SEPILLULES___GARNITURESZ_et_CieLogoAlternativeSante_0_2.png

CLIQUER ci-après sur lien vers : CONSULTATION PUBLIQUE:

PERTURBATEURS_ENDOCRINIENS_CONSULTATION_1telechargement.htm

Et dérouler jusqu'à trouver et donner "VOTRE AVIS" sur CONSULTATION et RAPPORT intitulés:++

"Rapport du groupe de travail relatif à l’élaboration d’une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens"
Début :19/08/13 Fin : 20/09/13 (4 membres - 1 questionnaire)

Une démarche à inscrire au calendrier de la rentrée...
En dépit de sa relative "confidentialité"

LIRE AUSSI le message et la sollicitation adressés ci-dessous par les signataires respectifs :

PERTURBATEURS_VERNIS_etc605064_0203004101015_web_tete.jpg

"Ensemble contre les Perturbateurs Endocriniens, une large coalition d’organisations de la société civile dont des associations de protection de l’environnement et de promotion de la santé, des mutuelles, des syndicats et des associations de consommateurs ont publié en juin 2013 une pétition publique adossée à un manifeste pour réaffirmer la nécessité d’agir vite et de manière conséquente sur les perturbateurs endocriniens (PE). Ces textes sont une réponse au projet gouvernemental de Stratégie Nationale sur les Perturbateurs endocriniens (SNPE), un projet encore imparfait et, sur certains points, contre-productif. La pétition a déjà recueilli plus de 40 000 signatures malgré la période estivale. Alors que les perturbateurs endocriniens sont à l'agenda de rentrée du Gouvernement français et de la Commission européenne, il est temps de reprendre la mobilisation de plus belle".

La pétition : www.change.org/stopPE
Le manifeste : http://stop-aux-pe.weebly.com/manifeste-des-associations.html

Message adressé par l'équipe du RES - Réseau Environnement Santé - 148 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris - 09 51 59 08 35 - www.reseau-environnement-sante.fr__contact@rencontres-cse.fr :
"Pour nos organisations, l’accent doit être mis sur la réduction des expositions des populations, en particulier des femmes enceintes ou en âge de procréer, et des écosystèmes aux perturbateurs endocriniens (PE) par l’adoption de mesures réglementaires sur les PE déjà identifiés dont le retrait des pesticides et biocides PE du marché. La SNPE doit faire de l’innovation et de la substitution une priorité, par la promotion de la chimie verte et des alternatives non chimiques, (en priorité, pour les cosmétiques, les jouets, l'alimentation, les dispositifs médicaux) et la mise en œuvre d’une politique exemplaire d’approvisionnement de l’Etat et des collectivités. La SNPE doit également favoriser la mobilisation et la formation de tous les acteurs pertinents de prévention ainsi qu’une information claire du public pour renforcer sa capacité à faire des choix de consommations éclairés. Enfin, pour renforcer, adapter et pérenniser les moyens de l’expertise et de la recherche publiques sur les PE, il parait nécessaire d’entamer une réflexion sur la contribution financière des entreprises génératrices (ex : chimie, agrochimie) ou vectrices (ex : agroalimentaire, fabricants de biens de consommation) de risques chimiques."

PUIS, CLIQUER aussi sur ACTION N°1 et ACTION N°2 via les 2 liens suivants :

SE_PERTURBATEURSAGIR_CONTRE_LES_PE_-_Mobilisons-nous__-_Action_1_-_reneealicepoussard_gmail.com_-_Gmail.htm
SE_PERTURBATEURSAGIR_CONTRE_LES_PE_-_Signer_la_petition_-_Action_2_-_reneealicepoussard_gmail.com_-_Gmail.htm

"Les perturbateurs endocriniens présents dans deux produits de beauté sur cinq"

Le Monde.fr avec AFP | 13.09.2013 à 15h24 • Mis à jour le 13.09.2013 à 17h22

"Près de 40 % des produits d'hygiène-beauté contiennent au moins un perturbateur endocrinien (PE), substance chimique interférant avec la régulation hormonale, selon une étude rendue publique vendredi 13 septembre à Paris. Selon cette enquête réalisée sur une base de quinze mille produits de beauté-hygiène par Noteo Institut en partenariat avec le Réseau environnement santé (RES), les vernis à ongles arrivent en tête (74 % d'entre eux contiennent au moins un PE) devant les fonds de teint (71 %), les produits de maquillage pour les yeux (51 %), les démaquillants (43 %), les rouges à lèvres (40 %), les soins du visage (38 %), les déodorants (36 %), les dentifrices (30 %) et les shampoings (24 %)".

"La pollution touche directement les fonctions fondamentales de notre espèce, telles que la reproduction, le développement et la croissance du fœtus. Les perturbateurs endocriniens font partie de cette pollution."

" Il s'agit de substances chimiques qui modifient directement le système hormonal de l'humain. Ils peuvent avoir des effets sur la baisse de la qualité du sperme, l'augmentation de la fréquence d'anomalies du développement des parties génitales et de la fonction de reproduction. Ils constituent une menace de plus en plus insupportable pour notre population et une charge croissante pour notre système de santé."

"Pourtant ces perturbateurs sont parmi les substances dont l'impact sur le corps humain est le plus sous-estimé. Beaucoup de recherches sont encore nécessaires pour mesurer par exemple les « effets cocktail » de ces substances agissant en mélange. Des gouvernements comme le Danemark n'ont pas hésité à appliquer le principe de précaution et interdisent les phtalates dans les produits de consommation touchant à la peau et aux muqueuses."

PERTURBATEURS_et_Fertilite_MASCULINEimages.jpg

Les perturbateurs endocriniens sont susceptibles de provoquer, même à très faibles doses, une grande variété d'effets, notamment sur le développement physiologique des individus exposés pendant la période intra-utérine."
"Ils sont notamment suspectés d'avoir un impact sur la fertilité et d'être liés à l'augmentation du nombre de cancers dits "hormono-dépendants", principalement ceux du sein et de la prostate. On en trouve dans les produits d'hygiène mais également dans les contenants alimentaires."

LES PARABÈNES, PARMI LES "PE" LES PLUS UTILISÉS

"Parmi les PE les plus fréquemment utilisés dans les produits d'hygiène-beauté, figurent les parabènes (23 %) et le cyclopentasiloxane (15 %), le triclosan n'étant présent que dans 1,3 % des produits. "On trouve souvent plusieurs de ces substances dans un même produit" souligne Baptiste Marty, le président-fondateur de Noteo, qui appelle le gouvernement à interdire leur usage dans les produits du quotidien." "Les produits labellisés "bio" semblent largement épargnés par le phénomène selon l'étude, qui n'a retrouvé un PE que dans 1,3 % d'entre eux, essentiellement le cinnamal, que l'on trouve naturellement dans certaines huiles essentielles (cannelle, jacinthe, patchouli). Selon le toxicologue et "lanceur d'alerte" André Cicolella, qui préside le Réseau environnement santé (RES), quelque huit cent soixante-dix PE ont d'ores et déjà été identifiés parmi les cent quarante-trois mille substances présentes sur le marché aujourd'hui, mais leur nombre réel pourrait être "beaucoup plus important".

"La mobilisation contre l'un d'entre eux, le bisphénol A (PBA), une substance présente principalement dans les plastiques, a abouti à l'interdiction de ce perturbateur dans les biberons en Europe en 2011. Cette interdiction a été étendue par la France le 1er janvier 2013 à tous les contenants alimentaires destinés aux enfants de 0 à 3 ans et s'appliquera à tous les contenants alimentaires à partir de juillet 2015".

__"Pour aider les consommateurs à s'y retrouver, Noteo a développé un service de notation qui concerne des dizaines de milliers de produits au quotidien selon quatre critères : santé, environnement, social et budget. Leurs fiches individuelles sont consultables gratuitement sur le site de Noteo ou au moyen d'une application disponible pour iPhone et Android. _

Cette base de données, actualisée en permanence, constitue également une incitation pour les industriels à adapter leurs formulations et à trouver des substituts. Le 5 septembre, la multinationale Procter & Gamble a annoncé qu'elle supprimait les phtalates et le triclosan de ses produits, et un réseau de coopératives danoises s'est engagé dans la substitution des perturbateurs endocriniens, a souligné André Cicolella.

Signe que les "les lignes bougent", pour Baptiste Marty.

Et bien sûr je souscris,
Renée Alice