RAPPEL et préambule :MON BLOG et plus spécifiquement mon "SELECTEUR de MEDIAS" se trouvant aussi subitement qu'inexplicablement "Hors Service", se reporter à possibilité de retrouver DIRECTEMENT sur le NET les IMAGES, les VIDEOS,les ARTICLES de PRESSE et/ou les REPORTAGES de la sorte "occultées" sinon "neutalisées" dans ce billet initialement publié et lu sans difficulté particulière
Voire "à droite(ment!) sinistré" selon plus experts que moi, en la matière ...Et même si j'ai du mal à y croire.

Et ce, d'AUTANT QUE les liens d'accès concernés restent DURABLEMENT "invalidés"*** depuis publication du billet précédant celui-ci... se retrouvant donc LUI AUSSI et subitement impacté de ..."CLOUAGE de BECS tendant à se généraliser"...

QUOI qu'il en soit, et sauf impasse à faire sur les liens devenus en quasi totalité inopérants à cette heure, restent de larges extraits d'articles gardant toute leur pertinence à être signalés. Dans une actualité particulièrement agitée ...

7979705.jpg

SALON de l'AGRICULTURE et ACCUEIL POLITIQUE: "Manuel Valls chahuté au Salon de l'agriculture" - article modifié à 10h30, le 29 février 2016 - CLIC sur liens suivants de provenances médiatiques très diversifiées :

Salon_de_l_agriculture___Manuel_Valls_chahute_-_Yahoo_Actualites_France.html
((/public/.proxy1m.jpg|proxy1_.jpg|C|proxy__1_.jpg, fév. 2016))
la-visite-mouvementee-de-francois-hollande-au-salon-de-lagriculture-2679136.htm__
CcOY2tkXEAEewnV.jpg

''"Je suis éleveur, je me meurs". François Hollande s'attendait à de la colère, mais pas à ce point. Dés son arrivée un peu avant 7h, un comité d’accueil l'attendait, banderoles et drapeaux de la FNSEA sortis. Les discussions se sont enchaînées, tous les agriculteurs présents on fait part de leur détresse. "Il faut que la France vive de son agriculture. Il faut qu'on arrête d'acheter de la viande qui viennent de l'extérieur", lui on-t-ils notamment dit.

''"Mais plus le président s'avançait dans les allées, plus la colère s'est exprimée avec force jusqu'à une cinquantaine d'éleveurs vêtus de T-shirt noirs, "Je suis éleveur, je me meurs", et qui ont copieusement hué François Hollande. "Hollande démission!", pouvait-on entendre parmi les sifflets"

"Des éleveurs qui n'ont pas hésité à tourner le dos au président" : "On l'ignore comme il nous ignore", a expliqué l'un d'entre eux, au micro d'Europe 1."

VALLS s'y dévoilant en "VIRTUEL CHALLENGER d'HOLLANDE en 2017"

Disons plutôt que si... "ON" sentait VENIR gros comme un camion le ..."LIBERAL coucou" serrant néanmoins toujours et "de près" je cite "les niches" comme "le nid présidentiel"... - il semblerait qu'"à malin, malin et demi"(!) - le(s) voici pris aux pièges malsains d'une somme d'inter-exploitations réciproques...Et que tout se précipite et se précise, en terme de "pire" redouté ! L4avenir Devrait bientôt DIRE POUR qui...

- Hollande ne tombant toutefois pas d'aussi haut qu'on pouvait le croire - à en juger aux subtilités d'un dernier remaniement pour le moins sybyllin...
VOIRE ménageant chèvre et chou à l'heure des (derniers?) passages à gué d'un "attelage" de circonstance à haut risque! Au terme d'iune somme -critique - de machiavéliques inter-exploitations réciproques Cliquer sur:

Salon_de_l_agriculture___Manuel_Valls_chahute_-_Yahoo_Actualites_France.html
Le_journal_de_10h___Manuel_Valls_chahute_au_salon_de_l_agriculture.html

QUE DISENT LES MEDIAS "informés"?
''"TENSIONS À GAUCHE" - "En privé, le Premier ministre juge l'affrontement entre son gouvernement et la maire de Lille salutaire. Et en profite pour se positionner pour 2017!"''

"La tribune signée par Martine Aubry et plusieurs responsables socialistes et écologistes dans Le Monde, mercredi, a appelé des réactions à la mesure de ses attaques. La maire de Lille s'en est pris avec virulence à la politique sociale et économique du gouvernement, fustigeant tour à tour le pacte de responsabilité, la déchéance de nationalité et la loi de réforme du Travail. "Il faut éviter les postures", s'est empressé de répondre le ministre des Finances, Michel Sapin. "C'est une faute politique", a jugé, sévère, le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen. A Matignon pourtant, la musique est différente."
"Un affrontement salutaire. Contre toute attente, Manuel Valls est en effet ravi."

Le Premier ministre aurait pourtant des raisons de s'agacer. Martine Aubry le cible plus encore que François Hollande, s'en prenant explicitement à ses propos tenus en Allemagne il y a deux semaines. Lors d'un déplacement dans un centre d'accueil pour réfugiés, le chef du gouvernement avait en effet déclaré que "l'Europe ne peut accueillir davantage de réfugiés". Un "indécent discours" pour Martine Aubry, qui ajoute que "se revendiquer d’une liberté de ton n’autorise pas tout"''.
"Si Manuel Valls ne s'en formalise pas outre mesure, c'est que le Premier ministre est un bagarreur qui veut en découdre.***Pas tant par goût de la castagne ou de la provocation, mais bien parce que le locataire de Matignon estime que l'affrontement avec Martine Aubry sera salutaire. La tribune de la maire de Lille est une remise en cause globale de sa politique ? ++Tant mieux, répond le chef du gouvernement, qui assume totalement la fracture entre deux gauches et va jusqu'à trouver la situation passionnante."++
"S'éloigner de François Hollande. En réalité, Manuel Valls reprend sa liberté. Car le Premier ministre ne croit plus en François Hollande. Le fossé s'est creusé entre les deux hommes sur la loi El Khomri, très critiquée à gauche. Alors que Manuel Valls l'assume et la promeut haut et fort, le président, lui, n'en a pas dit un mot++"

"Tandis que le remaniement, en consacrant l'arrivée d'écologistes au pouvoir, ressemblait à une tentative de rassemblement de la gauche, le Premier ministre s'empressait, quelques jours plus tard seulement, d'évoquer lors d'un meeting "la coexistence de deux gauches "irréconciliables". Plus François Hollande apaise, plus son chef du gouvernement clive".
"MANUEL VALLS" SE "VERRAIT" donc en "SAUVEUR de mise" socialiste à candidature HOLLANDE "en difficulté"... Un COMBLE!

"Deuxième gauche". Manuel Valls reste certes loyal. Mais se distinguer lui permet de se préparer au cas où François Hollande renoncerait à être candidat à sa propre réélection. De fait, l'inversion de la courbe du chômage, à laquelle le président a conditionné sa candidature, semble compromise...."

"En dépit d'une baisse du nombre de chômeurs début 2016, beaucoup de voyants économiques sont au rouge. Gagné par le doute sur l'avenir politique du chef de l'Etat, Manuel Valls envisage de se lancer lors d'une éventuelle primaire. Et cherche donc à incarner la "deuxième gauche" de 2016, sur le modèle de ce qu'avait pu faire Michel Rocard dès 1977. Reste à savoir si le Premier ministre actuel réussira là où le Premier ministre de François Mitterrand a échoué : accéder à l'Elysée."

Il n'est donc pas ininteressant de s'interroger aujourd'hui - et à ce sujet - et sur la main mise gouvernementale sur les médias lus ou écoutés....Dont "Là bas si j'y suis et autres encore"
renee alice

''POST SCRIPTUM: Plusieurs "visiteurs/jour" signalent avoir eux aussi constaté en lisant ce billet que si "LES LIENS invalidés" ont "fait des petits" dans beaucoup d'autres billets encore, trois des IMAGES(impactées lors de la publication initiale des 2 derniers billets) leur sont soudain "ré-APPARUES" en cours de lecture... Dont "portrait Caroline De Haas" presque aussitôt "fantômatiquement" re-disparu!" entre temps!''

NOTER que "JOURNAL PARTICIPATIF" MEDIAPART PROPOSE: DEMAIN ,VENDREDI SOIR 4 MARS . Une soirée spéciale «LOI TRAVAIL - NON MERCI!»

"ON VAUT MIEUX QUE çà !" CLIQUER sur:

https://youtu.be/aOwDhsnZwfw

Cf "LE BLOG DE FRANÇOIS BONNET":vendredi 4 mars, de 20h30 à 22h30, une soirée INHABITUELLE - Durant deux heures, Mediapart donne carte blanche à tous ceux qui ont lancé et relayé la pétition en ligne «Loi travail, non merci !». Ces initiateurs comptent bien ce jour-là, FRANCHIR LE CAP DU MILLION de SIGNATAIRES. C’est pour fêter cette mobilisation sans précédent qu’ils vous donnent rendez-vous pour cet événement baptisé "#1milliondenonmerci."
"Le projet de loi de réforme du code du travail a suscité une mobilisation jamais vue sur Internet. Pétition en ligne, appel à la grève et à manifester le 9 mars sur Facebook et vidéo de «Youtubeurs» pour lancer sous le mot-clé "#Onvautmieuxqueça"!Le mouvement a pris une ampleur inédite, débordant totalement partis et syndicats et contraignant Manuel Valls à repousser de deux semaines la présentation du projet de loi en conseil des ministres.
Tandis que les témoignages s’accumulent sur Twitter, que les appels à manifester se multiplient sur Facebook (ici, ici et ici et également ici pour la liste des rassemblements), la pétition «Loi travail, non merci !» se dirige vers le million de signataires (les 900 000 ont été dépassés ce mercredi soir). Du jamais vu en France.

"Le groupe qui a lancé ce texte: la militante féministe Caroline De Haas, Sophie Binet, secrétaire générale adjointe de l'UGICT-CGT, le « designer politique » Elliot Lepers, des juristes du syndicat des avocats de France, des syndicalistes CGT, FO et Solidaires, des responsables actuels ou passés d'organisations de jeunesse) ainsi que le site Loitravail.lol veut amplifier encore cette mobilisation.Mediapart, journal indépendant qui veut être au carrefour des grands débats publics et des nouvelles mobilisations de la société, a vite accepté d’accueillir cet événement des activistes du net. Nous leur donnons carte blanche vendredi soir, pour expliciter leur action, remercier le (presque) million de signataires et relayer la masse de témoignages reçus. « Il s’agira aussi de décortiquer ce texte et les mesures envisagées, de préparer les manifestations du 9 mars et d’inventer de nouvelles mobilisations sur le numérique », annoncent-ils."

"D’ici là réservez votre soirée de vendredi!" nous est-il conseillé...