indexevacpol.phpevajoly-voeux2012-500x220.png

LE 6 JANVIER dernier, EVA JOLY introduisait ses Vœux à la presse et aux journalistes en ces termes :

EVA_O_5_dicabreve12949a.jpg

Mesdames, messieurs, cher-e-s ami-e-s,
Permettez-moi de sacrifier à la tradition des vœux en vous souhaitant une belle et heureuse année pour vous et vos proches. 2012 s’annonce riche en rebondissements pour les spécialistes politiques que vous êtes.

À vous toutes et tous, journalistes, je vous souhaite en 2012 de pouvoir exercer votre métier dans la plus grande liberté.

Permettez-moi d’avoir une pensée pour pour vos soixante-huit confrères qui, à travers le monde en 2011 ont exercé leur métier au péril de leur vie, ainsi que pour les cent soixante-et-onze qui demeurent à ce jour emprisonnés.(...)
Permettez-moi encore, à ce propos, de vous demander d’être le relais d’un message personnel aux Françaises et aux Français !

Je souhaite aux Françaises et aux Français cette année, de prendre en main leur destin et celui de leurs enfants et petits-enfants, en votant, le 22 avril prochain, pour un triple changement:

Un changement de Président, un changement de perspective et un changement de République.

À toutes celles et tous ceux qui, depuis des années maintenant, agissent quotidiennement pour une planète vivable, pour une démocratie vivante , et une société plus juste je veux dire solennellement : « Ensemble, changeons la donne en 2012 !

"Vous pouvez compter sur moi."! et "j’ai besoin de vous »:!

Changeons de Président d’abord !

Il est temps de mettre fin à cinq années de gaspillages et de mensonges.

Gaspillages et mensonges autour d’une nouvelle manière d’aborder la question écologique. Le Grenelle de l’Environnement avait été un espoir, vite rangé aux oubliettes par Nicolas Sarkozy.
Gaspillages et mensonges autour de la gestion de la dette publique. Ce sont les cadeaux fiscaux et les errements de la politique économique qui sont les premiers responsables de l’accroissement phénoménal de la dette publique de la France.
Gaspillages et mensonges autour du chômage et du pouvoir d’achat. Le « travailler plus pour gagner plus » est devenu « chômer plus pour gagner moins ».
Gaspillages et mensonges autour des enjeux de société. Logement, sécurité, école : les effets d’annonce ont fait office de politique, au mieux sans résultat, au pire en remettant gravement en cause la qualité des services publics. (...)

Mais une défaite de Nicolas Sarkozy n’aura d’effet véritable sur la vie des Françaises et des Français que si nous construisons une alternative et pas simplement une alternance. ++

Changer de perspective, voilà donc la grande affaire de cette élection présidentielle.

Car nous entrons dans un monde nouveau. Et ce monde nouveau implique des politiques nouvelles.

Nous le savons maintenant, la planète est limitée en ressources énergétiques et naturelles. Cette finitude doit changer notre vision du monde. Nous savons que nous sommes engagés dans une course contre la montre pour éviter la catastrophe écologique.

2010 avait été l’année la plus chaude que l’humanité a enregistrée.

2011 a été en France, l’année la plus chaude depuis plus d’un siècle.

Partout dans le monde les tragédies climatiques se multiplient. Notre niveau de prédation sur les ressources naturelles n’a jamais été aussi élevé, mettant en péril notre capacité à nourrir l’humanité et à faire vivre pêcheurs et agriculteurs dignement. Chacun le pressent même si beaucoup s’y accrochent

Le modèle économique de croissance à crédit, par l’endettement des ménages et des États, ou plus gravement encore par l’endettement vis-à-vis de la planète, est condamné.

Je sais que cette réalité est encore difficile à accepter pour certains d’entre nous.
Mais mon devoir est de dire la vérité. pas de vendre aux Français des illusions dangereuses qui se retourneront contre eux.
Je veux protéger les Français, pas les bercer d’illusions.

La troisième dimension du changement en 2012,c’est le changement de République.

Nicolas Sarkozy nous avait promis une République irréprochable. Nous savons ce qu’il en est advenu. Je suis prête à relever le défi d’une République irréprochable.

Cette République irréprochable, elle a pour nom la fin de l’immunité judiciaire du chef de l’État, la fin du cumul des mandats, la fin d’un mode de scrutin majoritaire particulièrement injuste, la fin du laxisme qui domine, à droite comme à gauche,++ face à toutes les formes de corruption.

Un exposé conclu aussi en ces termes:

Ce que nous préparons aujourd’hui, par nos décisions en cette période historique, ce sont les années 30. Mais quelles années 30 : 1930 ou 2030 ?

C’est donc une approche qui ouvre la voie à la démocratie participative, la prise en compte du temps long par rapport au temps électoraliste dans la délibération publique.

La République exemplaire, ce n’est pas la suspicion généralisée, c’est l’espoir permanent pour les Français de peser sur les décisions politiques, de peser sur leur destin.

L’écologie, c’est aussi un rapport différent au pouvoir.*

pour retrouver l'intégralité de l' intervention magistrale d'EVA, exposant aux journalistes et - par leur inter

médiaire - à l'ensemble de la population - les grands PRINCIPES de GOUVERNANCE l pour une France à innover ! Ainsi qu'une politique gouvernementale reconsidérées de bout en bout, dans le respect qui s'impose. En commençant par l'exemplarité attendue de la personne qui se retrouvera en charge des responsabilités présidentielles et de l'exercice des strictes fonctions qui lui incombent ...

CLIQUER sur :

:http__evajoly2012.fr_2012_01_05_discours-deva-joly-voeux-a-la-presse-et-aux-journalistes_.htm

Et pour rapprocher l insistance d'EVA à pointer en creux les aspects délétères de certaines pratiques politiques désormais observables à tous les niveaux du territoire... en matière de liberté - et donc, d'indépendance des journalistes...
et sans oublier qu'une dérive acceptée qu'une dérive en conforte une autre...
je conseillerais vivement la lecture de 2 informations parues dans " le Faucigny" Chroniques des Pays de Savoie, à savoir : "

raout_a_la_Clusaz.jpg

En double référence à :
- d'une part, une étude annuelle effectuée par la SoFrES pour le quotdien "La CROIX"
- et d'autre part, à ... une espèce de raout montagnard, (agrémenté de "java des flocons"(à vos loupes ! vu la médiocrité du scan tiré de l original - pour découvrir (ci-dessus) la suite des gratifications périphériques tant ... apéritives que digestives !... figurant au menu alléchant d'une soirée promise à des "titulaires savoyards et haut-savoyards de la bientôt octogénaire carte d'identité des journalistes professionnels",
sur invitation à souper dans un "restaurant d'altitude sur les pistes clusiennes de sports d'hiver",
offerte -aux frais du contribuable départemental - par les conseils généraux de la Savoie et de la Haute Savoie "

Et le journaliste de démarrer son article par :

"Cette "CROIX" là NE LEUR REDORE guère LA BANNIERE.": "Ils sont près des deux tiers de "l'échantillon national de 1000 personnes, (représentatif de l'ensemble de la population française agée de 18 ans et !!plus) à estimer que les journalistes manquent d'indépendance à l'égard du pouvoir politique",

révélait début 2011, le 25ème"baromètre de confiance dans les média", une étude annuelle qu'effectue la SoFrES. (Société Française d'Enquêtes par Sondages) pour le quotidien national d'obédience catholique La Croix. "Le Golgotha doré que graviront vespéralement des titulaires savoyards et hauts savoyards de la bientôt octogénaire carte d'identité des journalistes professionnels , le JEUDI 26 janvier prochain à la Clusaz, devrait quelque peu concourir à abaisser encore le degré "d'indépendance" que lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs prêtent aux chroniqueurs vis à vis "...du pouvoir politique"

Tandis qu'un peu plus loin , en fin de ce même article, on peut encore lire :

'' "Jean Luc Rigaut , Maire Nouveau Centre et sa municipalité écolo-droitière d'Annecy offrant pour leur part, "une à ceux qui auraient zappé la java des flocons à la Clusaz , une sorte de rattrapage ou de deuxième service, lundi 6 février prochain, en éprouvant " les plaisir de (les) convier à dîner au restaurant "Le Chalet", le long du Thiou, ce canal naturel et déversoir du Lac dans le Fier,, affluent du Rhöne..
"Là encore, il s'agit de de demeurer "fidèle à (une) tradition". "Celle qui réunit , en début d'année, les journalistes de la région" et les édiles de l"a Venise des Alpes".''
Aux frais, ici, du contribuable communal.

Fin de citation.

On a les fidélités qu'on peut... pas vrai ?
Et que ne ferait-"ON" pas faire au nom de la tradition ... en bien des domaines politiques ...
Et PLUS ENCORE, en périodeS pré-électoraleS !

Au secours EVA !
Renée Alice