23 septembre 2015  |  Mise à jour le 3 novembre 2015

  • Commentaire

Emmanuelle Cosse : "L’écologie n’est pas un tremplin pour faire carrière"

Mercredi soir, l’écologiste Emmanuelle Cosse a lancé sa campagne des régionales en Ile-de-France. Si elle est revenue, très critique, sur les départs successifs de son parti, la chef de file d’EELV veut désormais passer à autre chose.

Emmanuelle Cosse

Emmanuelle Cosse était en meeting à Paris mercredi soir. (Abaca Press)

Elle a tenu à "mettre les points sur les i". Mercredi soir, Emmanuelle Cosse, qui lançait officiellement sa campagne des régionales en Ile-de-France, est revenu sur les départs que connait Europe Ecologie - Les Verts depuis la fin août, dans la foulée de ceux de François de Rugy et Jean-Vincent Placé. "Ils nourrissent les gazettes, mais ne sauvent pas la planète", a lancé la secrétaire nationale des écologistes.

"C’est mal me connaître que de me croire découragée"

"L’écologie n’est pas un tremplin pour faire carrière. L’écologie n’est pas le paillasson sur lequel on s’essuie les pieds avant de fouler les allées du pouvoir", a poursuivi Emmanuelle Cosse, dans un discours plus offensif qu’à son habitude. Alors face aux quelque 250 personnes présentes au Cabaret Sauvage (19e), elle a affirmé aller "très bien". "C’est mal me connaître que de me croire découragée par des pratiques politiciennes qui sont bien loin de l’idée que je me fais de l'engagement", a ajouté la chef de file écologiste, assurant ne pas se sentir "affaiblie" par la situation actuelle.

Le meeting s'est déroulé au Cabaret sauvage. (Abaca Press)

Cette dernière n’a pas manqué non plus d’avoir un mot pour Jean-Luc Mélenchon et Jean-Christophe Cambadélis. Indiquant au premier ne pas vouloir "accrocher un wagonnet d’écologie à une locomotive anti-européenne". Et appelant le second à ne pas vouloir construire l’unité "à coup de canons, à coup de manœuvres". "L’écologie n’est pas la roue de secours d’une gauche en mal d’idées", a dénoncé Emmanuelle Cosse.

"Le pouvoir révèle ce que les gens sont vraiment"

"Plus c’est tendu, plus elle est combative. Ça ne l’abat pas, ça l’énerve", confie son entourage. "La clarification (les départs, Ndlr) a été faite avant le début de la campagne officielle. On est déjà ailleurs. On fait campagne", affirme Julien Bayou, l’un des porte-parole nationaux et tête de liste à Paris. Malgré tout, la situation est compliquée : par exemple, en Ile-de-France, "environ 160 personnes" ont rendu leur carte EELV sur les 3.000 adhérents de la région, selon l’AFP. Parmi elles, la tête de liste des Hauts-de-Seine, Laure Lechatellier.

"On est sur une clarification politique", répète le numéro 2 d’EELV, David Cormand, qui reconnaît que la période actuelle "est difficile politiquement, mais aussi affectivement". "C’est une séquence qui se termine, on passe à autre chose", poursuit-il, refusant de tomber dans "le piège de ne faire que commenter la vie des écologistes". "Ma seule réponse aux évènements que nous avons vécu (…) Une phrase du président de l'Uruguay : le pouvoir ne change pas les gens, il révèle simplement ce qu’ils sont vraiment", a pour sa part lancé Cécile Duflot à la tribune. "Point à la ligne. Maintenant, on fait campagne", a-t-elle renchéri face caméra.

Interdire le diesel d’ici 2025

Mercredi soir, en pleine affaire Volkswagen, Emmanuelle Cosse a appelé "à l’action". "Le diesel propre, ça n’existe pas", a-t-elle lancé, exhortant François Hollande et Ségolène Royal à supprimer les subventions au diesel d’ici cinq ans et à interdire le diesel "dans l’ensemble du pays d’ici 2025". A ses côtés, Pierre Serne, vice-président de la région Ile-de-France chargé des transports et vice-président du Syndicat des Transports d’Ile-de-France (Stif), a annoncé qu’il allait "saisir le procureur de la République pour tromperie et sans doute pour mise en danger de la vie d’autrui". Contre la pollution atmosphérique, la candidate avait annoncé dans le JDD vouloir "un plan de trois milliards d'euros sur la mandature à la qualité de l'air en Ile-de-France".

Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse, et les têtes de liste en Ile-de-France. (Abaca Press)

Parmi les autres axes de campagne : le logement en "étendant à toute la région l’encadrement des loyers", les transports, le climat… "Quand vous n'avez pas d'écologistes dans une institution, vous n'avez pas d'écologie", a lancé Emmanuelle Cosse, entourée de ses têtes de liste.

L’occasion pour le parti de présenter de nouvelles recrues : Marie-Odile Bertella-Geffroy, ancienne vice-présidente du tribunal de grande instance de Paris, Claude Boulanger de l’Association des paralysés de France (APF) ou encore l’artiste français Gaspard Delanoé. Un slogan "Changeons d’air" et un clip de campagne, avec en 'guest stars' : Eva Joly, José Bové, Karima Delli, Pascal Canfin, Yannick Jadot, Pascal Durand, Noël Mamère ou encore Corinne Lepage (Cap21 fait liste commune avec EELV en Ile-de-France, Ndlr).

"En tant qu’écologiste, je ne suis pas candidate pour être un supplément d’âme, mais bel et bien à diriger la plus grande région de France pour en faire la première région écologiste d’Europe!", a conclu Emmanuelle Cosse.

mercredi 23 septembre 2015

Réactions à l'article

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour laisser un message

5
Les plus populaires Les plus récents Les plus anciens

> Suivez l'info du JDD en continu sur , et réagissez sur

Plus d'Actualité

Plus d'articles

Suivez-nous

Agenda évènementiel

  • 1/4
Le Nouveau Paris
Logo leJdd.fr

Le site du Journal du Dimanche vous propose de suivre en temps réel toute l'actualité. Actu politique, élection présidentielle 2012, sondages, culture, médias...

Services
  • Shopping
  • Emploi
  • Assurance
  • Rencontres
  • Programme TV
  • Newsletter
  • RSS
Suivez-nous
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Dailymotion
Elysée 2012
  • Interview de la semaine
  • Détecteur de mensonges
  • Ils l'ont dit aujourd'hui
  • Confidentiels
Evénement
  • Zone euro
  • Crise de la dette
  • Nicolas Sarkozy
  • Rachida Dati
Le Journal
  • Où trouver le JDD?
  • Abonnement papier
  • Journal en ligne
  • Abonnement web

OJD La fréquentation du JDD.fr est certifiée par l'OJD