UNE TRES GRAVE NOUVELLE pour LA DEMOCRATIE et pour NOTRE REGION...

a.jpg

... car ce serait aussi la mort programmée de l'information libre, diversifiée et alternative, si suite à comportements douteux de l'un de ses dirigeants (à ce qui paraît...), "le Faucigny" est en perdition alors qu'il dispose d'une gestion saine et de nombreux adhérents et beaucoup d'acheteurs en kiosque.

Certains journalistes sont au chômage technique. Un rédacteur a déjà quitté le journal, un autre est en passe de le faire, et si pas remplacés d'urgence il ne resterait plus que deux rédacteurs pour assurer la parution. Et tout çà dans l'ignorance des lecteurs qui découvrent la situation en fin de vacances ! ***
Le Faucigny ne s'est jamais plié à aucune pression et n'a jamais renoncé à publier l'avis de tous les citoyens qui le sollicitaient en tribune libre.
Les comités citoyens, dont le comité anti olympique, ainsi que les associatifs et les politiques en ont eux aussi souvent bénéficié.

Nous tous, savons trouver les journalistes quand nous avons besoin d'eux, mais saurons- nous leur renvoyer l'ascenseur ?
Aussi à titre personnel, afin de préserver une source indépendante d'information et de retourner vers les journalistes de ce média, le civisme dont ils ont toujours su faire preuve,

J'appelle les citoyens à :

* rester vigilants sur l’évolution de cette information.
* s’abonner en nombre au Faucigny (par solidarité individuelle ou collective car ce n'est pas cher, quand on pense qu'une contribution de 2 euros par haut-savoyard, pourrait dégager un fond de soutien solidaire de 1,4 millions d’euros !)
* en appeler publiquement à un état qui subventionne par ailleurs à coups de milliards une économie moribonde et condamnée, afin qu'il aide à survivre ce journal dont la justesse de ton, la fidélité de ses lecteurs et les tribunes libres en font un média d’avenir qui permet aussi l'expression participative non retouchée des citoyens.

Christian Oeil

*** N. B. : à première vue, la SA Plancher s'est mise en difficulté, par suite "d'emprunts toxiques". Le journaliste en question aurait choisi "d'assurer" sa situation professionnelle en accédant à des fonctions dirigeantes au sein du cabinet du maire de PASSY. Un second, fuirait carrément la Haute Savoie... et la saignée progressive des effectifs rédacteurs (déjà amorcée par le non remplacement d'Andrée Montmasson lors de son départ volontaire) amputerait à ce jour de quelque 40 % une valeureuse équipe journaliste ayant fait ses preuves, au service de la qualité d'info attendue en territoires savoyards