L'intervention VERTE s'est faîte à deux voix.

Cécile VIALLON, Conseillère Iséroise et déléguée à la Commission Sports l'a introduite comme suit :

Monsieur le Président, Chers Collègues,

"Si les Verts ne soutiennent pas la candidature d’Annecy aux Jeux Olympiques, c’est entre autres...pour des raisons éthiques, économiques et environnementales...

JOCVAP.jpg
Pour ma part, je vous expose d'abord les raisons éthiques, puis à son tour, Mme Poussard vous parlera du reste...

Comme je l’avais déjà dit lors de la plénière précédente, j'insiste sur le fait que "le sport n’est pas un jeu", fut-il olympique, mais une "pratique corporelle de compétition institutionnalisée où le corps méthodiquement et artificiellement préparé, est saisi comme un objet de performances individuelles ou collectives, et où l’esprit est totalement et perpétuellement tourné vers les objectifs à atteindre... la victoire, le record, le meilleur résultat ! "
Je n’inclue pas dans cette définition empruntée à Michel Caillat, l’exercice et l’éducation physique. Je ne parle que du sport, dont on fait l’apologie, qui pourrait être nommé "SPORTISME"++

C’est un phénomène historique, développé par Pierre de Coubertin qui disait en 1902 : « il ne suffit pas de pratiquer des exercices physiques, fût-ce sous forme de compétition ludique, pour faire du sport ». Et qui n’a jamais dit que "l’essentiel était de participer".

Le Sportisme est une idéologie, un mouvement et un système. C'est un ensemble hiérarchisé d’institutions pas toujours démocratiques, et de mécanismes de décisions; une pensée inversement proportionnelle à la qualité des études qu’il engendre...

Pour sortir du paradoxe qui consiste d’un côté à mettre 2 millions et demi d’euros dans la perspective d’une compétition sportive et de l’autre, 1 million d’euros pour soutenir et encourager la pratique du sport pour tous et du sport santé, ouvrons largement la porte à la critique.

Ne faisons pas les autruches, les champions sont des êtres humains, dont les performances physiques ne peuvent être largement dépassées que par l’apport extérieur de substances qu’on nomme les produits dopants.

A titre d'exemples, à l’Hiver 2008, Mirko Deflorian a été contrôlé à la cocaïne ; en 2002 l’entraîneur autrichien, Welter Meyer est au cœur d’un scandale de dopage aux JO de Salt Lake City, et en 2006 à Thurins, des bi-athlètes et des fondeurs ont été contrôlés positivement...

Encourager l’agence For Transparency (agence pour la transparence) que nous avons auditionnée à la dernière commission Sport, dans son travail de contrôle, (de police) et de prévention du dopage, e suffira pas à faire du sport de haut-niveau un lieu d’harmonie, un facteur d’intégration, un remède aux fléaux de la drogue, de l’alcoolisme, du tabac, voire d'abus sexuels...
Ne montrer que cette recherche des valeurs de convivialité et de fraternité dans le sport, comme le font les Jeux Olympiques, c’est nier dopage et business. Ne rien faire, ne rien dire, (irait jusqu’à...) et relèverait d’un crime d’indifférence.

Et maintenant je passe la parole à Mme POUSSARD, Conseillère régionale de Haute-Savoie et déléguée aux commissions Santé et Environnement... concernant le soutien de la REGION Rhône Alpes à la candidature d'ANNECY pour organiser les jeux en 2O18...

JORPAP.jpg

Monsieur le Président, Madame et Messieurs les Vices présidents de l'Exécutif régional, Mesdames et Messieurs les Conseillers régionaux et Collaborateurs techniciens, et vous tous qui assistez à cette assemblée,
Je suis...nous sommes très inquiets, d'avoir à constater jusque dans cet hémicycle, que le même déni de démocratie, le même déséquilibre des portés à connaissance (très orientés) président aussi au débat organisé ce jour, alors que ce travers est déjà décrié en municipalité d'Annecy et en Haute Savoie.

D'un côté, on nous fait subir un matraquage publicitaire en règle, mis en scène -en tribune et une heure durant... - par les tenants de la méthode Coué, pour tenter de justifier sans budget fléché (sinon fonctionnement, pub' et Com' aux frais du contibuable, un soutien régional obtenu par la bande, à hauteur de 2,5 millions d'euros sur 2 ans.

Cette somme ayant été annoncée et publiée en DL dès le mois de mai ! A quoi donc ? sert ce débat faussé.

Surtout quand de l'autre, les opposants tenus pour "chienlit" citoyenne se voient réduits à l'expression congrue hors nos murs, s’ils essayent de rétablir un semblant d'équité de parole et pointer les effets pervers de jeux surdimensionnés. La démesure règne et génère les cortèges de nuisances qui accompagnent toujours les hautes concentrations de publics internationaux drainés dans des espaces contraints. Il est mal venu d'argumenter pénurie d’eau en massifs alpins, montagnes coupées de vallées étroites asphyxiées de camions, nappes phréatiques peinant à s'y reconstituer scientifiquement constatée, glaciers en fonte accélérée au Mont blanccomme en Suisse et aux pôles !

Or, réchauffement climatique aidant, l'heure n'est plus à reconduire ou intensifier ces pratiques d'un autre âge !

La concentration et les déplacements de milliers d'athlètes, spectateurs et journalistes, à héberger, les énormes consommations d'eau et volumes de déchets générés, le foncier agricole déqualifié…au nom d'emplois à créer et de déluges d'équipements artificiellement implantés ne donneront le change qu’un temps. Car cette fuite en avant occulte l'urgence de reconvertir et relocaliser l‘économie pour cesser d'alimenter les crises écologique, économique et sociale qui frappent en cascade la planète et ses habitants. La crise de confiance qui s’en suit n’étant pas des moindres.
Londres et Athènes regrettent amèrement de s'être engagés, quand les crises conjuguées plombent chaque jour un peu plus les capacités financières des entreprises, du privé, des ménages et des collectivités de moins en moins dotées…

Et donc, une déni de situation aggravé d'un déficit de démocratie, auxquels vient s'ajouter ici, un incroyable mépris du "Délibératif" :

Le président Queyranne et l'Exécutif régional qui -comme son nom l'indique- a pour mission de faire exécuter les décisions adoptées par les conseillers et pas l'inverse !… ne se sont-ils pas unilatéralement autorisés à communiquer à la hussarde, et ce dès le mois de février et ça continue (en gare de Grenoble puis d'Annecy) sur un soutien régional assuré par avance ?
Puis, par médias convoqués et complaisamment interposés, n'ont-ils pas très explicitement acté et pré-engagé sans nous consulter l'apport des 2,5 millions qui nous est très hypocritement soumis aujourd'hui ? A quoi servons-nous ? Je vous le demande…

Dans ces conditions, et bien loin de traduire quelque sectarisme que ce soit, Monsieur Hazard, l'expression de dissensus justifiés est l'essence même d'un débat honnête et digne de ce nom…Pourtant, réclamé avec force, celui-ci nous aura été arbitrairement refusé au profit de la pensée dominante. De solides oppositions participatives et citoyennes propres à confronter des arguments pour et contre sont interdites d’hémicycle…
Je le dis gravement, l'indépendance de pensée et la capacité de chaque conseiller à prononcer en conscience son vote, doivent absolument être rétablies et manifestées aujourd’hui hors de toute position dictée par des bénis oui-oui convenus. Il en va de la qualification et de la crédibilité même de notre assemblée.
*

Et je le redis aussi,les conseillers régionaux ne sauraient donner chèque en blanc et cautionner yeux fermés, des aménagements largement discutables… Et ce ne sont pas quelques éco-quartiers par ci, ou moins de 10 Kms de train/tram par là entre Annecy et Seynod sinon une piste cyclable, s'apprêtant allègrement à empiéter sur le lac d'Annecy en défigurant la rive EST (naturelle) du "petit lac sauvage" qui nous persuaderont du contraire…

Les Verts voteront résolument CONTRE ce rapport.

RAP

pour ajout ou lecture : Cliquer sur un commentaire ci après :