Le blog de Renée Alice POUSSARD, Conseillère régionale VERTE de 2004 à 2010

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

***Des MARIONNETTES AUX GUIGNOLS de L'INFO,.. Cohn-Bendit OURDIT... Et Valls JUBILE!

Mediapart.png
648x415_stephane-allies-redaction-20-minutes.jpg

SANS DOUTE SOUCIEUX de CONJURER quelque IRRESPONSABLE "COMPLOT" doublé d'ABUS de POUVOIR caractérisé,
et SANS FAUSSES CONCESSIONS à QUICONQUE, Stéphane ALLIES interroge posément, "les SEULES VERITABLES CHANCES" d'avènement "d'UNE AUTHENTIQUE "GOUVERNANCE ECOLOGIQUE et SOCIALE" INSCRITE dans UN "à VENIR" SOUHAITABLE". Ainsi introduites :

"Et SI LA GAUCHE française SE renforçait EN SE CLARIFIANT"?

"La situation est inédite sous la Ve République. Deux présidents des groupes parlementaires d’un même parti démissionnent. Ce pourrait être grotesque et opportuniste, mais c’est peut-être salvateur pour la gauche française."

"LES DEMISSIONS SUCCESSIVES de François de Rugy et Jean-Vincent Placé, respectivement président du groupe écologiste l'un à l’Assemblée et l'autre au Sénat,"
''"ONT -certes - TOUT du MAUVAIS FEUILLETON POLITICIEN"''.

4738507_6_6f98_jean-vincent-place-et-francois-de-rugy-lors_d354d7ff1116e1cb23d43bfa7dec6cc5.jpg

''"Cela fait PLUS d'UN AN ! maintenant,"''
"que les deux hommes soutenus par une poignée de parlementaires"
''"et un cinquième des militants d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) parasitent la vie interne de leur mouvement en ne cessant de réclamer de revenir au gouvernement."''

..."PLUS d’UN AN qu’ils semblent prêts à renier leur conviction - ou du moins celles des militants qu’ils sont censés incarner - pour n’importe quel maroquin ministériel ./"

..."PLUS d’UN AN que, devant des micros qu’ils accaparent, ils tempêtent contre les « dérives gauchistes » de leur mouvement, et l’inconséquence à ne pas se comporter en « PRG de l’écologie », vassalisé par un pouvoir socialiste qui en échange les servirait à hauteur de leur fidèle loyauté."***

.."PLUS d'UN AN POUR ... ça ?" ..."une sortie désordonnée et manifestement impréparée, juste bonne à faire parler de soi"..."sans avoir imaginé un quelconque débouché politique autre qu’une éventuelle*** et hypothétique*** nomination ministérielle."

"Tout juste l’un comme l’autre (mais chacun de son côté) annoncent-ils leur volonté de rassembler « les forces de l’écologie responsable » (comprendre, proches de Hollande ou du centre-+droit), afin de pouvoir peut-être à terme apposer un logo supplémentaire sur une affiche électorale."

''"Même pas capables de sortir groupés, Placé et de Rugy auront joué perso jusqu’au bout" (...) ''Désormais, François de Rugy a choisi entre « écologie et gauchisme », titre de son dernier livre opportunément lancé médiatiquement le jour de sa démission.

(...)"AU FIl DU TEMPS... et d’accords électoraux avantageux, Placé a peu à peu délaissé l’inconfort des convictions exigeantespour se complaire dans « l’écologie hôtelière » et des amitiés intrigantes; renouant avec l’origine de ses engagements rad-soc. Bonhomme et accort sur la forme, l’homme a enfin décidé d’assumer le fond de son être politique cynique, au service de son ambition individuelle."

"FINI LES POSTURES entretenues pour complaire à une base militante qu’il a toujours considérée comme trop à gauche."
"FINI LE SOUTIEN in extremis à EVA JOLY alors qu’il comptait soutenir Nicolas Hulot."
"FINI LES APPELS à MANIFESTER pour SOUTENIR LEONARDA"
"FINI LES CONTROVERSES avec un Dany COHN BENDIT jugé ALORS TROP LIBERAL"

"Désormais, Jean-Vincent Placé peut entonner sans gêne ses odes amourachées à la gloire d’Emmanuel Macron" : Lire l'article en intégralité par clic sur++ :

Place_et_de_Rugy_quittent_EELV___enfin_une_clarification___-_Page_1___Mediapart.html

FRANCE-POLITICS-PARTIES-PS
Capture_decran_2015-03-20_a_18.53.59__1_.png

ALORS ? ..."Opé" HOSTILE misant sur la relative inertie d'une secrétaire nationale approchée, flattée, assujetie *** (ou bien "faible femme" supposée hautement manipulée ... Sinon "circonvenue" par un proche ? Je n'ose y croire !

Emmanuelle-Cosse-se-dit-depassee-dans-Society-s-il-y-avait-un-Podemos-en-France-ca-ne-serait-pas-avec-nous__1_.jpg

... Et MAIN BASSE de certains autres dirigeants, plus ou moins déviants - et là j'y crois, -
SUR UNE ECOLOGIE POLITIQUE grossièrement dévoyée ! A (quelques) fins "carriéristes...
Lorsque minablement doublé (hier) sur SA gauche par l'impudent cynisme *** de son homologue parlementaire, J.V. PLacé démissionne lui aussi d'EELV, dès le LENDEMAIN matin...

CN6MYJtWIAAv8AE.jpg

En VUE - évidente! - "d'obliger" un suzerain tardant à MONAYER fissa en "VALLS III, leur cinéma préféré***

Les deux compères - pieds gauche à la loge, et pieds droit à l'évêché! - misant de compagnie et sans vergogne citoyenne (aucune !) sur l'effondrement escompté d'ASSEMBLEES SOUVERAINES qui les ont pourtant l'un comme l'autre, bien imprudemmebnt mandatés là d'où ils "crachent" AUJOURD'HUI PUBLIQUEMENT ensemble ,"dans la soupe" de "l'ECOLOGIE POLITIQUE" (qui par parenthèses, les nourris fut-ce indirectement - à ce jour encore...)

MISE à l'ENCAN !

Au profit allégué de "groupusculaires formations louvoyant d'espérances opportunistes en fluctuants "MARAIS centristes"!Accoucheurs de fausses GAUCHES de 1er tours! Inmanquablement avérées vraies DROITES lors des seconds*****

AU PLUS GRAND MEPRIS des contenus de MANDATS imprudemment confiés à des girouettes patentées par des majorités tant militantes qu'électorales et porteuses de Projets de Société bafoués. Au travers d'ACCORDS partenariaux et PROGRAMMES de MANDATURE allègrement trahis jusqu'ici...
Et GRAND DAM de cohortes de COURAGEUX adhérents, militants, et/ou élus Ecologistes et Verts; mais aussi d'électorats et CITOYENS électeurs sympathisants, du même coup, traités par dessus la jambe!

Au nom de soi-disant(es) supériorités exécutives et pratiques d'électrons libres particulièrement imbus d'eux mêmes! Voire adeptes du "saute mouton" d'un mandat dans l'autre, servant mine de rien, des réputations SURFAITES! SINON SOIFS de POUVOIR insatiables..
A la notoire satisfaction non déguisée des "frères Cohn Bendit". Dont Gaby, l'acharné aîné... largement DROITIER au long cours.et réputé "BOUFFEUR de VERTS" inlassablement dénigrés depuis des lustres... Et à cet égard aujourd'hui encore, très influent sur son "illustre" cadet "gauchiste, tapageusement refoulé de France, post évènements de MAI 68... Mais à ce jour "sur le retour" bien que septantenaire "... Et depuis mai, détenteur d"une double nationalité . Dont la" française"! Tardivement briguée et obtenue à l'issue d'une "carrière" de parlementaire européen (et TRIBUN!) émaillée de saillies inattendues voire d'iconoclastes pantalonades... Et à ce jour en mal d'offre de service re-profilée à l'occase des présidentielles?

Renée Alice

*** Sauf HYPER DOUTEUSE "entente Vallsiste" ... Et fallacieuses "assurances" obtenues d'un putatif "suzerain PS". Participant de cette fameuse " POLITIQUE de "LA TERRE brulée"! Via "complot politicien" évoqué "de plus en plus occulté." Par "une secrétaire nationale à ce niveau complice" ??? de, je cite : "désorganisation perlée d'EELV" ! Y" feignant d'observer "la concorde... En "FLAGRANT" plein champ de bataille"++! Selon certains observateurs dignes de foi ...
AFP : "Emmanuelle Cosse se dit "dépassée" dans "Society" : article publié le 19 septembre 2015 Cliquer sur :

http://lelab.europe1.fr/emmanuelle-cosse-se-dit-depassee-dans-society-sil-y-avait-un-podemos-en-france-ca-ne-serait-pas-avec-nous-2517261

EN SAVOIR PLUS : Cliqueren fin de billet sur

12 commentaires en les comptant,et jusqu'à trouver commentaires d'aricle relatif à Démission sans surprise de Barbara POMPILI les derniers commentaires y étant - inhabituellement séparés les uns des autres par de larges espaces (vierges d'écriture) les éloignant les uns des autres ...

POUR LIRE entre AUTRES.., le REMARQUABLE EDITORIAL signé Denis Sieffert et résumé - très à propos - comme suit++:

"À propos d’événements considérablesOn a toujours tort de négliger la basse politique. Il arrive qu’elle vous rattrape."

"Rarement plus qu’au cours de ces derniers jours, nous aurons eu l’impression qu’une comédie politique se jouait devant nos yeux. Au fond, rien de très nouveau, mais il y a des moments comme ça où les ficelles sont un peu trop apparentes. Ce moment particulier où les stratégies personnelles s’étalent au grand jour. Comme si les acteurs étaient fiers de nous montrer ce qu’ils savent faire en matière de manœuvres d’appareil et de manipulation de l’opinion. La palme revient évidemment aux dirigeants socialistes, habiles scénaristes d’un théâtre de marionnettes qui passionne le microcosme mais laisse indifférents la plupart de nos concitoyens. Leur principal fait d’armes ces jours-ci est d’avoir orchestré la démission de François de Rugy et de Jean-Vincent Placé.(...)"
"Puis, je me suis fait expliquer (voir l’article de Michel Soudais, p. 6) que pour petite que parût la manœuvre, elle pouvait ne pas être sans effets sur le paysage politique. Préparée par l’Élysée et la rue de Solférino, elle vise, dit-on, à casser Europe Écologie-Les Verts et à écarter Cécile Duflot de la course à la présidentielle. Le tout complété par l’opération Bennahmias qui vise à gonfler d’importance une nouvelle formation se réclamant de l’écologie, mais tout acquise à François Hollande.!"

Retrouver aussi dans POLITIS (en ligne ou en kiosque):

"PARTI SOCIALISTE : LA STRATEGIE DU CHAOS"

*** Ainsi que complémentairement, en présent blog (et en déroulant la liste des catégories (à droite du billet et sur FOND JAUNE) jusqu'à trouver mention "fil des billets" (publiés en page 2) et les titres de billets annonciateurs du déferlement d'attaques SAUVAGEMENT SUBVERSIVES! VOIRE SEXISTES !à l'encontre de certaine(s) candidatures féminines, aux présidentielles ...Soit :

***"De LA LUTTE des PLACES au(x)... STRAPONTIN(S) OFFERT(S) au MOINS DISANT "SOCIAL" et "ECOLOGIE" (publié le 09 avril 2015) - en catégorie "C'est au pied du mur...qu'on voit le maçon"!

***"SALE TEMPS POUR le GOUVERNEMENT en PLACE : La FRANCE "des TERRITOIRES" RENVOIE L'ARBITRE au VESTIAIRE !" (publié le 21 mars2015) en catégorie "Seigneur protègez-moi de Mes AMIS, mes ennemis, je m'en charge!"
Ainsi_que :
*** "L'Elysée et MATIGNON à la MANOEUVRE pour DIVISER les ECOLOGISTES! C'est TOUT DIRE !" (publié le 08 mars 2015) en catégorie "Dépolluer AUSSI la politique politicienne". ...

AUTANT de SKUDS et TORPILLES VISANT MANIFESTEMENT à EMPÊCHER par TOUS les MOYENS, fussent les pires,
- d'une part, - une CANDIDATURE "DUFLOT 2017"...
-d'autre part, FIN DECEMBRE 2015, toute espèce d'accords programmatiques et/ou listes en voie de constitution SUR la GAUCHE d'un PS notoirement droitisant ! Et ennemi déclaré de toute espèce (abhorrée!) de listes d'ALTERNATIVES REGIONALES ECOLOGIQUES ET SOCIALES !
arton3071.jpg

Communiqué de presse du GROUPE EELV -CRRA en COMMENTAIRE à relatif NON - EVENEMENT, certes particulièrement polititien, mais prédit de longue date, par beaucoup , à savoir :

"Le groupe des conseillers régionaux EELV Rhône-Alpes prend acte"

"de la démission de Claude Comet"

"Les élus écologistes à la Région Rhône-Alpes ont appris, ce week-end,"
"le départ d’EELV de Claude Comet, conseillère déléguée au tourisme et à la montagne, par la presse relayant une déclaration lors du meeting de lancement de campagne du candidat du parti socialiste"

"lls prennent acte d’une décision dont les motivations semblent plus personnelles que politiques":

"Claude Comet n’avait, en effet, pas été désignée par le vote des militants EELV pour figurer, en position éligible, sur les listes constituées en vue des élections régionales prochaines."

"IIs s’étonnent de"

''"la décision d’une élue qui n’avait jamais exprimé de désaccords politiques

majeurs avec les orientations et décisions de son groupe."''

"Claude Comet était en plein accordavec l’ensemble des élus écologistes sur l’opposition au Lyon-Turin ou au Center Parc de Roybon, elle avait défendu avec eux l’éco-conditionnalité des aides régionales et l’indispensable réorientation du Comité régional du tourisme++…"

" Autant d’exemples qui traduisent ++une vision écologiste des politiques régionales refusée par le parti socialiste."++

"Claude Comet a été soutenue, tout au long du mandat, par les 36 élus écologistes pour tenter de réorienter les politiques régionales en tourisme et montagne."

"Elle s’est confrontée, à denombreuses reprises, aux tergiversations et au manque d’intérêt du Président de région dans l’élaboration de projets comme Montagne 2040 et Via Rhôna".
''"Ceux-ci ont finalement pu aboutir grâce à la pugnacité de l’élue et du groupe EELV qui n’a pas hésité à conditionner des votes budgétaires pour cela."''

"Il est donc aujourd’hui curieux de constater que les divergences d’hier pourraient être le socle des alliances de demain."

"Ce n’est pas le « débauchage » d’écologistes qui fait un projet politiquecrédible et à la hauteur des profonds changements"
"qu’exigent les crises sociales, environnementales, économiques et démocratiques."

"Les élus EELV continueront, jusqu’au terme du mandat, à porter collectivement l’écologie au Conseil régional, seule manière efficace de transformer les politiques et poursuivent"

" leur engagement pour une réelle transition écologique en Rhône-Alpes."

Contacts presse :
Pierre Mériaux 06 32 11 63 89
Alexandra Cusey 06 32 12 94 23
Maryvonne Boileau 06 32 12 16 51

répondant sur le fond, à Communiqué de presse MANIFESTEMENT "CONVENU" entre l'"acheteur" et "vendue" à savoir :

Communique_presse_C._COMET__4___1_.pdf

EFFARANT concours de racolage masqué et duplicité politienne !

claude-comet-archives.jpg

LIRE, ci - après AUSSI à ce même sujet,
et par clic sur :
"12 commentaires"
les 2 avant-derniers en date, postés par mes soins, et intitulés comme suit :
..."CEPENDANT qu'en catégorie "PANIER de CRABES" : Episode "L'ECOLOGIE" menacée", "les rats quittent le navire ???"

Commentaires

1. Le 01 septembre 2015, par Henri Descalzo

 Henri Descalzovia listes.ouvaton.coop 

 

GRENOBLE Avrillier sur EELV : "Ouf, les opportunistes sont opportunément partis"

Raymond Avrillier est une figure historique des Verts. (Photo Le DL/Christophe AGOSTINIS) Raymon Avrillier est une figure historique des Verts. (Photo Le DL/Christophe AGOSTINIS)

L’ancien adjoint grenoblois et figure historique du parti écologiste, Raymond Avrillier commente ce vendredi matin les départs annoncés d’Europe-Ecologie-les Verts (EELV) de François de Rugy et Jean-Vincent Placé avec cette petite phrase qui lui ressemble bien ;  «OUF! Les opportunistes sont opportunément partis! » 

Et "il ajoute : « Le problème avec ces personnes, c’est qu’elles ne disent que « je », « je », « je », copiant ainsi la droite et le PS. Elles ont oublié que pour s’occuper de la question écologique et sociale, il fallait dire « nous ». Non, notre parti n’est pas mort pour autant, car j’ai l’impression que cette démarche collective intéresse encore beaucoup de monde, et bien au-delà des écolos. » 
Sur la « gauchisation » dénoncée par Placé, Raymond Avrillier déclare : «C’est vrai que là où il est placé, tout est plus à gauche que lui ! Qu’il se tourne donc vers le PRG ou vers Brice Lalonde et la droite, c’est sa tendance lourde, non ?»

 Vendredi 28 août 2015

2. Le 01 septembre 2015, par Maël Rannou

Jean-Vincent Placé menace de quitter EELV ? Personne ne le retient. Il veut diviser

Publié le 25-08-2015 
Avatar de Maël Rannou Par , militant EELV

LE PLUS. Les divisions persistent au sein d'Europe Écologie - les Verts. À l'occasion de l'université d'été du mouvement, Jean-Vincent Placé a a dénoncé les potentielles alliances avec le Front de Gauche, et menacé de quitter EELV. Un comportement que déplore Maël Rannou, candidat du mouvement écologiste aux prochaines régionales en Mayenne.

Jean-Vincent, à tort ou à raison, tu incarnes l’écologie dans les médias. À notre sens, surtout à tort car au fond qu’as-tu réellement fait pour l’écologie ? Gagné des postes, négocié des sièges c’est certain, et surtout pour toi et tes proches.

Mais si avoir deux groupes parlementaires est bien beau et que leur travail est certain, le résultat de ton action depuis trois ans est toujours le même : décrédibilisation, division, inféodation.

Tu cours les interviews pour dire tout et n’importe quoi

Décrédibilisation, par tes frasques personnelles d’abord. Cette histoire de PV, qui te fait piquer de grosses colères, mais qui n’en est pas moins insupportable pour un parti luttant contre le tout voiture et son incivisme. Décrédibilisation encore par cette incroyable réponse à Élise Lucet, t’interrogeant à propos de la disparition de 75.000 euros au Cedis, que tu dirigeais alors : "C’est peut-être une somme importante pour vous..."

Mais dans quel monde vis-tu Jean-Vincent ? Rien que ces deux actes auraient mérité sanction tant ils reviennent sans cesse dans la figure des militants de terrain ! Mais non, tu continues à aller courir les interviews pour dire tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi d’ailleurs.

Ici tu chantes les louanges de Dassault, là tu vas te vanter de conseiller des champignons à Pierre Gattaz… De fait, cette accumulation de petites phrases pseudo innocentes ne l’est pas : les seuls à qui tu réserves tes attaques sont ceux dont tu es sensé partager le camp.

On se souvient tous de cette terrible sentence où tu disais ton mépris d’EELV, devenu le parti "des Roms et de la Palestine", tournant ouvertement le dos à nos combats historiques en utilisant, comme tant de populistes, les plus faibles de la société pour te mettre en scène.

Ton objectif : semer la division à l'intérieur d'EELV

Le but derrière tout ça est simple : semer la division. Le moins qu’on puisse dire est que c’est réussi, du moins à l’extérieur. Avec tes camarades tu as tout fait, durant des mois, pour détruire le mouvement écologiste. Avant les européennes tu soutiens les candidats en affirmant que tout le monde se fout de ces élections, toi le premier. Merci, on tractait à ce moment là et on s’en souvient encore…

Pour les départementales, vous vous êtes tous surpassés, affirmant que nous courrions à l’échec dès le départ, utilisant chaque parcelle de parole publique pour attaquer les candidats et les stratégies adoptées démocratiquement par les militants. L’avant-veille du second tour, vous avez même carrément annoncé la création d’un nouveau parti suite à l’échec des élections à venir, tranquillement.

Le soir venu, ta première réaction fut encore une fois pour attaquer EELV, parti en "mort clinique", en reprenant à ton compte les chiffres grotesques du ministère de l’Intérieur et en regrettant la fin d’une belle aventure…

Et puis finalement, constatant que votre scission annoncée était très bien accueillie de tous les militants et que personne ne s'en inquiétait tout fut oublié, et ce fut de nouveau l’action interne et externe pour tenter à nouveau d’imposer l’alliance (et non l’union) de premier tour avec le PS aux régionales.

Tu as un mérite, tu ne caches pas tes ambitions

Après une pause estivale te revoici en scène annonçant que si des militants d’une région qui n’est pas la tienne avaient l’outrecuidance de voter pour ce qu’ils avaient envie de défendre tu partirais ! Tu ajoutes même que la scission "prévue après les régionales" – tiens, il y avait donc une scission de prévue ? – risquais d'arriver plus tôt que prévue.

Le résultat a semblé efficace, jamais je n’ai vu autant de gens réclamer une union avec le Front de Gauche en Nord-Pas-de-Calais ! D’ailleurs, dès le lendemain, tu rétropédalais encore expliquant que "ce n’était pas un ultimatum"...

Tu as un mérite, tu ne caches pas tes ambitions, tu ne fais pas semblant. Tu l’as dit, tu veux être ministre, pour ça tu veux vendre le parti au PS. Mais pas de chance, le parti résiste. Tant pis, tu l’as affirmé, tu entreras au gouvernement contre l’avis d’EELV s’il le faut. À t’entendre, tu y entrerais même contre l’avis d’Hollande et Valls si tu le pouvais.

Malheureusement, personne ne t’appelle, et tu restes dramatiquement identifié à nos militants de terrain qui, chaque jour, payent les pots cassés de tes frasques.

Tu menaces de partir ? Personne ne te retient

Jean-Vincent, tu n’a plus que détestation pour ce parti et la ligne que tu défends est chaque jour plus éloignée de celle du mouvement. Au fond, ce n’est pas grave, ces choses là arrivent.

La seule chose triste est qu’EELV n’ait pas le courage d’entamer de légitimes poursuites disciplinairesafin de pouvoir enfin se dissocier des multiples boulets que tu traînes et que l’on nous renvoi sans cesse dans la figure, collant à nos doigts comme le sparadrap du capitaine Haddock.

Face à ce triste constat, il faut dire une chose : cela fait des mois que tu surjoues le psychodrame sur le ton de "retenez-moi ou je fais un malheur !" Alors sache Jean-Vincent que, vraiment, personne ne te retient.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1411331-jean-vincent-place-menace-de-quitter-eelv-personne-ne-le-retient-il-veut-nous-diviser.html


3. Le 03 septembre 2015, par serge RiVET

Les écolos sécessionnistes créent leur mouvement

  

Les partants d'EE-LV, Placé et De Rugy, et Bennahmias, ex-Modem fondateur du Front démocrate, créent ce soir l'Union des démocrates et écologistes (UDE) avec Génération écologie.                                                                                              

Les écolos  estampillés «réformistes» ou «réformateurs» regroupent leurs chapelles. Les parlementaires tout juste partis d’EE-LV, François de Rugy et Jean-Vincent Placé, et les anciens du Modem (mais aussi ex-Verts) et dirigeants du Front démocrate, Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle, se réunissent ce mercredi soir au Sénat pour créer l’Union des démocrates et écologistes. Le sigle UDE  – un peu le pendant, pour le centre gauche, de l’UDI au centre droit – avait été déposé mi-août par le député François-Michel Lambert, suspendu d’EE-LV.

Cette «maison commune» agrège le Front démocrate, la structure que devrait  créer les partants d’EE-LV ainsi que Génération écologie. Mais pas le Mouvement des progressistes, le mini-parti de Robert Hue. «Robert considère qu’il a un espace post-communiste à occuper», justifie Bennahmias, qui a vu l’ancien candidat PCF à la présidentielle de 2002, ce mercredi.                                                                                              Pacte fondateur» en octobre:  Pour  l’heure, cela a un petit côté congrès dans une cabine téléphonique. Bennahmias promet : «On veut très vite y faire venir des gens.» Le cofondateur du Front démocrate (qui revendique 1000-1200 adhérents) promet un système d’adhésions directes à l’UDE et prévoit de tenir une«convention» en octobre avec élaboration d’un «pacte fondateur». Son principe : positionnement au centre gauche, écologie positive, partenariat avec le PS.                                                                                                                                                                        L’ancien allié de François Bayrou compte notamment attirer des déçus du Modem tandis que ceux d’EE-LV parlent aux camarades de leur ex-parti qui seraient déboussolés par son rapprochement avec le Front de gauche. Le tout sans se marcher sur les pieds ? Les fondateurs de l’UDE, planent un peu. «L’espace est large», assure l’un. Un autre : «il y a un marché, six sympathisants écologistes sur dix nous attendent.»

Interrogé par Libération, Daniel Cohn-Bendit, qui avait fait un carton aux européennes de 2009 en fédérant les écologistes de tous poils au sein d’Europe Ecologie, se montre sceptique : «Est-ce que ramasser des morceaux cassés refait un vase ? Je ne crois pas

4. Le 05 septembre 2015, par Renée Alice
Accueil du site > L’hebdo > Éditorial > À propos d’événements considérables…
 
rss_logo
1

Par Denis Sieffert - Suivre sur twitter - 2 septembre 2015

À propos d’événements considérables…

On a toujours tort de négliger la basse politique. Il arrive qu’elle vous rattrape.

Rarement plus qu’au cours de ces derniers jours, nous aurons eu l’impression qu’une comédie politique se jouait devant nos yeux. Au fond, rien de très nouveau, mais il y a des moments comme ça où les ficelles sont un peu trop apparentes. Ce moment particulier où les stratégies personnelles s’étalent au grand jour. Comme si les acteurs étaient fiers de nous montrer ce qu’ils savent faire en matière de manœuvres d’appareil et de manipulation de l’opinion. La palme revient évidemment aux dirigeants socialistes, habiles scénaristes d’un théâtre de marionnettes qui passionne le microcosme mais laisse indifférents la plupart de nos concitoyens. Leur principal fait d’armes ces jours-ci est d’avoir orchestré la démission de François de Rugy et de Jean-Vincent Placé. J’avoue que face à un événement aussi considérable, j’ai d’abord eu envie de passer mon chemin. Il ne me semblait pas que l’aventure de ces deux personnages, tout présidents de groupes parlementaires qu’ils sont, soutenait la concurrence face aux grands désordres du monde.

Puis, je me suis fait expliquer (voir l’article de Michel Soudais, p. 6) que pour petite que parût la manœuvre, elle pouvait ne pas être sans effets sur le paysage politique. Préparée par l’Élysée et la rue de Solférino, elle vise, dit-on, à casser Europe Écologie-Les Verts et à écarter Cécile Duflot de la course à la présidentielle. Le tout complété par l’opération Bennahmias qui vise à gonfler d’importance une nouvelle formation se réclamant de l’écologie, mais tout acquise à François Hollande. On a toujours tort de négliger la basse politique. Il arrive qu’elle vous rattrape. Nous traitons donc cette semaine avec sérieux, quoique sans sympathie excessive, ces manœuvres dont il est encore difficile de mesurer le pouvoir de nuisance. L’autre événement considérable qui a occupé en ce début d’été la chronique politique, c’est évidemment « l’affaire » Macron. Je commence à penser que l’on est très injuste avec le ministre de l’Économie. Il est sans doute plus sincère que la plupart de ses collègues. Il dit ce qu’il pense. Ami du Medef, il est contre les 35 heures et pour le démantèlement du droit du travail, et il l’assume. Ce que ne peut plus faire Manuel Valls, à mesure que l’on se rapproche de l’échéance présidentielle. De nombreux confrères ont bien voulu décrypter pour le vulgum pecus ce qui ressemble là encore à une savante orchestration : en allant très à droite, Macron permet à Valls de se « recentrer ». Cela, à toutes fins utiles, au cas où François Hollande ne serait pas « en situation » de se représenter. C’est sans doute vrai, et passionnant, mais on peine tout de même à apercevoir derrière tout cela les grands enjeux de notre temps.

Où donc sont « les gens » dans cette histoire ? Vingt mois avant la présidentielle, ce petit monde ne pense déjà plus qu’à la course à l’Élysée ! Il y pense surtout de plus en plus ostensiblement. Pierre Rosanvallon note, dans son dernier livre, qu’en France la présidentialisation « est considérée comme une maladie dont il faudrait apprendre à guérir, et non pas comme la première ébauche d’une nouvelle forme de démocratie »  [1]. Et rien ne laisse supposer que nous soyons sur la voie de la guérison. Cette hyper-prédominance de l’exécutif, qui excite les convoitises et fausse les débats, est d’autant plus décalée que le pouvoir s’est déplacé vers des instances européennes (les mauvaises langues disent « vers l’Allemagne »). La comédie n’en est que plus ridicule.

À La Rochelle, Manuel Valls a tout de même, longuement et avec éloquence, parlé des migrants. Mais il l’a fait en parfaite contradiction avec la politique peu reluisante qui est la sienne depuis des mois dans ce dossier. Comme s’il réagissait aux événements dramatiques des jours précédents. Comme s’il fallait plaire à une salle prête à bondir au premier faux pas. On ne lui reprochera pas d’avoir cité les mots magnifiques inscrits sur le socle de la statue de la Liberté : « Donnez-moi vos pauvres, vos exténués qui, en rangs serrés, aspirent à vivre libres, le rebut de vos rivages surpeuplés, envoyez-moi ces déshérités rejetés par la tempête. » Mais que vaut le verbe alors que, dans les faits, la France ne brille guère par sa générosité ? Là encore, on est tenté de faire appel à nos décrypteurs : ce tournant, pour l’instant très formel, ne s’inscrit-il pas dans la stratégie de reconquête de l’opinion de gauche ? Scepticisme et perplexité… De même, lorsque le militant entend le Premier ministre affirmer à propos du code du travail que l’on peut « lever les contraintes, tout en protégeant ! », il est inévitablement saisi par le doute. Il se dit que cette quadrature du cercle fleure bon l’arnaque. Monsieur de La Palice l’aurait compris : si on lève les contraintes, on lève aussi les protections. Mais ce dossier a au moins un avantage : il n’a pas besoin de décryptage.

et y lire aussi :
"Parti socialiste : la stratégie du chaos"

Lire par 
 article réservé aux abonnes  :
 Parti socialiste  : la stratégie du chaos 
5. Le 07 septembre 2015, par Renée Alice

***De LA LUTTE des PLACES au(x)... STRAPONTIN(S) OFFERT(S) au MOINS DISANT SOCIAL

siteon0.gif
CommPolitis1348-8de65.jpg

L'EDITORIAL de Denis SIEFFERT - DIRECTEUR de la REDACTION de POLITIS -

Paru dans Politis.fr - en date du 8 avril 2015

- (Politis n°1348) est agrémenté d'un"Édito vidéo" intitulé :"Offres de service"historiquement introduit comme suit:

"On se serait cru revenu un quart de siècle en arrière, au temps de l’équivoque écologique."

"Quand on ne savait pas encore de quel côté l’écologie allait pencher."

arton30193-0680b.jpg

Denis Sieffert y revient donc sur"la réunion "Repères écologistes", courant favorable à un retour des verts au gouvernement, tenue à l’Assemblée le 4 avril dernier".
Et donne - comme à son habitude, posément - un point de vue d'autant plus percutant, qu'imparablement étayé, :
Cliquer sur:

https://youtu.be/fHUPop0Gvtk

"Le tandem exécutif est embarqué dans une opération résolue de destruction de la gauche, façon Blair ou Schröder"''.

''"Il y avait là Antoine Waechter, théoricien du premier « ni ni »Corinne Lepage, ex-ministre de Chirac, Yves Pietrasanta, rescapé du « lalondisme », et une collection de sigles à laisser perplexe le plus savant des politologues : MEI, FD, Cap 21. Avec, pour tous, la tentation gourmande d’une alliance… avecle MDP, de Robert Hue, ex-communiste, absent mais courtisé, et avec l’ex-ministre de Sarkozy, Jean-Louis Borloo++… 1".

"Pas sûr que la somme de toutes ces formations représente plus que quelques centaines d’adhérents, mais on aurait tort cependant de ne voir là qu’une amicale des anciens. D’abord parce qu’il y avait 250 personnes, samedi à l’Assemblée. Peu d’acteurs, certes, mais pas mal de curieux désireux de voir comment les choses vont tourner."

1 "Petit glossaire : MEI (Mouvement écologiste indépendant) ; FD (Front démocratique) ; Cap 21 (Citoyenneté, action, participation pour le XXIe siècle) ;MDP (Mouvement des progressistes)".

"Et quelques personnages bien d’aujourd’hui".

"À commencer par deux des parlementaires les plus médiatiques d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), le député François de Rugy et le sénateur Jean-Vincent Placé. Ce n’est pas leur faire injure que de dire qu’ils représentent l’opposition de droite du parti."

"Une opposition vent debout contre Cécile Duflot, à qui il est reproché d’avoir quitté le gouvernement. Car tel était bien l’unique propos de ce rassemblement hétéroclite".

"Pas question ici du réchauffement climatique qui met en péril la planète, ni de sortie du nucléaire ni même de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et encore moins de critique du productivisme. Les grands défis de notre époque n’avaient pas été convoqués"

"On était venu parler tactique. « Nous sommes partants pour entrer au gouvernement ,
"a lancé Jean-Luc Bennahmias, ex-Vert et ex-Modem, qui a su très vite mettre les points sur les « i » de « ministre » à ceux qui n’auraient pas compris. Cette quête de reconnaissance pourrait n’être que pathétique. Mais la réunion de samedi survient alors même que l’idée d’un rapprochement entre les écolos et le Front de gauche commence à faire son chemin."

"Et quand on apprend que Bennahmias, factotum de cette opération de ralliement à François Hollande, a son rond de serviette à l’Élysée, on perd toute innocence. Nous sommes bien dans l’arrière-cuisine électorale du PS en vue de 2017"

"Les "offres de service" ne sont pas nécessairement spontanées. Elles ne sont sûrement pas pour tout de suite, mais leur temps++ viendra sûrement".
"Du coup, le discours laborieux qui habille l’entreprise est secondaire. Il est d’ailleurs d’une faiblesse insigne. Comment prétendre que l’on va « peser » sur les choix de l’exécutif en étant à l’intérieur du gouvernement, alors même que François Hollande vient de réaffirmer urbi et orbi (c’est de saison !) qu’il ne changerait pas de cap,"
"Il n’y a donc rien à attendre ni à espérer. Ni la fermeture deFessenheimni l’abandon de Notre-Dame-des-Landesni laproportionnelle aux élections, ni un infléchissement social de la politique économique, ni aucune des conditions posées par Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d’EELV, à un retour sous les ors de la République."

"Ce que les électeurs n’ont pas pu, ce n’est pas Jean-Vincent Placé et ses amis qui le pourront. Et ils y laisseront leur liberté de parole."

4613552_6_bc14_rendez-vous-des-ecologistes-favorables-a-une_bb2efe7eea456bd6958299249c9993fc.jpg

"Alors quoi ? Mettons de côté les ambitions personnelles, quoiqu’elles s’exposent ici sans retenue, et prenons un peu de recul."

"Ceux qui pensent – et nous en sommes – que le tandem exécutif est embarqué dans une opération résolue de destruction de la gauche, façon Blair ou Schröder, et que nous allons tout droit vers un nouveau bipartisme proposant une alternance entre un centre libéral et une droite musclée, ont été confortés par les discours de samedi. On aura remarqué que dans la « maison commune des progressistes, démocrates et écologistes », proposée par Jean-Luc Bennahmias, il n’est plus question de gauche. Cette recomposition du paysage politique passe par l’implosion des Verts en tant que parti de gauche. Lorsque Jean-Vincent Placé parle de « la mort clinique » d’EELV, on ne sait s’il prophétise ou s’il émet un vœu. En attendant, la balle est dans le camp d’en face pour que soit proposée à nos concitoyens une offre politique crédible à gauche, et séduisante pour un électorat en déshérence".
Cliquer sur Lien vers ci-après ;

https://youtu.be/fHUPop0Gvtk

En notant que POLITIS titre aussi sur "Séparation de corps annoncée" (cf conditions d'accès à article réservé aux abonnés) intitulé :
"Une majorité de parlementaires écologistes, réunis samedi 4 avril, se préparent à prendre leurs distances avec le parti."

F4CBENz0_nc5zGwoOxvTSjl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9.jpg

"Sommaire:"

"Vont-ils quitter Europe Écologie-Les Verts (EELV) pour fonder un nouveau parti ? Favorables à un retour au gouvernement, les députés Barbara Pompili, François de Rugy, Denis Baupin, Véronique Massonneau, François-Michel Lambert, Éric Alauzet, les sénateurs Jean-Vincent Placé, Leila Aïchi et Jean" (...)

''Et dans cet effarant scenario sinon "recul -historique!" de l'écologie politique", proposé en perspective, si d'aventure et à l'exemple détestable, d'autres élu(e)s n'ayant déjà en d'autres occasions, pas hésité l'ombre d'un (scrupuleux) instant à perpétrer de véritables "hold up de mandats",''
''faut-il en outre s'attendre à ce que la brochette qui s'affiche aujourd'hui, en faction subversive plutôt qu' aux côtés de la secrétaire nationale, puisse être d'ores et déjà "sur le départ ? Et prête à changer crânement de boutique; mais en emportant des mandats estampillés EE-LV'...'
Et leur ayant été dûment confiés par des ASSEMBLEES SOUVERAINES soucieuses de choix de société, programme et durée de mandatture à ne pas jeter aux orties pour servir d'autres intérêts...
Les bas de soie m'en tombent...

Renée Alice

Cliquer pour info sur lien vers"Emmanuelle Cosse (EELV)" : «Nous sommes toujours dans la majorité parlementaire»:  Emmanuelle_Cosse__EELV_____Nous_sommes_toujours_dans_la_majorite_parlementaire_.html

Ainsi que :réponse de berger à la bergère ? pour LIRE :
un communiqué notamment recommandé par Jean Charles KOHLHAAS Président du Groupe EELV au CONSEIL REGIONAL Rhône Alpes, intitulé comme suit :

"Loin des ambitions ministérielles, les écologistes agissent"                                                                                                TRIBUNE - "Loin des ambitions ministérielles, les écologistes agissent dans les villes, dans les régions, et au parlement...Pour l'intérêt des citoyens.

"Un texte entre autres, signé pa  r les députées Eva Sas et Danielle Auroi,Thierry BrochotPrésident du Conseil fédéral, et Sandrine Rousseauco-Porte-parole nationale d'EELV
Ainsi que POUR RAPPEL sur:"QUAND les CHIFFRES PARLENT d'EUX-MÊMES"...

6. Le 07 septembre 2015, par serge REVET
 Des Verts dans le rouge :En claquant la porte des écologistes, François de Rugy et Jean-Vincent Placé aggravent (sciemment) une situation financière déjà compliquée. Il y a des départs dont le coût n'est pas que politique. Ainsi ceux de Jean-Vincent Placé et François de Rugy, précédés par celui de ­François-Michel Lambert et de Christophe Cavard. Quatre départs d'Europe Écologie-Les Verts, autant d'aides publiques en moins. Soit environ moins 160.000 euros par an. Pour un parti qui est déjà dans le rouge, la somme n'est pas anodine. "Notre situation financière est extrêmement préoccupante mais pas désespérée", résume la trésorière du parti, Marie-Pierre Bresson. Pour ne rien arranger, Rugy et Placé sont partis sans avoir reversé, comme il se doit chez EELV, une partie de leurs indemnités. Environ 9.000 euros pour le premier et un peu plus de 10.000 euros pour le second. Ils sont loin d'être les seuls dans ce cas mais, eux partis, "on peut s'asseoir dessus", résume un dirigeant écolo. "On les a relancés, mais ils n'ont pas répondu", pointe Maryse Oudjaoudi, membre du bureau exécutif d'EELV."On ne peut pas nous taper dessus et nous demander de payer l'impôt révolutionnaire", rétorque Rugy. (inversant sans mollir les rôles et à l'aise Blaise, la responsabilité des propos déshonorants publiquement tenus à l'encontre d'EELV...) Une dette de 2,5 millions d'euros : En mai, un courrier des commissaires financiers du parti avait sonné l'alerte. La lettre pointait un risque de "cessation de paiements" et une "situation catastrophique". "Ce courrier a créé un électrochoc qui peut être salutaire", espère Thierry Brochot, le référent financier pour toutes les régions. Depuis, ce dernier a recensé toutes les dépenses pouvant être diminuées. De la suppression d'abonnements en passant par les frais de taxi ou de téléphone. Des frais généraux qui s'élèvent à plus de 400.000 euros pour 2014 et qui pourraient être ramenés à environ 175.000 euros dans l'idéal.La dette d'Europe Écologie-Les Verts est d'environ 2,5 millions d'euros et leur banque a réduit le découvert autorisé.Côté positif, le parti a dégagé des excédents en 2013 et 2014. Le siège du parti a été mis en vente en juillet. Il est estimé à 3,8 millions d'eurosmais entre les frais de notaire, la taxe sur la plus-value, les autres frais et une baisse probable du prix de vente, EELV ne touchera pas non plus le gros lot. "Les marges de manœuvre sont épuisées" : Les régions, qui ont une comptabilité séparée sont, elles, dans une bonne situation mais les indemnités reversées par les élus vont baisser."             Plus que financière, la question pourrait aussi devenir politique. "Sans indépendance financière, nous perdons notre indépendance politique", alertait le courrier de mai...(...).                                                                                                                                                                                                                                                 "Le PS pense que nous avons un vrai problème de fric, et compte ainsi nous empêcher d'aller à la présidentielle.

7. Le 09 septembre 2015, par Renée Alice

..."CEPENDANT qu'en catégorie "PANIER de CRABES,  EPISODE "ECOLOGIE menacée: " Quand LES RATS QUITTENT LE NAVIRE ?"...

VOIR INFO PARUE EN D. L. le 9 SEPTEMBRE 2015 dont extraits ci-après 

"La conseillère régionale de Rhône-Alpes, Claude Comet, quitte Europe Ecologie Les Verts. Elle en fera l’annonce officiellement lundi matin"

MAIS ELLE A confirmé L'INFORMATION

 CE SAMEDI EN MARGE DU MEETING DE LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DE JEAN-JACQUES QUEYRANNE (PS) à    CLERMONT- FERRAND POUR LES ELECTIONS REGIONALES DE DECEMBRE PROCHAIN."

"Claude Comet est conseillère déléguée au tourisme et à la montagne de Rhône Alpes. En 2010, elle était tête de liste EELV en Haute-Savoie".
"En septembre dernier, Yves Paccalet tête de liste en Savoie en 2010 et conseiller régional avait lui aussi quitté EELV pour rejoindre le groupe socialiste ."

Nota bene ; cette annonce non anodine, omettant  toutefois de rappeler que dans les 2 "CAS",  l'UN comme L'AUTRE  imitaient  en celà, la conseillère Nicole BIllet*** (alors élue Conseillère Régionale en 2010,  en 5 ème position sur LISTE  conduite par une Claude .COMET, parachutée de l'Ain et pour sa part, sans crainte du ridicule ni complexe aucun, auto-proclamée  - dans son blog - "l'ingénue des alpages"... Dont par parenthèses les déploiements régionaux n'auront certes pas fait vibrer outre mesure;  l'"Echo de nos Montagnes !"... 

Ces trois transfuges - d'EELV au PS - y étant bien sûr, très élégament TOUS trois  partis en y emmenant des plus cavalièrement (!) les MANDATS leur ayant été - bien imprudemment confiés - par Europre ECOLOGIE Les VERTS

***par ailleurs épouse d'un élu (12 ème adjoint à l'Environnempent et au développement "Durable"**** sous-entendu "pourvu que çà dure !"au sein de la Municipalité UDI/UMP de la Ville d'ANNECY ( et ce,  aux avant-dernières municipales et à ce jour encore, ) - et alors à ce titre, très officiellement exclu d'EELV sur décision du bureau national !
D'autant que cet avocat en activité n'y relayant en rien, les nombreux  combats associatifs menés contre une foultitude de déraisonables GPI (GRANDS PROJETS  aussi INUTILES que DISPENDIEUX !)
 
****un élu,  au long cours révélé parfait prototype de "meneur de bal "au "royaume des faux-culs" (une locution que ce plaisantant "cynique" revendiqué, aimait tout particulièrement à évoquer... Et Dieu sait qu'il s'y connaissait (en matière accointances douteuses ...)  Et "d'électron libre" patenté,que nombre de hauts-savoyards (blasés!), retrouveront  donc sans surprise CANDIDAT aux REGIONALES en DECEMBRE 2015 !   
QUANT à LUI, récemment propulsé  "tête de liste Front Démocrate pour la HAUTE SAVOIE", dans la foulée d'une plutôt "foireuse" mis bruyante adhésion au MODEM intervenue entre temps - en informant France Inter, rien moins ! - d'un piteux tour de piste ayant sitôt, fait long feu !
En gros,-  tiens tiens tiens ... - à l'époque même ou Mme KILONSAIT  ci-dessus citée,.. ) élue conseillère régionale en Rhône-Alpes en 2010,  "passait" dès l'année suivante,  au PS ! AVEC le mandat qui lui avait été confié par EELV bien sûr ... 
QUE du beau monde !

Ce triste ensemble (REGIONAL) d'élus-transfuges ( savoyards) embarquant - bien évidemment à chaque fois au PS , sans en référer préalablement à qui que ce soit ! Et sans le moindre scrupule!- les MANDATS leur ayant été respectivement - et  CERTES BIEN  imprudemment confiés par EUROPE ECOLOGIE Les VERTS ! Et PAS que... CHERCHEZ l'ERREUR ... Et,                                                               QU'ON SE LE DISE !  Et  S'EN SOUVIENNE, LES  6   et  13 DECEMBRE  prochains !








































8. Le 15 septembre 2015, par Josiane GONNOT

De Rugy, Placé, Hollande, ou la comédie du pouvoir [vu du Sénat #70] Publication: 14/09/2015 10h06 CEST Mis à jour: 14/09/2015 12h38 CEST POLITIQUE - En cette veille de la COP21, moment crucial pour tous ceux et toutes celles qui se battent contre le réchauffement climatique, ses retombées néfastes sur la planète et la menace qu'il fait peser sur l'avenir du genre humain lui-même, en ces temps, pour le pays, de profonde crise sociale, identitaire et culturelle, et quand l'afflux de réfugiés nous rappelle la gravité, la violence et la barbarie de conflits qui font rage à nos portes, on aurait pu imaginer que la gauche et les écologistes auraient trouvé urgent de réaffirmer leurs valeurs, de réorienter leur action dans le sens d'une authentique fidélité à ces valeurs, d'agir, enfin, pour ne pas abandonner le terrain à d'autres, droite sans boussole, voire extrême droite sans principes                                                                                                                                                                                            Quand notre devoir, à nous spécialement, écologistes, était de surmonter ensemble et solidairement nos divergences de vues et nos conflits internes, de rassembler les talents, de fédérer les énergies, François de Rugy et Jean-Vincent Placé n'ont rien trouvé de mieux que de PARTIR ,                                                                                                                                                                                                             dans une précipitation manifeste, je n'ose dire dans une surprenante improvisation, pour fonder un parti à l'avenir incertain,            dans l'espoir, plutôt ténu, d'entraîner quelques déçus dans leur sillage (quelques-uns, en effet, les ont suivis, mais il n'y a pas eu d'hémorragie: les troupes sont toujours à EELV).                                                                                                                                               Destins ministériels contrariés :                                                                                                                                                                             Lorsque, comme moi, on est venu d'ailleurs en politique, qu'on a eu une autre vie avant, et qu'on y a appris la vie, justement,                   comment ne pas s'étonner, que dis-je, se désoler d'un tel gâchis?                                                                                                                                Comment se faire à l'idée que le motif de tout ce bruit et de toute cette fureur pourrait n'être qu'un destin ministériel contrarié? Je ne vais pas accabler les partants. Mais eux jouent avec l'écologie politique.                                                                                                                           Et se rendent-ils bien compte que d'autres, plus puissants et encore plus retors qu'eux, machiavels à la petite semaine, sont en train de jouer avec eux?                                                                                                                                                                                                                         Et qu'il ne vaut sans doute pas la peine de s'agiter pour un gouvernement qui tangue, tergiverse, hésite, trahit chaque jour un peu plus ceux qui l'ont porté au pouvoir, oublie le peuple, et fait, en matière d'écologie, un jour un pas en avant, pour le lendemain en faire deux en arrière?  Nous sommes tous affectés de voir nous quitter des gens que nous avons appréciés dans le passé, et avec qui nous avons travaillé et combattu.                                                                                                                                                                                                                                 Les écologistes sont en colère, certes. Et cette colère a commencé de s'exprimer, quoique avec mesure, au travers d'une pétition déjà signée par nombre d'entre eux, qui demande aux sénateurs EELV de ne pas maintenir Jean-Vincent Placé à la présidence du groupe écologiste du Sénat.                                                                                                                                                                                                      Mais les écologistes sont tristes aussi. Ne valent-ils donc vraiment pas mieux, ces partants, queleur allégeance parfois servile un Président de la République qui, de toute apparence, ne cesse de les manipuler? Sont-ils si sûrs de pouvoir peser davantage à l'intéieur du gouvernement qu'à l'extérieur,à la fois pour plus d'écologie et pour plus de justice sociale?Ou n'ont-ils en tête que l'accès à une belle fonction, susceptible de flatter leur ego, et rien de plus?  Ont-ils un projet,un programme, ou ne sont-ils que de simples calculateurs?               Les Français, eux, hélas, ne se posent plus guère ce genre de questions. Ils y ont déjà répondu d'avance. Par un mépris qui enveloppe presque tout le monde politique. Alors même que tout fragilise les Français, nous ne trouvons rien d'autre à leur offrir qu'une image fracturée. Triste spectacle et manœuvres d'arrière-cour  Les "frondeurs" du PS sont restés au PS pour tenter de changer leur parti de l'intérieur et d'infléchir sa ligne. Nos écologistes "réformateurs" ont fait le contraire, bizarrement incapables d'assumer le rôle, pourtant essentiel dans toute structure démocratique, de minorité active et stimulante. Quand les militants écologistes -de quelque nuance qu'ils se réclament- se battent sur le terrain, et font campagne, avec détermination et conviction, en cette veille d'élections régionales, quelques "leaders", après avoir déserté, s'échinent à torpiller leurs efforts, en propulsant artificiellement au devant de la scène une formation qui n'a pour l'instant qu'un nom, un logo, un numéro 1, un numéro 2, et guère plus.Tout cela serait assurément bien assez. Eh bien non ! À ce grand et beau spectacle, il faudra ajouter les manœuvres d'arrière-cour au Sénat.                                                                                                                                  Jean-Vincent Placé, tout le monde se l'accorde, et j'ai toujours été la première à le dire, a été, pendant quatre ans, un bon président du groupe écologiste du Sénat.Aujourd'hui, ce bon président n'est plus. Parce qu'il n'a de souci que de lui-même, et non de son groupe. M. Placé s'accroche. Il fonde son propre mouvement, s'agite pour lancer, aux régionales, des candidatures concurrentes face aux listes EELV, n'a d'autre objectif que détruire le parti qu'il a quitté   (et auquel il semblerait qu'il a cessé de payer ses cotisations depuis belle lurette).                    Les membres du groupe écologiste du Sénat, eux, sont encore, à ma connaissance et dans leur grande majorité, affiliés à EELV. Eh bien, M. Placé ne s'en formalise guère! Au moins, à l'Assemblée, François de Rugy a-t-il eu l'intelligence et la louable correction de démissionner de la présidence de son groupe. M. Placé ne s'embarrasse pas de cohérence, lui. Il ne lâche pas son fauteuil. C'est sans doute la seule chose qu'il pourra demain faire valoir auprès de François Hollande pour tenter de lui donner encore l'illusion qu'il pèse un peu.adviendra dans les semaines à venir, ni comment mes collègues réagiront. Mais je suis historienne. Et je sais mieux que personne à quelles catastrophes peuvent aboutir, lorsqu'elles sont conduites à grande échelle, les manœuvres de ce genre. Nous n'en sommes pas là, heureusement.                                                                             Reste que cette tentative manifeste de dévoiement de la règle démocratique, ce mépris de l'exigence de clarté et de cohérence partagée par tous nos concitoyens, signent un manquement grave à l'éthique politique. Et je ne serais pas étonnée, au cas où M. Placé serait maintenu à son poste, que quelques sénateurs écologistes choisissent, la mort dans l'âme, de quitter leur groupe et de risquer d'en provoquer la dissolution (nous sommes dix aujourd'hui, et il faut être dix au minimum pour former un groupe).                                                                            La personne de Jean-Vincent Placé n'est pas en cause, je lui conserve encore une bonne part de l'amitié que je lui porte depuis que je le connais. Mais il n'est plus question ici d'amitié. Juste de rigueur et d'honnêteté politiques.                                                            Personnellement, je souhaiterais que nous arrivions à un consensus. Et ma proposition est simple: un bureau rénové, et une présidence EELV tournante, renouvelée tous les six mois pour les deux ans de mandat qui nous restent. Je précise que je passe mon tour et ne suis pas candidate. Je ne vois guère d'autre moyen raisonnable de sauver le groupe écologiste du Sénat. À l'Assemblée, vu le nombre de députés concernés, la marge de manœuvre est plus grande.                                                                                                                                                                                                Diviser EELV pour s'assurer d'arriver au second tour de la présidentielle? Il est temps de comprendre que nous, citoyens, militants, élus fidèles au mandat que nous ont confié les électeurs, ne pouvons pas indéfiniment perdre notre énergie à combattre les petites ambitions personnelles de quelques-uns. Cette énergie, nous devons l'employer d'abord à défendre le bien commun. Nous avons beaucoup à faire aux régionales pour endiguer la montée de la droite et de l'extrême droite, beaucoup à faire aussi pour répondre aux craintes et aux angoisses légitimes, face à l'avenir, de nos concitoyens.                                                                                                                                                             Le Parlement n'est pas une cour de récréation. Nous n'avons pas été élus pour être les compagnons de jeu de quelques garnements égoïstes. Il y a assurément beaucoup à faire à l'intérieur des partis pour améliorer leur fonctionnement. À l'extérieur aussi, en ménageant des espaces de rencontre et d'action collective plus ouverts et plus souples, de sorte à faire participer à la vie de la Cité tous les citoyens qui y aspirent.                                                                                                                                                                                                                                                        La comédie du pouvoir ne fait plus rire personne.Oubliant qu'il y a peut-être d'autres urgences, François Hollande s'imagine sans doute pouvoir empêcher, en divisant EELV, une candidature de Cécile Duflot à la présidentielle de 2017, et accéder ainsi au second tour. Il se pourrait bien, hélas, que lui ou les apprentis-sorciers qui le conseillent se retrouvent en fin de parcours Gros-Jean comme devant.

9. Le 16 septembre 2015, par Marie

Heureuse du départ des 2 guignols dont le seul projet est perso pour entrer au gouvernement. Quant à "Dany" je me demande ce qu'il fait chez les Verts: je ne vois pas comment écologie et libéralisme peuvent aller ensemble. Je termine le livre de Kemps Hervé: "fin de l'Occident, naissance du monde", emprunté à la médiathèque de Faverges. C'est une excellente analyse et prospective.le film "la stratégie du choc " ne se trouve plus sur Daily Motion non plus sur Youtube: dommage.Mais on peut le voir avec le lien:

http://www.filmsvostfr.net/regarder-film-la-strategie-du-choc-streaming-vostfr.html

ou télécharger le livre de Naomi Klein (dont le film-excellent- est issu): 

http://telechargementz.tv/ebooks/9423-la-stratgie-du-choc-la-monte-dun-capitalisme-du-dsastre.html

Amicalement 
Marie

10. Le 17 septembre 2015, par Renée Alice

Cf ci -après repris - pour mémoire, rappel d'un billet paru en blog renée Alice,et introduit comme suit : "Dans la série des "Kinedoute De  RIEN" et surtout pas d'eux mêmes !  les  Législatives en perspective s'annoncent fertiles en faux rebondissements...  ...C'ETAIT EN 2012 !"

MAIS ON POURRAIT SANS SE TROMPER - Ni SE LAISSER à nouveau  et toujours TROMPER sur la crédibilité à en attendre! - ECRIRE ICI QUE C'EST AUJOURD'HUI ENCORE- mais cette fois, en vue des "Régionales "Rhônalpes Auvergne 2015"!, que nous sont  - sans vergogne aucune - rejoués en bassin annécien et plus largement en Haute Savoie, des partitions éculées à vocation essentiellement électoralistes !                                                  "Lesquelles - ainsi que je j'écrivais déjà à l'époque "pourront en tout cas compter sur moi pour n'en surtout pas faire promotion... et pour cause!"       En photo ci-après,  un prototype que beaucoup d'entre vous hésiteront à reconnaître... Tant la métamorphose est ici spectaculaire

kilonsaiter.jpg

portion d'un cliché (paru dans "Le Faucigny" du jeudi 13 mars 2008 et l'évoquant sans hasard "Vert" et  "fou de bonheur" (.)  en la compagnie d'un  "adjoint  bossoniste"... ainsi que celle d'un non élu  "marchand de marmottes siffleuses"... 

En noeud pap' et tenue de rigueur (dite "de pingouin" ...en jargon d'élus) Sans compter le regard matois filtrant de paupières plissées sous les feux des sun light.  Et le sourire un rien crispé sur les p'tits fours" de la victoire ! Celle d'un élu enfin promis à fonction (négociée) de 12ième adjoint au  Maire Nouveau Centre ayant conduit à ANNECY une liste clairement estampillée "Soutien Présidentiel !

Puis le même en couleur, d'un bleu rose indéfinissable et tirant volontiers  - (à boulets ROUGE) sur "Les VERTS... -Qu'on retrouve d'une part, 3 ans plus tard... s'annonçant candidat pas regardant "à en découdre sur "a 1ère" ou bien  "a 2ème" circonscription de Haute Savoie (même pas peur !) aux Législatives 2012,  et laissant étrangement planer... sans démentir, quelque persistante"rumeur" n'excluant pas forcément... l'éventualité d'un lâchage en (rase) campagne d'un maire désormais en difficultés certaines,  à la barre du navire annécien Nouveau Centre localement ébranlé ...                                                                                                                                                           Depuis le plouf ! retentissant d'un projet d'organisation des  JO 2018  pourtant porté de concert! par l'un (MAIR) comme l'autre  (12ème ADJOINT) à l'ENVIRONNEMENT et au développemen DURABLE.  Face à d'intraitables opposants !                                                       Et ce, en gros jusqu'aux premières et officieuses indiscrétions  annonçant quelques mois avant l'annonce officielle du trafalgar annoncé! de l'au combien  (malencontreuse!) candidature d'Annecy...

Et puis que l'on retrouve aussi d'autre part et sans hasard -  sollicitant exactement dans les mêmes temps ! - d'une toute récente réunion du dernier Conseil Politique d'Europe Ecologie  Les Verts  Région SAVOIE d'en obtenir un statut de " coopérateur" au sein d'Europe Ecologie Les Verts  Région SAVOIE ***Escompterait-il ainsi, y attiser -de l'intérieur, plus aisément et sans vergogne- quelqu'éventuelle division interne, susceptible d'y servir ses  intérêts d'électron libre notoire ? 

Autant de pratiques politiciennes et ségrégatoires et de solide mépris démontré (à l'encontre de ses pairs) en  ayant  déjà singulièrement aggravé son "cas", lorsque fin 2008, il fut très officiellement exclu de toute espèce d'appartenances vertes abusivement instrumentalisées à tort et travers, suites à  ..."cyniques et nombrilistes errances politiques " de la gauche à la droite...                                                                                         Et à nouveau aujourd'hui  de la droite à "sa" soi-disante "gauche" un temps très ostentaroirement "soignée" en   emboitant" (déjà! et très ) "opportunisrement!" le pas de l'alors Noêl Mamère vertement engagé dans une candidature aux Présidentielles... SUIVIES de longues tentatives d'aliances annéciennes Verts/PS...  A son initiative des plus  convivialement scellées autour de mensuelles agappes au  "Frichti Dudu" ne tournent court,  sur la corde ! De par l'excès même de ses exigentes  prétentions à CONDUIRE la liste de GAUCHE PS/VERTS à présenter aux municipales suivantes ****

****Ce GENRE de "GAUCHE" DONT il SE SERAIT déjà bien VU (ET SE VERRAIT BIEN TOUJOURS et  encore!) et de toute évidence être LE  CENTRE (droit!) en 2015./  ben voyons...  Un éternel recommencement en quelque sorte!                                                   N.B. :Un CLIC  sur lien vers video ci-après  pouvant se révéler salutaire, pour celles et ceux qu'autant de (dé)menées carriéristes attristent profondément.(règlage du son indispenable !)  

[O_PAPA_BOLHAS_1.wmv|/public/O_PAPA_BOLHAS_1.wmv] 

Sans trop en rire !Car de ses pareils/reilles souvent aussi i prompt(e)s que lui dès lors qu'il s'agit d'asseoir quelque carrière tardant à se concrétiser... risquent de ne pas manquer pour tenter de récupérer la mise (et les acquis) d'EELV en bassin annécien,  ou ailleurs ...Sinon pour béneficier d'une étiquette d'écologistes  pur jus, tioujours estimée porteuse !par ceux qui se contenteront d'en  plagier la facture originelle  là où des scores enviables, ont respectivement été réalisés aux cantonales par les 2 représentants d'EE-LV  présents en 1ère et 2ème circonscriptions  visées  A d'autres! donc...                            Renée Alice  

 **** les commensaux impliqués se reconnaitront...

11. Le 22 septembre 2015, par Geneviève Cros
(...) "Tout à fait d’accord avec cette analyse qui y voit la contribution de Cosse à la déstabilisation du parti. Et c’est tout à fait conscient de sa part. Un peu de presse people, ça donne parfois de l’éclairage politique ....                                          http://www.leparisien.fr/laparisienne/actu-people/personnalites/paris-anne-hidalgo-a-marie-emmanuelle-cosse-et-denis-baupin-20-06-2015-4878763.php                                                                                                                                               Ne pas oublier qu’elle nous a été imposée car on croyait qu’elle serait une parfaite marionnette, alors qu’elle tombait du ciel et n’avait aucune légitimité pour être la secrétaire de ce parti. Mais la marionnette en question est aussi la compagne de Beaupin, lequel n’est pas du genre très à  gauche  même si c’est un écolo "historique".                                             Fort heureusement, il reste dans ce parti des militants qui sont là pour faire autre chose que le jeu du PS  ou des ambitions présidentielles de Duflot...mais les médias n’ont pas l’air de le savoir.  Geneviève Cros                                                                                                       Selon Europe 1, et Alexandre Kara et L.H.,le  22 septembre 2015 "Dilemme politique" cumulé" à question familiale" dans 2 cas, (tiens tiens tiens! ) pour"Barbara Pompili et Denis beaupin qui  s'aprêteraient à rejoindre les dissidents"(...)"au sein d'une formation démocrate et écologiste UDE" (...) "Barbara Pompili" (co-présidente du groupe eelv à l'assemblée nationale) attendait"que "son compagnon Christophe Porquier, vice-président de la région Picardie, quitte Europe Ecologie-Les Verts" et "c'est chose faite"; le "député Denis Baupin","mari d'Emmanuelle Cosse, la patronne d'EELV" attendant quant à lui la fin des élections régionales de décembre" Si c'est pas de la fidèlité aux avantages  afférents à pareil CUMUL familial ça Madame... En attente "d'alliances" nourissantes "avec le PS aux régionales"..,Et listes sur lesquelles figurer et pour lesquelles "ils auraient obtenu des positions éligibles". "De quoi permettre au PS, en manque d'alliés pour les régionales, de se sentir un peu moins seul". Et"d'afficher malgré tout une nouvelle union "rose-verte"  tu parles d'une surprise ! Tout en s'en servant pour l'heure  d'hameçon pour "appâter"quelque putatifs autres migrants en puissance ... Alors je n'y connais plus rien en matière de prévarication politicienne,                                                                                                                              renée alice
.
12. Le 30 septembre 2015, par Renée Alice

"SANS SURPRISE AUCUNE"... ET "à SON TOUR",

 (voilà ce qui aurait pu et  dû,  être DE TOUTE EVIDENCE  ajouté au titre choisi par les auteurs de l'article paru dans le MONDE )

"Barbara Pompili  démissionne d'EELV"...

   "Elle était la dernière des trois coprésidents à ne pas avoir rendu carte. C’est désormais chose faite. Après Jean-Vincent Placé et François de Rugy, Barbara Pompili, coprésidente du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, a décidé de démissionner. Quinze ans après avoir adhéré chez les Verts, la députée de la Somme ne se reconnaît plus dans Europe Ecologie-Les Verts depuis le choix des militants du Nord-Pas-de-Calais-Picardie de s’allier avec le Parti de gauche au premier tour des régionales."


Pourquoi avez-vous décidé de quitter EELV ?

    "J’ai décidé de reprendre ma liberté pour pouvoir faire ce qui est juste et me consacrer à l’essentiel. J’ai très mal vécu le choix qui a été fait par 274 militants de ma région d’une stratégie de division de la gauche.(***) Cette stratégie risque de nous orienter vers une victoire du Front national. Elle a été validée au niveau national par mon parti : j’en tire les conséquences. Je quitte EELV"

    " et je me mets en retrait  des  partis politiques.

       (*** des partis qui, à n'en pas douter pour ceux qui ... suivront ou non ...ne devraient pas manquer d'apprécier  cette déclaration sans confondre -quant à eux, espérons-le  - le sens des s mots "réserve" et "retrait"... )


Vous ne rejoignez pas Ecologistes !, le parti de MM. de Rugy et Placé ?"


"Ce que François, Jean-Vincent et d’autres contribuent à construire va amener à une refondation de l’écologie politique et je regarde ça avec sympathie. Mais ce n’est pas ma priorité. Pour l’heure, en tant qu’élue (*** mandatée par EE-LV) du Nord - Pas-de-Calais - Picardie, je veux tout faire pour empêcher une victoire de Marine Le Pen ou de la droite dure. Les premières victimes en seraient les habitants de la région. Je suis assez sidérée de voir qu’il y a assez peu de réactions face à cela".


Que souhaitez-vous faire ? Etre candidate ?


Non. Je plaide pour une grande liste de toute la gauche. Je veux soutenir les citoyens qui ne souhaitent pas se résigner et commencent à s’organiser. Il faut que les partis politiques entendent qu’il faut se rassembler et sortir des logiques internes. Il n’y a qu’un sursaut citoyen qui puisse les faire changer d’avis". (***et  voter pour moi et quelques uns de mes amis ????.) 

"On a un mois pour ça. C’est un pari risqué mais je refuse de rester les bras croisés sans rien faire face à une victoire qui s’annonce de plus en plus inéluctable".


Quel regard portez-vous sur EELV ?


"En validant cette stratégie avec la gauche protestataire, EELV a mis l’écologie dans un corner. Il n’y a plus d’espace pour les autres écologistes dont je me sens proche".(*** et y compris en fonction de 12ème adjoint en "municipalité  UDI/UMP d'Annecy ?) Et à ce titre probablement (?) Tête de liste Front Démocrate, ex Modem et néanmoins tenace courtisan du PS en temps d'élection ? )

"Pendant longtemps, on pouvait être minoritaire tout en ayant sa place dans le parti. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’expression d’une parole minoritaire est décrédibilisée et rejetée. C’est très malsain comme ambiance et cela empire. Rester ne servirait à rien. Je ne souhaite pas pour autant partir en guerre. Simplement, une page doit se tourner pour pouvoir avancer."

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.renee-alice-poussard.fr/trackback/829435

Fil des commentaires de ce billet