''"A l'occasion du cinquième anniversaire de la mort, le 13 mars 2010, de Jean Ferrat,
Henry-Jean Servat retrace le parcours du chanteur, homme et poète engagé".''

france-3-replay-emission-hommage-jean-ferrat-pluzz-video-emission-8-juin-510x350.jpg
logo_france3.png

"La beauté de sa voix,"

"la force de ses textes,"

"la grâce et la puissance de ses mélodies,"

"sans oublier ses célèbres "moustaches"
"Jean Ferrat, comme Brel, Ferré et Brassens a considérablement marqué la chanson française. "Homme profondément sincère, il n’a jamais triché", explique Henry-Jean Servat qui intervient tout au long de ce documentaire diffusé, ce lundi 8 juin sur France 3. "C’est pour cela que sa mort à l’âge de 80 ans, le 13 mars 2010,"

EMI_586423__1_.jpg

"a suscité tant d’émotion", ajoute-t-il.

CLIQUER ci-après sur REPLAY (attention 6 JOURS seulement offerts par France TV :

replay_-_hommage_a_jean_ferrat_08-06-2015_811260.htm

"Fils d’un artisan joaillier d’origine russe, ce grand admirateur d’Aragon fut tout à la fois parolier, chanteur de cabaret, avant de connaître le succès au début des années 1960 avec des titres qui, déjà, allaient à contre-courant de la mode yé-yé de l’époque. Pudique, réservé, Jean Ferrat détestait parler de lui. "C’est pourquoi on le connaît mal", dit très justement Henry-Jean Servat. Cet hommage revient donc largement sur sa vie et sa carrière avec de nombreux extraits d’entretiens (avec Denise Glaser, Jacques Chancel, Bernard Pivot, son producteur et ami de toujours Gérard Meys, les femmes de sa vie Christine Sèvres et Colette Ferrat…), tous pertinents."
"Mais il fait surtout la part belle aux chansons avec tous ses grands succès (Aimer à perdre la raison, La Montagne, Que serais-je sans toi ?…), dont certains reviennent à plusieurs reprises."

"Une rétrospective, certes un peu longue (près de 2 heures), mais qui permettra de se replonger - dans une époque pas si lointaine où musique, poésie et télé faisaient bon ménage."

QUOI QUE ...

114156341.jpg

Cliquer ci-dessous sur un commentaire pour retrouver
"Le FANTÔME"... auréolé
de Jean FERRAT !
Très précisément ...

Renée Alice