Santé et environnement : "Le lien entre cancers et PCB est formel "

RAP En France, peu de scientifiques s’intéressent à l’impact de l’environnement sur la santé. Et pourtant, selon le cancérologue Jean-Loup Mouysset qui préside l’association aixoise de soutien aux personnes atteintes de cancer., si les cas de cancers ont doublé ces 25 dernières années, c’est aussi en partie à cause des multiples polluants atmosphériques et aquatiques

Explications :

Selon le premier « baromètre santé environnement » de l’Inpes publié début juillet, 1 Français sur 2 estime courir un risque « plutôt élevé » de développer un cancer pour une raison environnementale.

Est-ce une crainte fondée ?
Tout à fait !

En 25 ans, le nombre de cancers a doublé en France. On compte actuellement 320 000 nouveaux cas de cancers par an. Or, entre 50% à 85% des cancers chez les non-fumeurs demeurent inexpliqués. La relation est aujourd’hui formelle entre les cancers, les PCB (ou polychlorobiphényle, des dérivés chlorés très toxiques), la pollution de l’air (tabac, voiture…), les pesticides...

''En France, les études en matière de santé environnementale sont très rares, mais des travaux espagnols ont établi un lien significatif entre le cancer du colon et l’exposition aux PCB. Une étude suédoise a également démontré que les PCB entraînaient des cancers du pancréas plus graves et chez certaines femmes, il a été montré que la pollution aux PCB et aux hydrocarbures entraînait deux à cinq fois plus de risques d’avoir un cancer du sein. Un chiffre plus élevé que celui engendré par les traitements hormonaux de substitution (THS) - qui multiplient par 1,3 à 1,8 les risques de cancer du sein – dont la prescription a, depuis 2000, été réduite par les médecins d’environ 60%, permettant ainsi la diminution des cas de cancers du sein chez les femmes de plus de 50 ans.''

Pourquoi l’Académie de médecine ne tire-t-elle pas la sonnette d’alarme ?

L’Académie de médecine se base sur des études datant de 2000, période à laquelle les travaux sur la santé environnementale n’avaient pas encore émergés. Par ailleurs, je pense que ses membres n’ont pas reçu de formation à l’environnement et qu’ils ne traitent de la cancérologie que de façon parcellaire, alors que les facteurs sont multiples.

Et comment réduire les risques liés à l’environnement ?

Le plus urgent est d’organiser conférences et colloques pour informer les professionnels et sensibiliser le grand public à l’impact de l’environnement sur la santé. Car si le comportement de chacun joue un rôle dans le risque d’avoir un cancer, la population subit une part environnementale significative, dans l’air, l’eau polluée, l’alimentation… Nous agissons donc par le biais de nos deux associations l’Asep et l’Asef et organisons d’ailleurs le 17 avril 2009, la 2ème édition de notre congrès international « Un autre regard sur le cancer » à Aix en Provence.

RAP
cliquer sur un commentaire ci après, pour lire (voire répondre) questions posées par une lectrice ( message reçu par voie postale )