Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video scroll Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage
    Appel

    Pourquoi nous voulons un débat Hamon-Mélenchon

    Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, en janvier 2010.
    Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon, en janvier 2010. Photo Gonzalo Fuentes. Reuters

    Libération, Mediapart et Regards s’associent pour organiser ce débat vidéo en direct de deux heures et invitent les deux candidats à en accepter le principe.

    Depuis plusieurs jours, Libération, Médiapart et Regards appellent ensemble Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon à débattre publiquement de ce qui les distingue dans la course à la présidentielle et justifie ainsi une impossible entente aux élections à venir. Les électeurs de gauche sont en droit de savoir ce qui interdit véritablement une candidature unique. D’où cet appel à un débat public.

    Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon seront donc tous les deux candidats à la présidentielle «jusqu’au bout». C’est ce qui a été acté lors d’un dîner entre les deux hommes vendredi soir, dans un restaurant chilien du quartier Ménilmontant, à Paris. Dîner tenu secret et à huis clos, et dont l’existence a été révélée par un collaborateur du site culturel Diacritik qui se trouvait là par hasard. Les entourages ont dû confirmer puis les deux candidats commenter en quelques phrases lapidaires l’impossibilité d’une fusion des candidatures et d’une union de la gauche.

    En faisant le choix de maintenir et l’un et l’autre leur candidature, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon prennent la responsabilité historique de voir la gauche éliminée dès le premier tour de la présidentielle, le 23 avril. Ce ne sont pas seulement les sondages qui le laissent prévoir, mais un examen de terrain et une analyse des tendances de cette campagne. Benoît Hamon ne parvient pas même à convaincre les électeurs socialistes et l’appareil du PS. Jean-Luc Mélenchon ne réussit pas plus à élargir ses soutiens et imprimer une dynamique nouvelle à sa campagne.

    Sauf accident ou énorme événement politique (il n’en a certes pas manqué depuis le début de cette campagne), l’élimination de la gauche et des écologistes est une quasi-certitude. Un dîner à huis clos entre deux hommes peut-il tenir lieu de délibération quand des millions d’électeurs de gauche s’interrogent et soupèsent le pour et le contre de ce qui pourrait devenir une candidature unique ?

    Ce lundi, Jean-Luc Mélenchon évoque «l’avenir de l’Union européenne» comme irréductible désaccord. C’est effectivement le point de rupture le plus sensible. Mais un compromis est-il absolument impossible, une fois laissées de côté les positions incantatoires de l’un et l’autre camp ? De son côté, Benoît Hamon a gagné une primaire sur une ligne de gauche et remet au cœur des priorités politiques la question sociale, l’urgence démocratique et la nécessaire transition écologique. Ces thématiques se retrouvent en toute aussi bonne place dans le programme de la France insoumise. Il faut donc en conclure que la somme de leurs convergences est moins importante que la soustraction de leurs désaccords. Encore faut-il qu’ils en fassent la démonstration. Publiquement.

    Un point notamment nous semble devoir faire l’objet d’une discussion : celui de la réforme institutionnelle dans une démocratie à bout de souffle. Assemblée constituante voulue par le candidat Mélenchon ; changement de République et de système de représentation politique chez le candidat Hamon : n’y a-t-il pas là un socle commun à partir duquel, justement, se redéfiniront les politiques à mettre en œuvre ? Si le maintien des candidatures d’Hamon et Mélenchon se justifie sur le fond et la forme – ainsi en ont-ils décidé —, ils doivent des explications circonstanciées, publiques, aux électeurs. Un débat s’impose entre les deux figures pour mieux éclairer le choix que devront faire les électeurs – notamment de gauche.

    Ce débat que nous proposons est donc une initiative d’explication et de sursaut. Explication pour comprendre exactement comment Hamon entend gérer l’héritage du quinquennat Hollande et s’en émanciper ; pour comprendre si Mélenchon est disposé à ne pas seulement s’engager dans une aventure présidentialiste isolée. Sursaut pour entamer la reconstruction de la gauche dès aujourd’hui, sans attendre qu’une défaite assurée ne la rende plus longue, plus complexe, plus douloureuse encore.

    Il ne nous appartient pas d’appeler à une candidature unique de la gauche. En revanche, l’exigence d’un débat public – face à la menace d’une droite conservatrice et d’une extrême droite désormais aux portes du pouvoir – relève de la responsabilité des candidats de la gauche. Ils doivent cette discussion croisée aux Français. C’est la raison pour laquelle les rédactions de Libération, Mediapart et Regards s’associent pour organiser un débat vidéo en direct de deux heures, de 20h30 à 22h30, et invitent Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon à en accepter le principe. Nous restons à la disposition de leurs équipes pour affiner le cadre de ce débat.

    Libération, Médiapart et Regards
    Un mot à ajouter ?