MAJORITE_LOW_COST.jpg

Un dessin de Pierre NENNY paru dans "LE FAUCIGNY "Chroniques des PAYS de SAVOIE " Edition du 18 SEPTEMBRE 2014

Mediapart.png

Cliquer sur "VALLS obtient une majorité sur le fil" puis y sous-cliquer sur le mot partage pour accéder à l'article
:

Valls_obtient_une_majorite_sur_le_fil_-_Page_1___Mediapart.htm

Puis, et à LIRE absolument soit en retrouvant directement (par recherche internet) les textes et/ou VIDEO ,
soit par clic sur lien proposé ci-après vers les analyses percutantes d'un processus parlementaire à bien des égards décevant, en matière de démocratie représentative EN ACTES:

logopolitissiteon0.gif
1410993698_arton28249.jpg
_hebdo n° 1319 du 18 septembre 2014
arton28197-e8556.jpg

ÉDITORIAL par Denis Sieffert :

"L’ombre de Gattaz"

Dont, en guise d'abstract et mise en bouche;

..."Ainsi donc, et sans la moindre surprise, les députés ont finalement accordé leur confiance au gouvernement de Manuel Valls. Comme prévu, les frondeurs socialistes n’ont pas osé franchir le pas d’un vote négatif qui eût placé François Hollande devant le seul vrai choix qui vaille : dissoudre et ramener la droite au pouvoir, ou appeler à Matignon un Premier ministre qui se conforme aux promesses de la campagne de 2012. La politique du pire ou la démocratie. Seul point positif dans cette affaire, les abstentionnistes socialistes ont été plus nombreux qu’il y a cinq mois. Vingt-huit contre onze lors du vote de confiance du mois d’avril. Témoignage, pour l’instant stérile, de l’ampleur de la crise qui secoue la majorité. Mais cette dissidence trop timorée a raté l’occasion de rendre l’espoir à la gauche. Et elle n’a pas contribué à réconcilier la représentation nationale avec nos concitoyens. Car le vote a aussi mis en évidence la fracture qui existe entre les députés et les Français, qui, eux, n’hésiteraient pas un instant, si la question de confiance leur était posée".
!"Mais il faut prendre les « frondeurs » pour ce qu’ils sont. Ou, plus exactement, savoir ce qu’ils ne sont pas, c’est-à-dire un courant de gauche du Parti socialiste. Ils sont un regroupement hétéroclite de personnalités venues d’horizons très divers, les uns réellement mobilisés par la politique antisociale du gouvernement, les autres, simplement ulcérés par l’autoritarisme de Manuel Valls. Hélas, il ne s’agit pas d’un simple contretemps. Car nous basculons maintenant dans l’inconnu. Péniblement, laborieusement peut-être, mais sûrement, Manuel Valls dispose d’un blanc-seing. Or, il est apparu, mardi, plus crispé que jamais sur ses dogmes, allant répétant que « gouverner, c’est tenir ». Un slogan désespérant quand la crise sociale et le malaise moral ne cessent de s’approfondir dans le pays et que les échecs s’accumulent".

CLIQUER sur les liens suivants, dont video correspondant d'une part à :

"L’ombre de Gattaz" en y sous-cliquant? sur le mot Editorial
"Gouverner, c'est tenir" : "Un slogan désespérant quand la crise sociale et le malaise moral ne cessent de s'approfondir. "

Edito_video___L_ombre_de_Gattaz_-_Politis.htm

Ainsi que d'autre part, à article intitulé "Les coulisses du scrutin" :

Les-coulisses-du-scrutin_28199.html

Autrement dit, et ici encore, plus que jamais en terme de scrutins à venir ... l'affligeante banalité de considérations à relents "carriéristes".. apparaîssant . d'abord et surtout préoccupées de "figurer" dans la prochaine "distribution" (du prochain "spectacle" à mettre en scène (publique) et prévalant sur le minimum d'esprit critique attendu d'un(e) député(e) digne de reconduite éventuelle à mandat équivalent...
En terme d'attente d'affirmation autonome, reflétant les avis d'un peuple souverain ayant - clairement ! - de plus en plus de mal à s'y reconnaître...

Soit d'un refus clair et net de dispositifs socio- économiques autoritairement "marchandés" bien que notoirement réputés irrecevables !
Hélas et au bout du (dé)compte de "doutes" (exprimés dans une "douteuse" unanimité de façade néanmoins vantée des groupes politiques concernés) prévalant sur d'authentiques libertés d'expression plus ou moins "auto-muselées"...

A tel point que c'en est véritable pitié démocratique que de visionner le concours d'élégance muette de tout "ce beau monde" costumé de bleu mauve (et cravaté violine!) sous les ors de la république...

L'abstention frileusement concertée s'y avérant être le "plus que petit dénominateur commun" de motivations partagées à ménager indéfiniment chèvre et chou au sein d'improbables alliances de circonstances ,essentiellement électoralistes ...
Et dont on peut donc légitimement s'inquiéter d'un monde de conformisme bon chic bon genre*** aussi facilement alignable,dans tous les sens du terme. Et ce qu'il en adviendra à l'heure d'adopter - ou pas - les budgets afférents...

Renée Alice
***Foin du "naturel" et des robes à fleurs !