LAC EN PARTAGE".édition 2OO8 ... PROJET CYCLABLE en RIVE EST du Lac d' ANNECY et...AVIS FAVORABLES" NON partagés !
Non_au_b_ton_Annecy_2.jpg
...INJURES FAÏTES à la NATURE...*** ...aggravées d'aménagements cyclables en rive EST du lac d'Annecy et sur RD 9O9... : un PROJET actuellement "NON RECEVABLE en l'état"...malgré l' AVIS FAVORABLE (à ce jour sélectivement ébruité...) DU COMMISSAIRE ENQUËTEUR... et le Septembre 2007 déjà, les VERTS de la Cluse du Lac et d'Annecy dénonçaient la non démolition ordonnée par le Conseil d'état (suite à recours associatif ALAE) ainsi que la verrue défigurant la riive Est du lac ( à moins de 20 mètres du rivage...
Balmette_2.jpg

Contenu de ma déposition en enquête publique, à titre de Conseillère Régionale déléguée aux Commissions Santé, Environnement et prévention des risques, mais aussi au CDRA du Bassin Annecien (Contrat de Développement passé entre la Région et le territoire) ainsi qu' à celui de Présidente de la Section Rhône- Méditerranée du Conseil des Rivages des Lacs (Conservatoire du Littoral) et Vice- Présidente du Parc des Bauges...

Riveraine du lac d'Annecy, je déplorerai d'emblée les difficultés rencontrées pour accéder sérieusement au document soumis en enquête, y compris pour l'une des représentantes (plutôt autorisée!) de l'un des 3 principaux co-financeurs du réseau des pistes cyclables…L'ensemble de la piste OUESTdu Lac ayant été à ce jour honoré Région à hauteur de 3O % - soit près d'un tiers des coûts. Je rappellerai donc pour mémoire… qu'outre la Fiche Action N°35 concernant la candidature d'inscription du lac d'Annecy (rives comprises et pas seulement la masse d'eau !) au patrimoine mondial de l'UNESCO, la piste en rive EST, fait l'objet de la Fiche Action N° 23 du CDRA, actée en assemblée plénière du Conseil régional le 15 décembre 2005. Ce qui témoigne de l'intérêt porté aux mobilités douces en général, et aux aménagements cyclables en particulier…Je note toutefois que cette participation significative n'apparaît jamais au niveau des budgets lors de communications publiques autour du projet…

Je noterai aussi que la pagination du document soumis (260 pages hors cartes annexées, m'a paru un vrai défi lancé aux courageux publics venus le consulter – sinon rencontrer le commissaire enquêteur - pour éclairer la nébuleuse…et apercevoir la cohérence d'ensemble. Ou tenter de s'y retrouver dans certaines contradictions enregistrées d'une page à l'autre…

Ma déposition porte donc essentiellement sur les points suivants :

- L'utilité publique et sa déclinaison en terme de pertinence des aménagements projetés en regard des souhaits et besoins clairement exprimés par les habitants et autres usagers concernés…
Si l'objectif implicite de la présente enquête est borné au seul recueil d'avis reconnaissant l'utilité publique d'un équipement cyclable imprécis, la réponse quasi unanime pourrait être OUI
Mais, si en revanche, ce OUI doit cautionner des aménagements d'impacts incompatibles avec l'un ou l'autre des 3 piliers du développement durable (social (et) économique (et) environnemental ) quand le document soumis manque des précisions permettant d'en juger…ou propose en page A13 des aménagements non anodins au-dessus du "petit lac sauvage" (en gros: 100m d'encorbellements et 45 mètres d'une large passerelle…ne peuvent qu'impacter fortement le paysage en remodelant visellement le dessin de rive naturel… Certes, Ils "feront (bien) l'objet d'une procédure d'autorisation par les gestionnaires du domaine"(conservatoire du littoral) mais … POSTERIEUREMENT__ à l'enquête publique... S 'y ajoutent de multiples aménagements prévus en parallèle (sens premier du mot) venus rayer de la carte des patrimoines, le restant de "naturel " jusqu'ici respecté : signalétique visuellement polluante car justement faite pour être vue ! de traversées, parkings, carrefours et autres points d'accès aménagés, bandes pour ceci et murs pour cela… cabanons rectifiés, pontons supprimés, murs de soutènement ou pare-bruit…bref une "artificialisation" garantie de larges sections de rivages créant un précédent empiétant bel et bien - de fait - sur domaine public et site(s) protégé(s) ainsi appropriés…

Quant aux publics à prendre en compte, l'inventaire à la Prévert glané au fil du dossier, laisse songeur sur le souci de sécurisation allégué… quand on aura ainsi convoqués - pêle-mêle - mais toujours plus nombreux, 1/3 de "sportifs, à l'entraînement" côtoyant allègrement en espaces très contraints, voitures sur bitume, 1sur 2 des cycles étant amené en voiture (page C7) au départ des sections de piste choisies… mais aussi piétons, cyclistes du dimanche, pêcheurs, familles, promeneurs marcheurs ou joggers, planchistes, baigneurs, plaisanciers, handicapés, rollers, plongeurs ou adeptes du nautisme, riverains escomptés en trafic pendulaire, deux-roues motorisées (???) et autres "utilitaires" (mention de 1% pour chaque…(en C7) de même que chevaux et cavaliers (autorisés sur piste à statut voie verte (c'est en C16) sans compter les bébés en attelage de cycles...Seules les trottinettes ont été oubliées !)… Et QUID des risques liés à revêtement BOIS de pistes lessivées voire humides ou glissantes ( ou qui plus est sur bitume sià en croire les illustrations virtuelles...en dossier) sachant que la loi Littoral prohibe bitume et béton ???__, le tout à flanc de circulation automobile, de ces faits même accrue...

Ce parti pris défie le bon sens pratique s'il appelle à drainer en rive EST géographiquement très contrainte les "6000 à 8000 cyclistes, joggers, rollers… décomptés chaque jour en été, en rive OUEST " ! chiffres Sila 97..page C6.

FORCE EST ENFIN DE CONSTATER QUE...si ici et là en communes Nord du Lac, on a su raisonnablement limiter les frais et composer heureusement en jouant du mono directionnel et du cheminement communal…on est nettement moins regardant au niveau du "petit lac"dit "sauvage" ! , de Balmettes Talloires à Doussard et en section 8 notamment…où l'on n'est pas à une injure paysagère près à Balmettes, il est vrai…cf photo ci dessus...)

Foin de passerelle et d'encorbellements ! et qu'on y procède convenablement. en bridant un peu plus - là comme ailleurs - les 50 kms heure conseillés tout du long. Lesquels sont reconnus "accidentogènes" en montée de Talloires et Balmettes où la rive irrégulière confère outre la section 8, une part incontestable de la beauté qui donne encore un cachet de lac alpin naturel, au petit lac comme au grand …La nature a horreur des architectures euclidiennes qui la retrace au cordeau ! Et l'on fera de plus ici, de solides économies.

D'autant que les impacts de certains équipements ne sont pas estimés en rapport avec les coûts et la nature des dépenses générées, voire les parts de prise en charge respectives des co-financeurs potentiels…et qu'en page A11, l'estimation globale est à la louche de 22, 4 millions d'euros TTC hors réseaux. Sans calendrier prospectif qui permette d'anticiper l'inflation prévisible malgré une estimation (dès fin 2007) à 25 millions d'euros...sur un document de travail émanant du CDRAsigné avec la région...) Un budget très sommairement décomposé en 4 postes : études, travaux, protections phoniques et foncier exproprié page C31 et des coûts non intégrés à la dépense publique globale pour la totalité des projets d'aménagements ou "déménagements" collatéraux (dont certains perçus comme dégâts plutôt que progrès) sont donc de peu de signification.

Sans qu'apparaisse non plus, la partition entre ce qui relève de travaux de compétence départementale ( sur routes, voiries, parkings, carrefours…) et aménagements cyclables proprement dits, concernant entre autres…le Sila, les communes et la région. Ce qui prive ainsi élus et citoyens contribuables d'information très concrète sur la nature et l'ampleur des travaux envisagés .

En conclusion et outre que des expropriations (en nombre (non communiqué…) ont fait la part belle aux supputations et interpellations d'un commissaire enquêteur littéralement assiégé ! (l' ENQUETE PARCELLAIRE intervenant elle aussi …post DUP !) et les commentaires filant bon train à partir d'estimations riveraines selon lesquelles "près de 200" tilleuls cinquantenaires seraient entre autres sacrifiés" entre Menthon et Veyrier (la D 1508 qui propose l'entrée sud d'Annecy, à la corde d'un kilomètre de murette en béton jalonné de loin en loin de maigres arbres à la mine un rien asphyxiée…n'est pas faite pour rassurer sur les résultats du supprimé / replanté...)

.!!!La somme de toutes ces petites ou grosses interventions à faire autour et sur le lac d'Annecy, internationalement connu et apprécié tel quel…. me pose personnellement questions
.Ainsi faute de précision des modalités concrètes, dans laquelle l'accord est brigué ce 26 dec 2007… c'est un "OUI mais… PAS à N'IMPORTE QUEL PRIX ! " au propre comme au figuré ! qui sera ma réponse à la question posée de l'utilité publique d'un équipement cyclable mieux adapté, conclusion assortie d'un commentaire manuscrit clairement précisé ainsi :

"C’est donc un NON sans ambiguïté aux équipements en l'état qui font ci-dessus l’objet de développements soulignant leur caractère d'incompatibilité." RAP

*** POUR LIRE réaction reçue ce jour de l'Association " LAC d'ANNECY ENVIRONNEMENT " : " QUI DOIT faire démolir et PAYER LA DEMOLITION ?" ou encore ...le parcours du combattant pour OBTENIR réparation, dans le dédale ges juridictions...CLIQUER sur " un commentaire" ci après :