poussard.jpg

De la symbolique aux actes ! le choix des lieux d'un premier "Rassemblement des Ecologistes " n'est certes pas neutre et "la Voix des Allobroges" formule "un dernier voeu"... dont devrait aussi retentir... l'écho de nos montagnes !

En voici le titre et des extraits signifiants, d'un article du mercredi, 06 Janvier 2010, signé B.Perrier, à lire en vous reportant au site de l'association "La Voix"...à savoir : www.lavoixdesallobroges.org

"Un dernier vœu pour la nouvelle année : à la veille d’une réunion aux Glières, la Voix appelle Europe Ecologie à faire de la région Savoie une priorité afin de prendre la mesure de l’enjeu régional."

"En décembre, après la venue à Chambéry de Philippe Meirieu, le Dauphiné Libéré publia dans ses colonnes un article où l’on faisait dire à la tête de liste d’Europe Ecologie en Rhône-Alpes que la « région Savoie ne sera pas une priorité ». Il semble que ce n’était pas ses propos exacts, le Dauphinois ayant pratiqué l’art du raccourci. Mais ce qui est aujourd’hui clair, c’est qu’on ignore encore la place qu’aura la région Savoie dans la future campagne des régionales. Alors en cette nouvelle année - qu’on vous souhaite illuminée - et à la veille du rassemblement d’Europe Ecologie Rhône-Alpes aux Glières, nous émettons un vœu pour 2010 : que la région Savoie devienne une véritable priorité pour Europe Ecologie. Sans cela, la formation écologique passerait ici à côté de l’élection en ne prenant pas la mesure de l’enjeu régional."

Et de poursuivre : "Du simple bon sens"...

"après sa désignation à Lyon comme tête de liste, Philippe Meirieu nous avait pourtant dit que le régionalisme différencié et l’aspiration à une région Savoie étaient pour Europe Ecologie une évidence. A la veille d’une élection régionale, cela paraissait en effet aller de soi. Car de quoi devrions-nous aussi parler lors d’une telle échéance si ce n’est d’une vision de la région ? Le régionalisme différencié est la vision que prônent, du moins en théorie, les Verts. Les responsables de ce parti l’ont d’ailleurs bien exposé l’hiver dernier devant la commission Balladur. Les Verts étant le principal pilier d’Europe Ecologie, au sein duquel ils se sont associés avec les régionalistes de Région et Peuple Solidaire (dont le Mouvement Région Savoie est un membre fondateur), il parait inenvisageable de ne pas défendre cette optique régionale lors des élections de mars, surtout sur un territoire susceptible de la symboliser à merveille".
"Cela relève du bon sens, mais aussi, sans doute, d’un sens de l’efficacité électorale.
"Europe Ecologie ne devrait en effet pas oublier ce qui lui a permis de faire un score aux Européennes de juin 2009. Un rassemblement qui donnait envie, certes. Mais aussi et surtout une campagne véritablement axé sur un projet européen, alors que la plupart des autres partis Français, obnubilés par les échéances nationales et donc par la future présidentielle, avaient oublié ce pour quoi il s’agissait de voter. Aux Européennes, si vous vouliez attirer un électorat désabusé face à des politiques déconnectés des réalités car accaparé par leurs querelles microcosmiques, il fallait parler d’Europe".
"Aux régionales, si l’on veut susciter l’intérêt d’électeurs que le paysage politique n’enthousiasme certainement pas aujourd’hui d’avantage qu’il y a un an, il faudra parler de région, de ce qu’on veut faire avec une région, de ce que devrait être une région dans l’Europe de demain qui doit se bâtir aujourd’hui. Défendons une Europe des régions ! "
(...) "une réforme qui, d’après le projet proposé par le gouvernement, va dans le sens d’une recentralisation. Il faut donc clairement se positionner, car la France pourrait s’apprêter à aller à contre-courant du sens de l’histoire en supprimant des compétences aux collectivités territoriales et en les rendant de plus en plus dépendantes financièrement du bon vouloir de l’Etat. Un Etat-Nation dont on nous rebat à nouveau les oreilles avec ce débat à la noix sur l’identité nationale. Pourtant, la nation n’est pas un échelon d’avenir, cet échelon n’étant déjà plus en phase avec son époque. N’est-ce pas d’ailleurs l’égocentrisme forcené des nations qui a fait la faillite de la réunion de Copenhague ?...

Ainsi donnent de la VOIX les tenants de l'expérimentation d'une région SAVOIE , à la faveur d'une campagne régionale qui les concerne et ne saurait ignorer que la réforme des Collectivités Terrritoriales visent le tout proche avenir( des régions et des larges populations qui y seront soumises en premier chef. Et dès lors que gouverner à tous les échelons des territoires c'est anticiper et prévoir...très au delà d' une simlple gestion attentiste de l'existant...

Perspectives que nos parlementaires devraient eux aussi retrouver dans l'actualité sous peu à l'ordre du jour de l la session de janvier.
Et d'ajouter : (...) ... l’avènement de régions jouant un rôle central dans la gestion de leur territoire aidera l’Europe à se faire. Cela fait plus de trente ans que Denis de Rougemont l’a dit. Faudra-t-il une faillite de nations surendettées lors de l’acte deux de la crise financière pour permettre à la vision du penseur lémanique de devenir une réalité ? Défendre l’avènement de véritables régions en France en cet hiver 2010, et le tout dans une optique européenne, donnerait en tout cas du sens aux élections de mars.
(...) ...S’il s’agit de créer une nouvelle entité régionale en France illustrant le fédéralisme différencié, quel meilleur candidate en effet que la Savoie ? Un territoire où deux départements déjà fortement liés par toutes sortes de partenariats pourraient fusionner pour créer - tout juste 150 ans après être devenu français - une région alpine et européenne à vocation transfrontalière".

Une région qui, en retrouvant son âme et son identité, pourrait devenir un fer de lance de la nécessaire transformation écologique qui passe par un autre rapport à cette société des loisirs qui règne dans nos montagnes.
La Savoie écologique doit en incarner l’alternance...

RAP