Ce billet vous est proposé par des adeptes de la randonnée alpine à ski, outrés par, je cite .."le coup de force médiatique asséné par la ville d’Annecy pour l’organisation des jeux Olympiques"...

Et voici la 1ére parie d'un texte reçu de Gégé (et Sarah !) :

"...Cà m’a fait réagir sur de nombreux points. Afin d’alerter mes amis et plus largement la population, j’ai donc souhaité m’impliquer aux cotés des opposants à ce projet, qui promet d’ores et déjà de s’inscrire, tout comme les précédents jeux, dans l’excès et la démesure".


La_Blonniere_-_31-01-2009_-_Dede__Nan_Nan_1_.jpg
" Travaillant la journée, j'ai quelques scrupules à abandonner les cammarades qui s'activent depuis le début de la semaine à distribuer des tracts, sur les marchés et les places. J'ai donc souhaité afficher HAUT et FORT mon OPPOSITION aux JO tout en vivant ma passion du ski de randonnée durant les Week-ends"''

"Nous nous rendons en voiture avec ma compagne Sarah, en direction de la COMBE de la BIONNIERE, dans les ARAVIS. Sur la route, il me revient à l’esprit que les loisirs de montagne son parmi les plus polluants de toutes les activités récréatives … et oui, il est difficile de changer d’horizon sans avoir à parcourir les grand sillons routiers, qui suivent les vallées somme toute relativement encaissées de notre région"

"A Comburce, à quelques Kilomètres du magnifique village de MANIGOD, je relève que le petit parking se remplit rapidement. Les activités liées à la Montagne telles que la raquette ou le ski de randonnée, paraissent de plus en plus en vogue dans notre région".

"Est-ce là un signe du désintérêt croissant d’une partie de la population locale, pour les stations mécanisées, la fréquentation de ce petit bout de parking semble en attester".

La montée à ski s’écoule tranquillement sur la route Jeepable montant aux alpages, lorsque nous apercevons, nous rattrapant, un couple d’amis et une troisième personne. Visiblement, ils n’ont pu résister, tout comme nous, à l’attrait de la montagne.
La conversation s’anime rapidement autour de la volonté d’Annecy de vouloir organiser les JO en 2018. La première réaction de mes compagnons du jour, est bien sûr celle de tout citoyen lambda, ayant été bercé par la douce publicité faite par la ville d’Annecy pour promouvoir l’événement : « Et bien c’est chouette et puis ça va créer de l’emploi ...».
Tout en avançant vers notre destination finale au sommet de Blonnière, je m’applique à argumenter CONTRE les avantages liés à l’obtention des JO, tels que l’on essaie de nous les présenter :

Tout y passe, le réchauffement climatique et ses conséquences sur notre pratique, les canons à neige, le développement à marche forcée des stations de ski, les infrastructures routières pour y mener, le dopage dans le milieu professionnel de haut niveau."

Doucettement, je constate que mon argumentation porte ces fruits, particulièrement lorsque j’évoque le coût de réalisation et d’entretien de la pistes de Bobsleigh ou les tremplins à ski des Confins à La Clusaz.

Là, je sens que je fais mouche à l’évocation de ce haut lieu du ski de randonnée, où s’aligne une magnifique succession de combes encore préservées de la mécanisation, mais malgré tout prise d’assaut chaque hiver par les randonneurs.

Le sommet est en vue, et j’aborde enfin le volet de l’emploi : Effectivement, cela offrira du travail … surtout dans le secteur de la construction qui s’emploiera à bétonner, goudronner un peu plus les étroites vallées alpines. Mais ces emplois seront nécessairement précaires, le temps de monter les infrastructures...pas plus ! En outre, , le logement subira en même temps une flambée des prix à l’approche de l’événement, mais il y aurait long à dire ici, et çà fera entre autre l'objet de mon procahain billet...

On nous parle de création de logements destinés aux populations ne trouvant plus leur place dans ces stations hors de prix. Ceci repoussera un peu plus loin dans la vallée les plus précarisés, aggravant ainsi encore plus la problématique liée au transport. Je n’aborde pas encore là, la difficulté de logement qu’affrontent les saisonnier des stations de sports d’hiver, qui sont exploités par ceux là même qui ont le plus d’intérêts à promouvoir la candidature aux JO.

Emporté par l’enthousiasme sur ce sujet, le dernier mur menant au sommet est quasiment avalé, j’entends la haut que le débat est d’ores et déjà entamé, visiblement nous allons arriver en terrain conquis. Etonnement, les trois personnes déjà au sommet on l’air d’être contre la tenue des JO. Le temps de retirer les peaux des skis, l’excitation est un peu retombée. On est maintenant rejoins au sommet par trois skieurs Alpinistes s’entraînant pour la TSF du week-end prochain. Malgré l’esprit de compétition qui les anime, je suis fort surpris de constater que l’un d’entre eux est résolument contre JO, les deux autres n’ayant pas d’avis tranché sur le sujet.

La_Blonniere_-_31-01-2009_-_Dede__Nan_Nan_2_.jpg Il est maintenant temps de déployer la Banderole contre les JO...Mais comment s’installer sur un sommet exigu, tout en ayant assez de recul pour faire une bonne photo : pas évident, mais moyennant quelques contorsions au sommet, l’image est dans la boite.

Je remercie d’ailleurs ma photographe du jour, qui avant de se prononcer sur le sujet, souhaite connaître les arguments des pro-JO. Je m’attends à ce qu’elle reste sur sa faim, l’argumentation n’étant pas le point fort des inconditionnels de l’événement.

Avant de rechausser les skis, je propose à deux gars de la vallée de l’Arve de se faire photographier avec la banderole, chose qu’ils acceptent avec beaucoup d’enthousiasme. On trouve donc aisément ici aussi, des personnes prêtes à clamer haut et fort leurs opposition aux JO. Merci encore à Dédé et Nan Nan pour leur soutien.

Il est maintenant temps de redescendre vers la vallée, mais une chose est sûre : cette banderole sera déployée durant cette longue saison de ski-rando sur de nombreux sommets des Alpes.

RAP