Mediapart.png
Emoticons_Nerd_Monster_Takeover_2013.png

"CULTURE-IDÉES : Durant les années d’après guerre, le maire socialiste de Lanvénégen, une commune bretonne de 2 276 habitants située à 50 km de Lorient, est en conflit avec les autorités ecclésiastiques. L’affrontement s’envenime et va déboucher sur une succession d’actes exceptionnels, dont l'interdit décrété par l'évêché. Bilan : l'église est fermée, les cloches se taisent, et on ne célèbre plus ni mariage ni enterrement à Lanvénégen. Ce silence ne fait pas la fortune des commerçants, qui parviennent à amadouer le clergé. L'interdit est levé et 14 habitants sont excommuniés."

"Si le documentaire de Philippe Baron et Corinne Jacob nous parle d'un temps où les églises étaient pleines et les villages bretons divisés entre « blancs » et « rouges », sa forme narrative lui donne aussi un air de conte réjouissant" :
"Ce film, produit par Vivement Lundi ! et France Télévisions, est sorti en 2012 et a été plusieurs fois primé" :
"Étoile de la Scam 2013 ; Grand Prix, festival Territoires en Images 2013 ; mention du jury, prix Rendez-vous de l’Histoire du documentaire historique, Blois 2012."
"Il vous est proposé ici grâce à notre partenariat avec Images en Bibliothèques":

"Et chaque mois, vous pouvez ainsi voir sur Mediapart un documentaire intégral."
''"Pour retrouver tous les films déjà diffusés,"''
Cliquer comme présentement sur lien ci-après vers VIDEO-FILM en question (avec sous-clic sur le mot partage)

Documentaire.__Un_village_sans_dimanche___face-a-face_entre_un_maire_et_le_bon_Dieu_-_Page_1___Mediapart.html

maxresdefault__2_.jpg
mediapart-106478.png

« Mediapart, seuls nos lecteurs peuvent nous acheter.»

"Façon de dire que nous n’avons qu’un seul maître, le citoyen auquel nous devons des informations d’intérêt public afin qu’il soit libre et autonome, délivré des propagandes et des rumeurs, des manipulations et des mensonges."

edwy-plenel-le-18-juin-2013-a-paris_4676196.jpg

"Dans l’époque incertaine que nous vivons, la démocratie a besoin d’une presse qui aide à réfléchir en informant, plutôt que de médias qui attisent les peurs en inquiétant."
RAPPEL : JANVIER 2015
Mediapart repartait en campagne pour consolider son indépendance, en invitant un public encore plus large à les rejoindre.

"Depuis bientôt sept ans d’existence, Mediapart s’est fait connaître par ses informations originales, inédites ou exclusives. Mais ce qui ne se sait pas encore assez, c’est que ce journal numérique sans équivalent, totalement participatif, est aussi une exception économique dans la presse française."
"Ni publicité, ni subventions, ni mécènes : nous ne vivons que de votre soutien, et nous n'avons pas augmenté nos tarifs qui, à la différence du reste de la presse, sont inchangés depuis notre création, en 2008".

9nAlRn68SHgFTQg-7INxrl6M7TU_525x945.png

Journal quotidien, paraissant sept jours sur sept avec trois éditions journalières, Mediapart est dirigé par les journalistes qui l’ont fondé.
"Son capital est majoritairement contrôlé par ses fondateurs, ses salariés et ses amis, dans un pôle d’indépendance qui exclut tout risque de conflit d’intérêts et toute soumission à des pressions extérieures. Il ne vit que des abonnements de ses lecteurs, sa seule recette. Lesquels abonnés individuels sont aujourd’hui plus de 105 000."
"Cette indépendance radicale en fait un cas à part dans sa catégorie, la presse quotidienne nationale d’information politique et générale. Elle fonde la culture professionnelle de sa rédaction et l’ambition entrepreneuriale de toute son équipe" :

un journal de journalistes, une aventure éditoriale et économique destinée à démontrer que notre travail d’information peut rencontrer la confiance du public, créer de la valeur et servir la société.
"Notre ambition d’ici notre dixième anniversaire, en 2018, est de rendre définitive cette indépendance, en construisant le cadre juridique qui la stabilise au-delà de la présence momentanée au capital de nos quatre fondateurs (François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie-Hélène Smiéjan). Autrement dit, de façon que ce soient l’équipe, les lecteurs et les amis de Mediapart qui la garantissent durablement".
"Pour réussir ce pari, il nous faut avoir les coudées franches : l’indépendance financière est la meilleure garantie de l’indépendance éditoriale. Plus Mediapart aura d’abonnés, plus cette ambition sera à notre portée."

"Mais il ne s'agit pas que de nous. Car l’exemple de Mediapart est utile au bien public : à la démocratie, qui a besoin d’une presse vivante et pluraliste, sans dépendance de l’argent public ni soumission à des industriels privés, sans aveuglements partisans ni divertissements racoleurs ;"
"aux journalistes",
"à tous les journalistes qui, là où ils travaillent, se battent pour faire respecter leurs droits++ et qui, dans cette bataille, ont besoin de points d’appui et de lieux de référence ;
aux lecteurs évidemment qui, doutant à juste titre de l’indépendance des médias, sont à la recherche d’une presse libre qui, de plus, par son souci participatif, donne libre champ à l’expression de leur liberté d’opinion."
"À l’heure où la presse traditionnelle vit une crise historique qui met en péril sa vitalité informative et sa liberté entrepreneuriale, Mediapart ouvre une voie inédite, fondée sur l’audace de son modèle économique et sur l’exigence de son modèle éditorial."
"Accompagner cette aventure, rejoindre la communauté de ses abonnés, c’est donc participer à l’invention démocratique et professionnelle d’une nouvelle presse, celle de l’ère numérique."

«À qui appartient votre journal ? » C’est cette ambition qu’exprime la réponse finale à la question posée par la campagne d’information de Mediapart menée en ce début d’année 2015 sur Internet après l’avoir été, l’an passé, à la télévision :
"L'indépendance est utile, l'indépendance a un prix. Abonnez-vous à Mediapart en bénéficiant de l'offre spéciale : un euro le premier mois d'abonnement."

A vous de voir...
Renée Alice