Capture_decran_2014-11-10_a_02.31.25.png

Le scoop escompté de "révélations" cousues de fil rose (et bleu) au sein d'un bi-partisme triomphant, et à l'occasion de "l'amical" déjeuner Jouyet/Fillion aura fait long feu ... Et flop manifeste, dans une opinion publique lassée de ce genre de petites délations ordinaires, projetées à la Une des quotidiens.

Mais de nombreux lecteurs encore sous le choc SIVENS, auront noté au passage les différences de traitement de l'info, ou place réservée par les manchettes de média; tel que "Le Monde" à ces deux sujets...
Alors ? Souci de "gommer" ou faire oublier au plus tôt l'émotion soulevée par l'inacceptable mort de Rémi Fraisse ? Quoi qu'il en soit , c'était là, le sentiment d'une Historienne invitée par France Culture, ce vendredi matin...

Pour leur part, les équipes de recouvrement d'investigations croisées par Médiapart, s'emploient infatigablement à démontrer "Comment le pouvoir a réécrit la mort de Rémi Fraisse".
RFra.png

bcazeneuve.jpg

Cf article paru en date du 04 -11 -2014, co - signé par

Stéphane ALLIÈS , Michel DELÉAN, Louise FESSARD, Jade LINDGAARD ET Mathieu MGNAUDEIX
et précisant que :

"Après les révélations de Mediapart sur la mort de Rémi Fraisse, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve et le patron de la gendarmerie nationale Denis Favier ont mené une contre-offensive médiatique toute la journée de jeudi. L objectif ? Masquer le fait que les autorités savaient dès la nuit du dimanche 26 octobre qu’une grenade offensive était à l’origine de la mort du jeune botaniste. Une question demeure : quel a été le rôle de Matignon ?"

''"Selon les éléments d’enquête révélés dès le jeudi 6 novembre par Mediapart puis à nouveau mercredi 13, les gendarmes, aux prises avec les manifestants sur le chantier du barrage de Sivens, la nuit du 25 au 26 octobre, ont immédiatement compris que Rémi Fraisse venait très certainement d'être tué par une grenade offensive; et l’ont consigné sur leur journal de bord. Bernard Cazeneuve assure quant à lui avoir découvert tous les PV dans la presse."''
"Mais le ministre de l’intérieur explique jeudi 13 novembre que, dans la nuit du 26 octobre, le patron de la gendarmerie, qui l’informe de la mort de Rémi Fraisse, lui parle également du tir concomitant d’une grenade offensive. Sans certitude sur le lien de causalité, selon le récit désormais bien rodé des deux hommes. Ce dimanche 26 au matin, « La gendarmerie me dit: nous doutons que cette grenade offensive soit à l’origine de la mort de Rémi Fraisse », déclare le général Favier, jeudi sur RTL. « Le ministre est informé en début de matinée sur les faits avec la connaissance d'un engagement dur au maintien de l'ordre, avec concomitance d'un tir de grenade offensive, mais en aucun cas nous avons su la journée du dimanche qu'il y avait un lien entre la grenade et le décès de Rémi Fraisse », assène Denis Favier."

'"'Un communiqué calamiteux"''

"Le tout premier communiqué officiel, diffusé par la préfecture du Tarn le dimanche 26 au matin, évoque la simple « découverte » d’un corps par les gendarmes à 2 heures du matin. Sur France Inter jeudi matin, puis lors d’une conférence de presse en fin de journée place Beauvau, Bernard Cazeneuve se réfugie derrière la séparation des pouvoirs et l’indépendance de la justice, affirmant avoir « choisi d’assurer les conditions d’un travail serein de la justice » pour éviter les erreurs de certains de ses prédécesseurs. Feignant d'ignorer qu’il dispose d’une autorité de tutelle sur les gendarmes, et qu’on peut aussi mentir par omission".

"Accusé d’avoir trop tardé à réagir après la mort de Rémi Fraisse, Bernard Cazeneuve se défend *** donc en expliquant ne pas avoir voulu interférer avec une enquête judiciaire en cours. C’est pourtant bien son ministère qui, selon nos informations, a validé le communiqué trompeur de la préfecture du Tarn, qui le dimanche 27 octobre à 9 h 55, fait croire à la France entière que... « le corps d’un homme a été découvert dans la nuit de samedi à dimanche sur le site du barrage contesté de Sivens (Tarn) », sans plus de détails. Alors que l’État sait déjà que le jeune manifestant a très probablement été tué par l’explosion d’une grenade offensive. Et que la dépouille du jeune homme, recueillie par les gendarmes quelques instants après son décès, a déjà fait l’objet d’une première expertise médico-légale pendant la nuit.
''"Cet élément de langage surréaliste, digne d’une série policière américaine, est repris en fin de journée, à 19 h 40, par un communiqué du ministère de l’intérieur : « Le corps d’un jeune homme a été découvert vers 2 h 00. Les secours ont malheureusement constaté son décès. » Pourquoi ne pas avoir écrit, tout simplement, qu’un homme avait perdu la vie lors d’affrontements avec les forces de l’ordre "''

"Mort de Rémi Fraisse: la chronologie du mensonge, jour après jour"

Par Michel Deléan, Michaël Hajdenberg et Jade Lingaard

"Quand j’apprends cet événement, je ne souhaite qu’une chose, c’est que la justice qui est déjà saisie de cette affaire communique, elle ne le fait pas », explique Bernard Cazeneuve jeudi matin 14 novembre sur France Inter. « Je ne souhaite pas que l’on puisse reprocher au ministère de l’intérieur d’avoir caché la mort d’un jeune homme à l’occasion d’une opération de maintien de l’ordre. » Le ministère de l’intérieur prend langue avec celui de la justice, tôt dimanche 26, pour demander un communiqué du procureur d’Albi, qui n’arrive pas... La justice ne semble pas vouloir de la patate chaude. L’intérieur s’impatiente. « Par conséquent je demande au préfet, qui est sur place, en contact avec la gendarmerie de bien vouloir lui-même communiquer cette mort pour qu’on ne puisse pas nous reprocher de l’avoir cachée », explique Cazeneuve sur France Inter."
"C’est donc vers 7 h 30 du matin, selon l’entourage de Bernard Cazeneuve, que son ministère se résout à contacter la préfecture du Tarn pour lui demander de communiquer sur la mort de Rémi Fraisse. Comment la demande a-t-elle été formulée ? Qui a l’idée d’inventer la découverte fortuite d’un corps sur le site du barrage ? Ni la préfecture, ni le ministère ne s’en sont à ce jour expliqués. Aujourd'hui, place Beauvau, certains conviennent du bout des lèvres qu’avec le recul, ce communiqué était pour le moins incomplet et maladroit."
LIRE et ECOUTER la suite (dont 2 VIDEOs ) en cliquant sur:

Comment_le_pouvoir_a_reecrit_la_mort_de_Remi_Fraisse_-Tandis que mation _Page_1___Mediapart.html
20130908142459_Logo_France_Culture.png

Puis ECOUTER absolument sur France Culture, l'émission "TERRE à TERRE" (1eret 8 novembre) animée par Ruth STEGASSY avec notamment, Victoria Xardel et Aurélien Berlan, intitulée « "Territoire sans ménagement - SIVENS" - 2&3» ; via vos moteurs de recherche et/ou en cliquant sur liens ci-après :

SAUVEGARDE_TESTETurl__11_.htm
telechargement__30_.htm

Car au risque d'insister lourdement, au gré des partisans du fait "qu'une info chasse l'autre",
ne pas banaliser l'insupportable, ni tout renvoyer dos à dos... justifie amplement à mon sens, ce nouveau billet.
Renée Alice

***A ce sujet, je cite encore:
..."Si Bernard Cazeneuve ne ment pas lorsqu’il affirme n’avoir donné aucune consigne particulière de fermeté au préfet et à la gendarmerie pour cette manifestation. Et (si) les gendarmes ne mentent pas quand ils affirment qu’on leur...''

«avait demandé de faire preuve d’une extrême fermeté vis-à-vis des opposants"… Alors ? Qui leur a fait cette demande ?"

"Il est très peu probable que le préfet en ait pris l’initiative sans encouragement venu de Paris. Mais qui a pu « l’encourager », si ce n’est son ministre de tutelle actuel, si ce n’est l’actuel, ce serait donc l’ancien ! D’autant qu’il est devenu aujourd’hui Premier Ministre ! Et il y aurait là une excellente raison pour le préfet de ne pas « tout » dire, s’il s’agit de protéger une incohérence gouvernementale aussi terrible de conséquence.''
"D’autant qu'outre l’attitude de Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, à propos de Notre-Dame-des-Landes. tout le monde peut constater comment actuellement le fossé se creuse entre lui et le président à propos d’écologie...Et, cependant que le président commence à préparer activement le sommet de Paris, l'adversaire - de l'écologie en actes - le plus intransigeant aujourd'hui au sein du PS ne se trouve-il t-il pas être actuellement.... à Matignon ?"

arton29039-8a970.jpg

Cliquer ci dessous sur TRIBUNE EELV parue - en ligne - le 20 novembre, dans POLITIS ( avec sous-clic sur rubrique "politique") pour accéder à :"EELV : SORTIR de l’ambiguïté" (suite à l'adoption RIC/RAC (et à quelques voix près... méritant certes qu'on y prête attention) d'un_BUDGET d'austérité 2015, des plus contestés

EELV___Sortir_de_l_ambiguite_-_Politis.html

Ainsi que sur : "Des associations lancent une ENQÊTE sur la mort de Rémy Fraisse"

Des-associations-lancent-une_29006.html