Que disent les liquidateurs ?

Anatoli Saragovetz s'est marié en 1983. Il a eu deux enfants, un garçon et une fille. En '86 il était déjà à Tchernobyl. Treize ans plus tard il mourait. Sa veuve raconte...

femme_sacrifice.jpg'"Il est resté couché six mois, après quoi il s'est décomposé vivant... Tous ses tissus ont commencé à se décomposer, au point que les os iliaques étaient visibles...Je le soignais moi-même, en suivant les recommandations du médecin. Jusqu'au moment où le coeur s'est arrêté. Tout s'en allait Le dos tout entier les os étaient à nu. L'os de l'articulation du fémur pouvait être touché avec la main. J'introduisais ma main couverte d'un gant, et je désinfectais l'os. J'extrayais de là des résidus d'os qui s'en allaient, de l'os décomposé, pourri. Nous nous sommes adressés à tous ceux que nous pouvions interroger. Ils ont dit: "Nous ne connaissons pas cette maladie. Nous pouvons aider seulement à diminuer la souffrance". Devant cette décomposition de la moelle osseuse ils restaient interdits. Ils ne pouvaient pas aider. Il demandait de mourir rapidement, pour que ces souffrances cessent. Il disait que ça faisait très mal Quand je le retournais d'un côté sur l'autre, parfois il serrait les dents, d'autres fois il gémissait. En réalité il ne criait pas, il supportait. Il avait une grande force de volonté"

Borovsky : "Nous décontaminions les villages"...

'On décapait la terre avec les pelles, on la chargeait sur les camions à la main. Évidemment la poussière volait sur nous et nous la respirions. En tant qu'officier, j'ai pu observer que les hommes étaient conscients que c'était une tâche importante: "Oui, nous sommes en train de sauver" ! Et nous comptions que nous ne serions pas oubliés non plus. "

Groudino: "Maintenant je suis déjà un invalide de seconde catégorie"..."Les maladies sont si nombreuses qu'on ne peut pas les énumérer...Comme un vieillard de 70 ans, à 35 ans" ! ...
Anatoli Saragovietz: quelques mois avant de mourir, à l'age de 39 ans, treize ans après la catastrophe...

"En novembre j'ai perdu la sensibilité de la main gauche, puis du bras gauche, puis du côté gauche, puis les jambes se sont paralysées... Ils ne savaient pas quoi faire. Ils ne reconnaissaient pas la cause radiologique. J'allais travailler. Je conduisais le trolleybus et je ne disais rien, parce que je devais nourrir la famille. Je conduisais avec une main et un pied. Jusqu'au jour où j'ai perdu connaissance et on m'a amené à la maison... Maintenant je ne peux pas marcher, les jambes ne marchent plus...À la maison je me tiens au mur. Je ne faisais que tomber, et tomber... Ma femme m'a dit: mets-toi dans le fauteuil roulant. Je m'y suis mis, et voilà. Je suis de fauteuil roulant....Un cauchemar". Vodolajsky est mort. Migorok Klimovitch est mort. Lionka Zaturanov est mort.... Bref, on est restés Kolka Verbytsky et moi"...

img168.jpg

Les évidences du film " Le Sacrifice " accusent la science officielle : ignorance et omission de secours à personnes en danger :

"Nous savons par les déclarations du Dr. Hiroshi Nakajima (Conférence de Kiev, juin 2001), dont la Conférence internationale de 1995 sur les effets sanitaires de Tchernobyl a été censurée, que cette ignorance est intentionnelle".
"Pour ne pas compromettre la réputation de l'industrie atomique, le lobby nucléaire et la médecine officielle condamnent sciemment, depuis bientôt 20 ans, des centaines de milliers de cobayes humains à expérimenter dans leur corps des pathologies inconnues".

"Il incombe aux profesionnels de l'information, de la culture, de la science et de la médecine d'inciter l'opinion publique mondiale à condamner ce crime et à exiger des gouvernements les financements nécessaires pour des recherches scientifiques et médicales indépendantes dignes de ce nom".

blanchardJPG.jpg

"Les liquidateurs vont-ils avoir droit à l'attention et à la reconnaissance qu'ils méritent, aide aux familles pour ceux qui vivent encore, honneurs posthumes pour ceux qui sont morts dans des souffrances parfois atroces comme en font foi les trop rares témoignages qui viennent jusqu'à nous" ?
"Une reconnaissance de la part de l'Europe, qui a été menacée, qui est directement concernée par leur sacrifice ? "

Autant de propos"insoutenables"...rapportés ici, au nom du devoir de mémoire,

 RAP