiques, d'enquêtes publiques à répétition (il y en aurait moins si les lois étaient respectées !), d'expositions, de cabinets d'experts, de com..., la note des ancileviens et de toute l'Agglo ne cesse d'augmenter...en période de crise et de baisse des subventions !

__________________________________________________________________

En vue de la révision du PLU d'Annecy le Vieux ,une réunion publique se tiendra :

Vendredi 13 février 2015

à 19h30 à  l'ESPACE RENCONTRE 

39 rte de Thônes à ANNECY-LE-VIEUX

 

C'est une opportunité pour exprimer notre souhait de la préservation des bords du lac, et de réaffirmer notre refus de la construction d'un Centre de Congrès sur la presqu'île d'Albigny.

Préparez vos questions il est important que nous soyons nombreux

notons également  qu'une exposition consacrée au PLU et évoluant au fur et à mesure de cette révision est présentée à la mairie d'Annecy-Le-Vieux et restera visible jusqu'au vote du PLU ( une grande partie de l'année .)

il y est déposé un registre où chacun peut s'exprimer .

Il faut persévérer avec les moyens que nous donne la loi ...

SAUVONS-LA-PRESQU'ILE D'ALBIGNY

__________________________________________________________________

Bonsoir à tous,


Un grand merci à la cinquantaine de personnes présentes vendredi soir à la salle des Papeteries au lancement de notre campagne "NOUS NE SOMMES PAS MINORITAIRES". Outre les dernières informations liées au projet et la découverte de la brochure, nous avons ll longuement  échangé sur l'absence de la prise en compte de l'opinion du citoyen par rapport pourtant à un projet qui serait entièrement financé par lui ....

Elles sont reparties avec des autocollants et des brochures, et la conscience du rôle que chacun et chacune a à jouer dans la visibilité de notre opposition à ce projet.
Elle doit se voir maintenant et de plus en plus. Et pour cela nous avons besoin de vous !

Faites circuler la brochure largement. Aidez nous à diffuser les autocollants en venant les chercher à la permanence de la maison des Assocs  tous les mercredis entre 17 et 19 heures ou en me contactant par téléphone. J'ai également des tee-shirts "sauvons la presqu'île" à disposition.  Je recherche des lieux relais où nous puissions  laisser du matériel  en dépôt : domicile, cafés....
Dans les 13 communes de l'Agglo et au-delà : certaines personnes présentes venaient bien au delà !

Persuadée que nous devons reprendre notre avenir en main !!!!

 

Patricia JARNO

La brochure

La brochure

L'autocollant

L'autocollant

Le slogan du tee shirt

Le slogan du tee shirt

Essor Savoyard du 22 janvier 2015

Essor Savoyard du 22 janvier 2015

__________________________________________________________________

Nous, les Amis de la Terre en Haute Savoie reprenons  notre bâton de pèlerin pour poursuivre notre lutte contre le projet de centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny, lutte commencée maintenant il y a plus de 4 ans.

Et nous vous invitons tous                            
                          
le vendredi 23 janvier à partir de 18 h30,

                          Salle des Papeteries, 22 allée des Harmonies

                                     (face à la maison des associations) à Cran-Gevrier

AU LANCEMENT DE NOTRE CAMPAGNE «  Nous ne sommes pas minoritaires » en réponse à JL Rigaut sur TV8 Montblanc qui a prétendu le contraire en novembre dernier.

Il vous sera présenté à cette soirée notre nouvel autocollant ( à apposer sur chaque voiture, vélo, poussette...), et notre brochure reprenant les éléments de fond du dossier afin de vous apporter une information que les porteurs du projet ne vous donnent pas et que vous êtes en droit de savoir non ?

2015 est une année décisive. C'est maintenant qu'il faut exprimer massivement notre refus de ce projet en le montrant, en le disant, en le faisant savoir encore et toujours aux habitants des 13 communes de la C2A. Tous, nous sommes concernés !

Vous pourrez vous approvisionner en autocollants, tracts, brochures, tee-shirts toute la soirée jusqu'à 22 heures.

Ensuite ce sera à la permanence des Amis de la Terre à la maison des Assocs le mercredi entre 17 et 19 heures ou par l'intermédiaire des correspondants qui habiteront le plus proche de chez vous. Je lance d'ailleurs un appel à volontaires pour devenir « correspondants » (si vous êtes intéressé, écrire à contact@amisdelaterre74.org) ou renseigner le chapitre "contact" de ce blog.

Un repas léger préparé par Laurène Pellarini (formatrice en cuisine biologique) vous sera également proposé afin que nous passions un moment convivial et que nous puissions prendre le temps d'échanger entre nous sur le dossier et de mieux nous connaître. 

Je vous attends donc nombreux le 23.

Amicalement
Patricia Jarno

__________________________________________________________________

Le dernier recours contre le projet d'aménagement des Trésum (ancien hôpital d’Annecy) a échoué. Ce projet va donc voir le jour.

Contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, il n'y a aucune raison pour que l'issue soit la même s’agissant du projet de Centre de Congrès sur la presqu’île d’Albigny.

En effet, ce dernier projet :
   - ne respecte pas la loi Littoral,
   - ne respecte pas les espaces boisés remarquables,
   - n'est pas actuellement réalisable du fait de l’annulation partielle par le tribunal administratif du Plan Local d’Urbanisme d’Annecy le Vieux,
   - est largement compromis par le recours déposé récemment contre le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) du bassin annécien,
   - doit être financé par l'argent public.

ALORS , POURQUOI FAIRE UN TEL AMALGAME ? …

Notre combat contre la construction d’un centre de congrès sur la presqu’île d’Albigny n’est pas terminé, et nous le gagnerons !

___________________________________________________________

Chers donateurs,

Je tiens à vous dire qu'au-delà de votre participation financière indispensable pour financer les recours, je suis très touchée par vos marques de sympathie et d'encouragement : certains voudraient faire plus, d'autres regrettent de ne pas venir aux réunions...

Sachez que vous êtes tous formidables, chacun apportant à sa mesure et nous faisant avancer pas à pas mais sûrement.

Et ô combien cela fait du bien à notre équipe qui ne ménage pas ses efforts (depuis 4 ans pour les premiers) pour vous tenir informés, et lutter contre ce projet qui est bien plus qu'un immense bloc de béton que l'on voudrait implanter sur notre presqu'île d'Albigny : il s'agit d'une décision autoritaire d'élus, aveuglés par des années de pouvoir pour certains, qui ne voient plus depuis longtemps ce qui compte pour sa population.

En ont-ils déjà eu vraiment conscience ?

Alors certains ne vont pas manquer de me dire qu'ils y pensent car ils proclament haut et fort que ce projet va créer des emplois, le chiffre de 900 a même été avancé ! Si l'on regarde ça de plus près, nous nous rendons compte bien vite que ces chiffres ne reposent sur rien de concret (sur ce point et bien d'autres, http://centrecongres-albigny.over-blog.com/ ), juste des propos de circonstances repris par tous les porteurs de grands projets inutiles pour faire avaler la pilule des coûts exorbitants de construction.

Sur ce coup là, il faut bien dire que la C2A n'a pas encore délivré son ordonnance.... Pourtant il y a des choses qui ne s'achètent pas, bien plus précieuses que les autres parce qu'elles n'ont pas de prix. Admirer un coucher de soleil sur les vieux bancs devant la villa Abeille, ça n'a pas de prix. Se promener dans la presqu'île seul ou accompagné, profitant de ces arbres magnifiques ça n'a pas de prix.

J'invite les porteurs du projet à se promener sur ces lieux. L'ont-ils jamais fait?

Peut-être comprendraient ils alors que nous sommes tous faits pour grandir et non grossir.

Amicalement

Patricia Jarno

Présidente des Amis de la Terre en Haute-Savoie 06 24 27 45 04

Ps : si vous voulez rejoindre notre équipe de bénévoles, écrivez à contact@amisdelaterre74.org ou tél : besoin d'infographistes, informaticiens...

Annecy le 6 décembre 2014

___________________________________________________________

Voici les liens vers une liste de sites qui participent concrètement à la protection des berges du lac d'Annecy que vous pouvez nous aider à compléter :

- En premier lieu, notre géniteur, (membre du collectif de défense de la presqu'île d'Albigny), l'association d’intérêt général, « Les Amis de la Terre-74 » et en particulier le chapitre consacré au projet de centre de congrès.

- Le blog "Défense de la presqu'île" tenu par un groupe de citoyens locaux, qui fournit des informations, en particulier juridiques et économiques :

 - L'association de défense des berges du lac d'Annecy (membre du collectif de défense de la presqu'île d'Albigny). ALAE (Lac Annecy Environnement) :

 - L'association de protection de la nature (membre du collectif de défense de la presqu'île d'Albigny) la FRAPNA et en particulier la page faisant référence au projet de centre de congrès.

- Le site d’information, associatif et solidaire, Yonne Lautre, et en particulier la page concernant la presqu'île d'Albigny.

- Le site d'info libre sur l'écologie "Reporterre" et en particulier la rubrique destinée aux Grands Projets Inutiles qui fait référence à notre blog

 - L'association "Plus belle ma vie" située à Annecy-le-vieux.

 - Le site “librinfo74.fr”, édité par l’association AAPLE (Association Annécienne pour la Promotion de la Liberté d’Expression), et surtout les articles consacrés à nos actions contre l'implantation d'un centre de congrès

 - Le blog de "café repaire" de Annecy Meythet. qui sait parler de la presqu'île d'Albigny.

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Essor Savoyard)

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Essor Savoyard)

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Dauphiné libéré)

Réunion publique du 19 novembre 2014 (Dauphiné libéré)

Les actualités sur le projet
Les actualités sur le projet

Témoignages

Publié le par Amis de la Terre en Hte-Savoie

Ce chapitre vous est destiné :

Les peintres, les musiciens, les chanteurs, les poètes, les économes et les cartésiens amoureux du site sont nombreux.

Envoyez nous vos œuvres  qui donneront envie de préserver cet espace naturel d'un bétonnage inconsidéré et les finances publiques d'un gaspillage insensé.

__________________________________________________________________

ANNECY VAUT BIEN UNE MESSE

                                                                       

Annecy n’est pas Paris et Henri IV n’est plus, quant aux guerres de religions …Pour autant, loin des nombreuses disputes nationales, en particulier sociétales, mais pas seulement, plusieurs controverses ébranlent la  sérénité du Lac et de ses rives, ou plutôt celle des habitants et des gens attachés à la protection du cadre et de la qualité de vie de leur bassin annécien.  Ainsi, coup sur coup : les Trésums, la presqu’ile d’Albigny, la pollution de l’air, le tunnel routier qui ressort du Semnoz comme le monstre écossais de son lac.

Là un projet urbanistique de 60 000m2 et une architecture considérés par beaucoup comme peu respectueux « d’un paysage urbain sur un site sensible proche du lac » et attentatoire au patrimoine bâti de la vielle ville avec ses  monuments classés et inscrits, ce dont un tribunal n’avait pas disconvenu.

Ici un projet de centre des Congrès qui atteindrait 10000m2 de surface, équipement structurant  de 40000t  de béton [1], dont l’ancien député maire d’Annecy  a souligné « l’absurdité de la localisation » en bordure du Lac, en délicatesse avec la loi littoral, ce qui a valu l’annulation partielle du PLU de sa commune d’implantation projeté.

Officiel, mais longtemps réfuté par une majorité municipale, un classement de 2ème ville la plus polluée de France en microparticules cancérigènes par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de préfecture la plus polluée de Rhône- Alpes par Air Rhône-Alpes.

Prospectif,  le choix  incompréhensible du moins bon scénario  (tunnel routier couplé d’un bus abusivement dit à haut niveau de service) parmi ceux proposés dans les études diligentées par la C2A et repris par le Conseil Départemental pour le « Schéma multimodal des transports en bassin annécien à l’horizon 2030 » : contraire aux objectifs du SCoT, incompatible avec les lois Grenelle, les engagements de l’Etat, ceux de l’Union Européenne, la Convention Alpine, il aggravera, de façon certaine, la congestion automobile des rives du Lac, la pollution de l’air et les risques sanitaires liés, l’impact sur l’environnement, la dépense publique inefficace.

Analogie entre le  national et le local. Quel lien entre les rubriques de cet inventaire ? La récurrence d’une méthode rejetée, celle du passage en force qu’autorise la composition majoritaire d’assemblées régulièrement élues? Le décalage avec le pays réel, celui  des « vrais » gens qui ne souhaitent pas que l’on fasse leur bonheur malgré eux ? Là- haut (et un peu partout en France) plusieurs centaines de milliers de manifestants malmenés avant d’être ignorés par le CESE dont ils sollicitaient l’avis, ou plus récemment des intellectuels hâtivement (dis)qualifiés de « pseudos » pour éteindre un débat mal engagé qu’un non moins précipité décret ministériel d’application ne parvenait pas à clore nuitamment. Sur les bords du lac, plusieurs centaines d’opposants à des choix « imposés », des milliers de pétitionnaires déconsidérés,  plusieurs réunions sans débat pluraliste apaisé.  

Un peu plus de retenue démocratique et un peu moins de dérive autoritaire ne nuiraient pas. Nous déplorons tous le nombre de plus en plus élevé de nos concitoyens qui s’abstiennent de voter [2], marqueur de la coupure du monde politique avec la réalité des gens. Il en est un aspect, celui de leur cadre de vie, de leur santé et de leurs déplacements au quotidien sur lequel ils pourraient être écoutés et consultés; c’est pourquoi 14 associations forment le vœux que les responsables politiques du bassin annécien organisent, avant  la conférence climat de Paris en décembre [3], une grande première,  une concertation exemplaire avec la société civile qu’elles ont dénommée « Grenelle des transports et de la qualité de l’air ».

Annecy vaut bien une grande messe.


[1] Initialement prévu  à proximité du centre d’Annecy (terrains Balleydier proches des Trésums) ; le budget de sa construction (hors acquisitions) vient, après polémiques, d’être officiellement rehaussé de + 20% ( 37 à 44 M€).

[2] Abstentions, blancs et nuls : municipales 2014 Annecy : 51,6% ; départementales Haute Savoie 2015 : 59,9%

[3] 21ème conférence des Nations Unies sur les changements climatiques dite COP 21 (Conference Of Parties).

________________________   Olivier  Labasse    ________________________

Une idée pour passer un moment agréable

Vous êtes "anti centre de congrès"... pour passer un bon moment, je vous suggère d'aller faire un tour à la Mairie d'Annecy où se trouve actuellement l'exposition, pour lire quelques pages du cahier mis à la disposition du public. Vous devriez vous régaler:

   - il est déjà rempli... aujourd'hui, des feuilles volantes de commentaires ont dû y être agrafées

   - les commentaires y sont en majorité hostiles au projet.

   - chacun est vrai, "venu des tripes", tout en restant correct.

      On ressent un consensus de ceux qu'on aura de plus en plus de mal à présenter comme "une minorité", une "poignée d'opposants contre tout" ... et j'en passe !

Et si vous ne l'avez pas encore fait, surtout pour les annéciens, allez à votre tour vous y exprimer ! Un deuxième cahier sera certainement mis à disposition... mais  "au cas où", vous pouvez prévoir une feuille blanche et une agrafeuse !

________________________  Josie le 26 mai 2015  __________________________

Sur l'air du " déserteur " de Boris Vian
Texte "
et chant" de Pierre Cleyet-Merle

Monsieur le Président, je vous fais une lettre que vous lirez peut-être, si vous avez le temps.
J'imagine aujourd'hui ce projet inutile au bout de la presqu'île que beaucoup nous envient.

Du béton et du verre, détruisant la verdure, des arbres centenaires se reflétant dans l'eau.
De mystérieux calculs, des prophéties étranges, vous poussent à saccager cet endroit magnifique,
En faire un lieu sans âme vous semble préférable, protéger la nature, une affaire dépassée.
Nos enfants nous diront : "quelle fut votre colère ? De quoi vous vengiez vous en voulant tout détruire ?
Accueillir en ce lieu des marchands d'éphémères, était-ce bien nécessaire à ce prix justement ? »
Monsieur le Président, il ne vous faut rien faire, il faut laisser les arbres voisiner les eaux claires,
Laissez ce lieu magique conserver son mystère, ……………..abandonnez, surtout avant qu’il soit trop tard !

_____________________ Pierre __________________________

Sur l'air de "j'aime flâner sur les grands boulevards" d'Yves Montand

Texte "et chant" de Hubert Protard ;
Refrain :
     J’aime flâner sur les bords du lac,
     Le littoral est un trésor,
     Un trésor national,
     Un joyau de notre pays,
     Un joyau sacré,
     On n'a pas le droit d'y toucher.

1er couplet
     Les élus, ces hurluberlus,
     Veulent nous construire un palais des congrès à Albigny,
     Et cela va nous coûter cher,
     Y'a plus de sous et ça devient le palais des chimères.

Refrain :

2ème couplet
     Pas de nouvelle construction,
     Pas de béton sur les rivages de notre beau lac,
     C’est la loi, la loi ancestrale,
     Elle s'impose à tous, cette belle loi LITTORAL.

Refrain :

______________________ Hubert __________________________

La maquette, cette coquette,

Cette belle a mis ses plus beaux atours, elle brille de toutes ses paillettes artificielles, elle se gonfle, enfle, plus haute, plus grosse, comme la grenouille qui en creva, elle crèvera aussi.

Car elle, qui se croit belle, à cause de deux amoureux fous qui en réalité ne voient en elle que des billets de banques,

Des bourrasques de billets imaginaires qui voleront partout et sortiraient d'abord des poches des pauvres citoyens, en réalité serait bien laide à prétendre s'imposer à côté de l'impérial hôtel.

Il faut parfois être modeste et rester à sa place, dans une zone commerciale par exemple, et là beaucoup lui trouveraient un peu de beauté.

Ici, comment pourrait-elle se comparer avec le charme, la poésie des grands arbres et la maison Abeille si simple et raffinée, goûtée par les êtres n'ayant pas perdu le sens de l'indicible car l'âme du lieu, c'est l'âme d'Annecy et qui s'harmonisent si bien avec la compagnie du grand hôtel ancien.

Non le Dieu argent ne justifie pas tout.

_____________________ Annick barioz ________________________

L'objet de la résolution 16 commentée ci-dessous (image C2A)

L'objet de la résolution 16 commentée ci-dessous (image C2A)

Chronique du « petit peuple » :

Le jeudi 9 avril 2015, nous étions conviés au Météor pour assister aux délibérations du Conseil de l’Agglomération d’Annecy (C2A) …

On nous a dit d’être « bien sages » et nous avons surtout écouté :

Résolution 1 :          « il est bien dommage mais les subventions étant ce qu’elles sont, le budget sera à la baisse »

                                 « Il faut que les gens comprennent que l’argent n’est plus ce qu’il était, il faudra qu’ils se restreignent ! …

« «  2

« «  3

« «  4, 5, 6, … 15                             etc.  …  « C’est comme çà, les subventions aux écoles, à la culture, aux transports, aux économies d’énergies …   réduites, voire coupées ! Inévitable, c’est la crise » !!!

On arrive à la résolution 16 et là, brusquement, TOUT change !  On dirait que le soleil est entré dans les cœurs par magie !

Car là, miracle : rien n’est trop beau, rien n’est trop cher !  Les millions pleuvent sur nous, pauvre petit peuple médusé !

Vous en voyez souvent, vous, des miracles comme celui là ???

Ah zut, j’ai oublié de le préciser : La résolution 16 concerne l’implantation du magnifique centre des congrès sur la presqu’île d’Albigny!

______________________________ Nad ______________________________

Témoignages

Question :

Mais quel est cet horrible et hétéroclite étron en gradins, posé au milieu de ce « site d’exception » (sic JL Rigaut !), si romantique, avec son lac entouré d’un écrin de montagnes, ces grands arbres centenaires, et  la construction Belle époque de l’Impérial ?

Réponse :

Le centre de congrès dont rêvent le maire d’Annecy-le-Vieux et le président de la C2A, bien sûr !

Mon commentaire :

Cela ressemble plutôt à un cauchemar.

___________________________ Josie ______________________________

Aticle du Dauphiné libéré du 13 février 2015 signé Isabelle DAVIER

Aticle du Dauphiné libéré du 13 février 2015 signé Isabelle DAVIER

Réponse, le 13 février 2015, de Jean-Louis BARIOZ,  architecte honoraire.

                                                          Madame Isabelle DAVIER                                                                                                     LE DAUPHINE LIBERE

                         Copie : Monsieur le Maire d’Annecy 

                 Madame,

 

     Fidèle lecteur du DAUHINE LIBERE auquel je suis abonné, je me permets d’apporter des précisions suite à votre article paru ce 13 février " Centre de congrès : le projet définitif présenté en avril ".

     - En fait, comme vous l’écrivez d' ailleurs plus bas, il s’agira de " l’avant-projet définitif ", qui effectivement donnera beaucoup plus de détails que ce qui a été remis jusqu' à maintenant, ainsi qu’un prix en principe définitif mais avec quand même une marge d’erreur appelée " taux de tolérance ". Taux qui n’est presque jamais respecté, surtout pour les projets importants (voir par exemple le Musée des confluences à Lyon et la Philharmonie de Paris, avec des dépassements plus que considérables).

     Après cet A.P.D. doivent suivre les " plans d’exécution des ouvrages " et les " spécifications techniques détaillées " par les architectes et les bureaux d’études techniques, le " dossier de consultation des entreprises ", l’appel d’offres, les marchés de travaux et enfin leur démarrage si tout se passe bien.

     -  Mais en réalité, depuis le début, tout ne se passe pas bien, tout ne se déroule pas normalement comme Monsieur RIGAUT l’affirme car la C2A rencontre beaucoup de difficultés, vous pouvez le constater sur toutes les copies d’articles de journaux que je vous joins, toutes du DAUPHINE sauf une :

          -  DAUPHINE du 1er juillet 2012 : " le 14 décembre prochain, les quatre architectes lauréats devront présenter un projet complet au jury ..... la procédure de Déclaration d’utilité publique sera lancée fin 2013 - début 2014 ". Maintenant, ce sera au mieux en avril 2015.

          -  DAUPHINE du 29.09. 2012 : " le 30 novembre, le jury retiendra le cabinet chargé de créer le C.E.S.C. ". Date non respectée car il y a des difficultés.

          -  DAUPHINE du 5.12.2012 : " le jury retient deux projets ".  le 8.12.2012 : " le jury tranchera fin janvier ..... Les deux équipes retenues ont deux mois pour apporter ces précisions "  (qualité architecturale et insertion dans le site, compatibilité avec l’enveloppe financière).

          -  DAUPHINE du 26.01.2013 : " le projet norvégien retenu ..... les Scandinaves ont 15 jours pour présenter leur dossier définitif ".

          - DAUPHINE du 17.04.2013, bien après les 15 jours car il y a encore des problèmes : " grand oral des architectes..... lancement des travaux prévu fin 2014 ".

          -  DAUPHINE du 7.12.2013 : parle de sondages, de fouilles archéologiques puis " suivra la DUP à l’automne 2014.... un démarrage des travaux en 2015 ".

          -  L' ESSOR du 16 10.2014 : " l’avant-projet définitif présenté avant fin 2014 ..... Reste maintenant à déterminer le coût et le montage financier ". Monsieur RIGAUT précise " On validera tout cela avant la fin de l’année avec la présentation de l’avant-projet définitif et des plans ".

     On sait maintenant que ceci est de nouveau reporté en avril 2015 au plus tôt ! On sait qu’une nouvelle campagne de sondages a dû être effectuée, et que le bon sol ne serait qu’à 60 mètres de profondeur environ...     (un peu tard pour le savoir, normalement les sondages sont toujours effectués avant le début de toute étude. Un bon supplément de prix en perspective. Depuis le début, le projet est donc loin d’avancer normalement.

     Par ailleurs, vous écrivez : " en avril 2014 les Amis de la terre déposent un recours gracieux contre le SCOT ".  Je rajoute que de plus, en août 2014, ils ont déposé un recours contentieux. Je rappelle en même temps que le Tribunal administratif de Grenoble a annulé la partie du PLU d’Annecy-le-Vieux qui concerne la zone au bord du lac.

     Pour terminer, je ne puis m' empêcher de redire que ce projet est contestable à tous points de vue, qu' il détruirait s' il se réalisait un site magnifique et une très belle maison ancienne auxquels l' immense majorité de la population est attachée, nous l' avons constaté maintes fois.

     L’argument selon lequel cette partie de la presqu'île serait rendue totalement au public est ridicule : voyez la photo que vous joignez à l’article (photo trompeuse d' ailleurs car le bâtiment de 9 mètres de haut a été rendu plus bas lorsqu' on le compare avec la taille des personnages). Ou bien il faut monter sur le toit, quid en hiver avec la neige et la glace, et quid en été avec la chaleur, pas possible de planter des arbres. Ou bien il faut se contenter de " passer ", à droite, sur un plancher en bois où l’on n’a pas du tout envie de s’arrêter. Il faut aller jusqu' au bout pour enfin cheminer le long du lac.

     Bien au contraire, il faut ouvrir au public le parc de la villa ABEILLE, trouver à son intention un nouvel usage à cette très belle demeure et il y a l’embarras du choix, et ne pas importuner les familles qui habitent à l’arrière tant qu’elles ont envie d’y rester.

     Vous remerciant d’avoir bien voulu me lire je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées.

__________________________________________________________________

Extrait du discours de vœux du 15 janvier 2015  de notre ministre de l'écologie qui pourrait avoir été rédigé pour nous:

" ....

Permettez-moi, de souligner 2 dimensions transversales et à mes yeux essentielles .

Une nouvelle démocratie environnementale :

Nos modalités de consultation et d'enquête publiques datent .

Leur inadaptation est source de conflits autour de certains projets.

L'élaboration  souvent unilatérale des décisions, l'absence de débats en amont

et de propositions réellement contradictoires soumises à la discussion publique,

la lenteur des mises en œuvre qui fait que des choix opérés il y a une dizaine d'années deviennent décalés et tout le monde y perd.

C'est pourquoi la modernisation du droit de l'environnement, la simplification des procédures sans revoir à la baisse les exigences environnementales et 

 le développement de la démocratie participative afin que les citoyens soient plus directement associés aux décisions qui les concernent seront un des grands chantiers 2015 ....

le moment est venu de mettre en pratique une nouvelle démocratie environnementale.

Citation d'un chef indien :

" Quand le dernier arbre aura été abattu,

Quand la dernière rivière aura été empoisonnée,

Quand le dernier poisson aura été pêché,

Alors on saura que l'argent ne se mange pas . "

_________________________________________________________________

Chère Amie de la Terre, contre un projet délétère !

J'ai bien apprécié votre réunion du 19 novembre qui a éclairé ma lanterne carburant à l'idioxyde de Diogène. Elle m'a (ré)conforté dans mon désir de sauver la presqu'île de la monumentale bête qui détonne et bétonne le site tant aimé.

J'ai collé d'un geste irrévocable l'autocollant bleu indécollable sur la lunette arrière de ma NissAnnecy-la-Vieille. J'espère que les zotomobilistes qui me suivront empestant et en pestant contre ma lenteur auront le temps de déchiffrer la haute teneur en l'acte-tu-oses (plus lourd tu meurs !) de ce message salutaire autant que salvateur.

Cela fait plus d'un an que je vais jouer du djembé en solitaire sur les vieux bancs de pierre devant la villa Abeille ou contre la petite cabane blanche des sauveteurs de la plage d'Albigny. Quel spectacle assis sous les frondaisons ou en plein soleil regardant l'horizon ! C'est tout le romantisme littéraire et le charme grandeur nature qui vous remuent l'âme. J'ai déclamé maintes fois le poème de Lamartine sachant forban public que la regrettée Elvire mouillaient ses "pieds adorés" sur les rives du Bourget. Mais en léger différé lacustre, "ça le fait", comme disent les jeunes. Les jeunes qui ne sont peut-être pas trop sensibilisés par l'ampleur du projet. Tambouriner sur mon djembé comme un djembécile heureux (les simples d'esprit !?), c'est ma façon de protester contre ce centre des congrès et les notes qui se propagent tel un gaz plus exotique que toxique implorent la clémence du ciel pour chasser loin de nous ce mur de béton si végétalisé soit-il !

Ces quelques lignes mi-dilettantes, mi-litantes pour soutenir votre action méritante.

Comme on dit en mauvais Anglais: LA LUCHA CONTINUA

Kristian

Les vieux bancs de pierre

Les vieux bancs de pierre

Chacun peut imprimer ce document et l'envoyer à ses élus !

Chacun peut imprimer ce document et l'envoyer à ses élus !

Annie Taïeb

Annie Taïeb

La maison SUD dite maison Abeille

En cette harmonie tranquille
sereine face au miroir du lac
sise entre les arbres 
légère sur ses minces piliers
la demeure contemple les reflets de l'eau .

Qui voudrait la détruire
qu'il sache que s'effaçerait la beauté même
qui vers Annecy guide le promeneur
et que mourraient les ombres d'un passé.

Car il advient que l'homme
aveuglé par l'argent éphémère
ne voit pas que les lieux de lumière
plongent des racines profondes
nourries des générations d'antan .


                                        Gérard Henri Durand

Bernard Arragan

Bernard Arragan

Annecy 15/9/14

To M. Jean-luc Rigaut

Mayor of Annecy

Dear Sir I am writing to you to express my views on the proposed development on the Presqu’ile d’Albigny in Annecy.

I have been coming to Annecy regularly for my holidays for 30 years from my home in Sydney, Australia. This year my husband and I are staying here for 3 weeks in a holiday apartment.

We return to Annecy year after year because we love the delightful old town with its canals, historical buildings and restaurants. But the most important reason we come here is the lake and its surrounds: the gardens, the trees and the lawns where people can stroll and relax in an area unspoiled by modern development.

I have been told that a modern complex (CESC) has been approved to be built beside the Imperial Hotel and close to the lake. After looking at the plans for this development, I realize that it will destroy the beauty and ambiance of a whole area of Lake Annecy for the present and future residents of Annecy and for the thousands of tourists who come here, like me, to get away from the ugly concrete architecture of modern developments.

I hope that the development will be relocated and the beauty of Lake Annecy remain intact.

Yours faithfully

Sylvia Saszczak

Traduction :

A M. Jean-Luc Rigaut

Maire d'Annecy

Cher Monsieur,

Je vous adresse ce courrier afin de vous exprimer mon avis quant au projet de développement sur la presqu'île d'Albigny d'Annecy.

Je viens de Sidney (Australie) pour passer régulièrement des vacances à Annecy, et ce, depuis 30 ans. Cette année, mon mari et moi-même restons 3 semaines dans une location de vacances.

Nous revenons à Annecy année après année car nous adorons la charmante vieille ville, ses canaux, ses bâtiments historiques et ses restaurants. Mais la raison primordiale pour laquelle nous venons est le lac et ses environs : les jardins, les arbres et les pelouses où les personnes peuvent se promener, se détendre dans un domaine préservé du développement moderne.

J'ai entendu dire que le projet d'un complexe moderne (CESC) a été approuvé pour être construit devant l'impérial palace. Après avoir regardé les plans de construction, je comprends que cela va anéantir la beauté et l'ambiance du domaine entier du lac d'Annecy pour la population actuelle et future d'Annecy et pour les milliers de touristes qui viennent ici, comme moi, pour échapper à l'affreuse architecture bétonnée de ce développement moderne.

J'espère que ce projet sera délocalisé et par conséquent la beauté du lac d'Annecy préservée.

Je vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Sylvia Saszczak

______________________________________________________

LE ROI DES BLAIREAUX

Le pouvoir est la chose la moins partagée. Ceux qui le détiennent souvent en abusent, oubliant qui leur a conféré.
Dans la forêt de « Cedeza », les animaux vivaient librement.
Intelligemment     organisés,     régulièrement     ils     élisaient     leurs représentants.
Au fil des années, la communauté des blaireaux fut surreprésentée au sein de l'assemblée.

Les  autres  animaux,   par  leur  seule  subsistance   préoccupés,  de l'aménagement de la forêt s'étaient désintéressés.
Manquant cruellement d'idées pour le bien de la collectivité, deux blaireaux parmi les plus avides décidèrent de bâtir un centre des congrès.
« Quel drôle de projet I » se dirent en chœur les autres animaux qui subitement voulaient donner leur avis.
« Rien que le coût d'une telle lubie prouve que c'est une folie » ajouta l'écureuil.
« Et où le construirez-vous ? » demanda le sanglier.
« Dans quelles poches iront nos sous ? » s'interrogea le lièvre.
« Quels arbres centenaires détruirez-vous ? » s'inquiéta le cerf.
« Et comment le remplirez-vous ? » hulula le hibou.
Peu habitués à entendre la population, les blaireaux répondirent à l'unisson : « On ne vous a rien demandé, et vous nous avez élus I»
Bernardo, le maître blaireau, jura : « Par le grand architecte de l'univers, ce projet se concrétisera ! »
Jean-Luco, le blaireau en second, renchérit « Ce sera au bord de la mare et nulle part ailleurs ! »
Protégé depuis des années, ce site faisait la fierté de la forêt.
Les animaux ulcérés qu'on puisse y attenter, décidèrent de se mobiliser.
Bientôt des centaines puis des milliers affluèrent au bord de la mare pour la protéger.
Voyant cet attroupement du haut de son barrage, le castor Eiffajo menaça : « On m'a promis ce chantier, il doit se réaliser ! En plus, j'ai déjà payé I »
Aucune déclaration ne calmait la protestation, les actions se multipliaient contre ce centre de congrès.
Apeurés et dépités, les blaireaux décidèrent de reculer face à tant d'hostilité. Ils enterrèrent le projet à tout jamais.

L'écureuil, le sanglier, le lièvre, le cerf et le hibou destituèrent les blaireaux et promirent de siéger dans la prochaine assemblée.
Quand on gouverne sans discernement, on finit toujours par se faire casser les dents.
               Libre de droits, reproduction autorisée. Février 2013
.

_______________ Texte original de K. Dehgane ____________________

Pour nous aider

Publié le

Faites largement connaître ce blog.

Copiez ce lien :

http://sauvonslapresquilealbigny.over-blog.com/

et envoyez le par mail aux amis, collègues, parents, réseaux sociaux et associatifs.

Nous devons sensibiliser un maximum de personnes à cette cause et diffuser largement cette information. Faire savoir surtout qu'aujourd'hui rien n'est joué comme le prétend la communication officielle et que notre combat continue de plus belle.

Pour vous.

Avec vous.

Faites un don et/ou adhérez.

 

UN RECOURS CONTRE LE NOUVEAU SCoT EST DESORMAIS LANCE.

 

Aucune de nos actions n’a été prise en compte malgré l’opposition croissante de la population. Bien plus : le Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) qui détermine l’aménagement futur de 63 communes du Bassin annécien pour les 20 ans à venir, a été approuvé par les élus le 26 février 2014.

C'est pourquoi, Les Amis de la Terre-74, membre du collectif d’opposition au centre de congrès sur la presqu'île d'Albigny, a porté le dossier devant le tribunal administratif fin août 2014.

Les recours engagés, dureront plusieurs années et entraîneront des frais de justice (plusieurs milliers d'euros), dépassant nos possibilités financières.

Pour assurer son indépendance, l’association ne demande ni ne perçoit de subvention ; son fonctionnement et ses actions ne sont financés que par les cotisations de ses membres, leurs dons et ceux de ses sympathisants.

 

Nous faisons donc appel à votre participation (minimum 10 euros si vous désirez obtenir un reçu fiscal).

Selon l’article 200 du Code Général des Impôts actuellement en vigueur, les versements qu’elle reçoit ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % du don.

Un reçu fiscal  vous sera expédié en mars/avril  2016. N'oubliez pas de bien nous communiquer toutes les informations mentionnées sur le bulletin ci-dessous.

 

COMMENT NOUS AIDER

Bulletin de don ou adhésion (peut être copié et imprimé)

Bulletin de don ou adhésion (peut être copié et imprimé)

Relevé d'Identité Bancaire (peut être copié et imprimé)

Relevé d'Identité Bancaire (peut être copié et imprimé)

La collecte:

Début de l'opération :            lundi 18 août 2014

Date de mise à jour :             lundi1er juin 2015

Nombre de connexions :       5 632

Nombre de pages vues :      10 035

Nombre d'adhésions :           24

Nombre de dons :                 157 (plus les dons anonymes)

Somme collectée :                9638,45

Visites du 2ème semestre 2014

Visites du 2ème semestre 2014

Visites du 1er semestre 2015

Visites du 1er semestre 2015

Le projet que nous combattons

Publié le

Les élus de la Communauté de l’Agglomération d’Annecy (C2A), sans consulter les habitants, ont décidé de faire construire, en bordure de l’avenue du Petit Port, un Centre d’Expositions, de Séminaires et de Congrès (CESC) de près de 10.000 m² (150m de long, 12m de haut), colline de tonnes de béton, de verre et de planches, sur le rivage même du lac. Son toit serait partiellement « végétalisé » (recouvert de gazon), alibi pseudo écologique qui tenterait de minimiser l’envahissement du béton.

150m de long, 30m de large, 12m de haut !  (image C2A)

150m de long, 30m de large, 12m de haut ! (image C2A)

Le belvédère ? (image C2A)

Le belvédère ? (image C2A)

Le parvis ! (image C2A)

Le parvis ! (image C2A)

L'emprise au sol

L'emprise au sol

Le projet, à financement public mais à destination d’entreprises privées, est disproportionné par rapport au budget de l’Agglomération. Il ne pourra donc être assuré qu’au détriment d’actions, pourtant nécessaires, touchant à la vie quotidienne de tous les habitants (transports publics inter et intra communaux, aides à l’isolation thermique des habitats, etc…).

Il faut savoir que l’Impérial Palace, tout proche, abrite déjà un Centre de Congrès qui présente un déficit annuel de centaines de milliers d’euros, renfloué par… de l’argent public !

Il serait donc irresponsable d’engager ces dépenses faramineuses et de provoquer des dégâts irréversibles pour de très hypothétiques bénéfices. Par ailleurs, ce projet bafoue la Loi Littoral qui pourtant protège les bords du lac d’Annecy

La zone d'implantation

La zone d'implantation

Au mépris du respect de la loi Littoral, déniant la réalité économique peu favorable, minimisant l’impact budgétaire très élevé sur les finances publiques locales, le président de la Communauté d'agglomération d'Annecy (C2A) (maitre d’œuvre) et le maire d'Annecy le Vieux (commune où il serait construit) continuent d’imposer ce projet à la population dont une très grande partie, toutes tendances confondues, ne cesse de le contester.

Un slogan

Un slogan

Des actions depuis 3 ans

Publié le

Un collectif de 4 associations a multiplié les actions (stands d’informations, manifestations, conférences, interventions au conseil d’Agglomération...)

Manifestation du 7 juillet 2012

Manifestation du 7 juillet 2012

Chaîne humaine du 6 avril 2013

Chaîne humaine du 6 avril 2013

Manifestation du 7 décembre 2013

Manifestation du 7 décembre 2013

Une pétition a recueilli plus de 16.000 signatures, remises officiellement aux autorités.

La pétition

La pétition

Petit déjeuner devant la villa Abeille au départ de la marche des convergences des grands projets inutiles vers Notre Dame des Landes le 8 juin 2014.

Manifestation du 8 juin 2014

Manifestation du 8 juin 2014

Soutien du maire honoraire d'Annecy

Les Amis de la Terre-74

Publié le

Association « d’intérêt général », « Les Amis de la Terre-74 », créée en 2005, est politiquement indépendante et affiliée au réseau écologiste : Les Amis de la Terre France.

Son objet social : la protection et la défense de l’environnement sur l’ensemble de la Haute-Savoie.

Pour accéder à la rubrique "centre de congrès" du site : " Les Amis de la Terre-74"

Les Amis de la Terre France

Les Amis de la Terre France

Brochure 2014 des AT74

Brochure 2014 des AT74

La presqu'île d'Albigny en danger

Publié le

De ce lieu, situé sur les bords du lac d’Annecy, la vue est unique sur toute la longueur du lac et sur les montagnes environnantes.

La presqu’île est constituée essentiellement d’un parc public -dit « de l’Impérial »- espace verdoyant découvert ou arboré, très fréquenté, aux heures de détente, par les habitants et les touristes.

Le site actuel

Le site actuel

Dans l’agglomération d’Annecy, c’est un endroit privilégié pour la promenade, la contemplation, la détente.

Des arbres centenaires se reflétant dans l'eau

Des arbres centenaires se reflétant dans l'eau

Promenade au bord du lac

Promenade au bord du lac

La villa Abeille

La villa Abeille

La " Villa ABEILLE " et son parc magnifique ont été achetés il y a plus de 8 ans par la commune d'Annecy-le-Vieux qui, depuis, les a rendus inaccessibles au public en les entourant d'un solide grillage.

Cette villa du début du XXe siècle, telle une perle dans un écrin d'arbres majestueux, est en parfaite harmonie avec l'Hôtel de l'Impérial.

Pourtant, sauf votre implication, c'est une destruction totale du parc et de cette maison qui est pogrammée.