Porte toi bien ! OUi d'accord mais encore....
Toujours la même logique de fuite en avant !
Minolta DSC

L'adoption par les députés (en 1ère lecture) du Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale (le PLFSS si vous en entendez parler...) est une raison de plus de s'inquiéter...

EXTRAITS de commentaires en (provenance André Cicollela Président de Commission Santé des VERTS)en date du 1er Novembre 2008

"Le déficit pour la seule assurance maladie est de 4,6 Milliards en 2007 et 4 Milliards en 2008. Le projet 2009 prévoit un déficit de 3,4 Milliards ce qui suffit au bonheur du gouvernement et lui permet d’affirmer sans rire que l'équilibre sera atteint en 2012 !

Evidemment, à un moment où la crise financière nous habitue à raisonner en centaine de milliards d'euros, le chiffre apparaît moins énorme que d'habitude, mais ce n'est un tour de passe-passe de plus !. Comme d'habitude la dette est renvoyée sur les générations futures via la CADES (Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale) qui reprend 27 milliards de dettes. Le taux de la CRDS (qui finance la CADES) passant de 0,5 % à 0,69 %.

Cette mesure est gravissime, car elle renvoie les dettes d’aujourd’hui sur les générations futures, tout en alimentant généreusement les marchés financiers, mais on parle plus de la taxe de un milliard d'euros sur le chiffre d'affaires des complémentaires santé (mutuelles, assurances privées, institutions de prévoyance)...qui ne change rien.

Autre donnée gravissime, quoique habituelle : le poids des exonérations de cotisations sociales qui devraient s’élever à plus de 33 milliards d'euros en 2009 continuent à croître puisqu'elles augmentent de 17 % sur deux ans et ces exonérations ne font pas l'objet d'une compensation intégrale aux régimes de sécurité sociale et la dette de l'État, qui était apurée l'an dernier serait de 3,5 Milliards en 2008...
La Cour des Comptes avait pourtant montré que la taxation des stock options pouvaient rapporter 3 Milliards...Possibilité écartée et concernant les parachutes dorés, seules les indemnités de licenciement de dirigeants « supérieures à un million d'euros » seront assujetties. Nicolas Sarkozy veut bien "moraliser" le capitalisme, mais il ne faut quand même pas exagérer !

La loi Bachelot a été adoptée par le Conseil des Ministres. Grande loi de refondation au départ, elle devient surtout "une loi Hôpital", qui conforte l'évolution vers l'HJôpital Entreprise, avec le rôle du directeur d'hôpital muté en chef d'entreprise. Les maires des communes qui les abritent n'étant plus au CA ! ce qui en dit long sur lesprérogatives et voix au chapitre des élus locaux, en système libéral et économie de marché
Le P de Prévention s'est transformé en Patients. Ne subsiste plus que l'interdiction des cigarettes bonbon... !
La création des Agences Régionales de Santé reste et pourrait être une mesure structurante.

Il est absurde en effet que l'offre de soin hospitalière et l'offre de soin ambulatoire ne soient pas gérées de façon cohérente, mais, sous la houlette du préfet de Région, cette régionalisation ressemble plus à une étatisation, faute de reconnaissance donnée aux acteurs, légitimes représentants des assurés et des collectivités locales.

Tout cela se passant sur fond de crise financière qui devrait logiquement invalider tous ces plans. La crise peut avoir du bon, si elle est l'occasion de rompre avec les mêmes politiques menées depuis 30 ans.

Mais on n'en prend pas le chemin...

   RAP