Le blog de Renée Alice POUSSARD, Conseillère régionale VERTE de 2004 à 2010

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

COMMUNIQUER sans traverstir les réalités...

Fil des billets - Fil des commentaires

12 octobre 2009

*** "DECHETS, LE CAUCHEMAR du NUCLEAIRE" à ne pas manquer sur ARTE, demain, 20 heures 15.

poussard.jpg

Projeté en avant-première à COLMAR, lors du rassemblement pour la FERMETURE de la centrale nucléaire de FESSENHEIM, le documentaire d'Eric Guéret et Laure Noualhat journaliste à Libé (qui fait de "LA DECHARGE SECRETE d'E.D.F" son dossier "EXCLUSIF" de ce lundi 12 octobre) a fait l'effet d'une bombe à retardement venant s'ajouter au bouquet des arguments avancés par les FERVENTS PARTISANS de la SORTIE DU NUCLEAIRE, à programmer précisément, en raison de cette incurie - réccurrente de la part des pouvoirs concernés - en considération des énormes dangers présentés (mais à ce jour, non gérés...) tant pour l'environnement que pour les populations exposées, ainsi que du gâteau empoisonné généreusement abandonné aux générations futures...
Contrairement aux protestations d'énergie renouvelable et propre ! et de transparence!! alléguées par EDF et Lauvergeon patronne AREVA affirmant encore il y a peu à ANNECY... la "valorisation à 96 % des déchets" incriminés "ré-utilisés" le pot aux roses est aujourd'hui découvert et le voile levé..., sur 13 % de déchets nucléaires français hautement dangereux et non recyclables, " honteusement " et secrètement transportés sur 8OOOKms avnat livraison par EDF à Tenex, industriel ruusse ...et de fait secrètement cachés en SIBERIE ! à TOMSK, une ville de 30000 habitants, interdite d'accès aux journalistes...

A voir absolument ce mardi 13 octobre, à 20 heures 30 sur ARTE

RAP

25 septembre 2009

.*** ...des" indemnités "...et de l'absence d'un "statut de l'élu" : la bouteille à l'encre...

" Indemités (des élus) : à quoi ça sert "?

poussard.jpg

C'est le titre choisi pour un article en DL du 17-09-09 qui me semble un pari d'informer lourd du risque de tomber à bon compte et peu de frais...dans le sensationnel et la "pipolisation" du style : "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les revenus de vos élus"... en l'occurence "régionaux" ! et mis sur la sellette en Léman Genevois...

Un sujet de réflexion très sérieux, mais à mon sens trop complexe, pour être éclairé du seul regard approximatif qu'en peut potrer un journaliste même bien intentionné. Biaisant la clarification attendue des citoyens sur idées reçues et fantasmes ordinaires exprimés par les lecteurs/électeurs, mais aussi par des postulants en mal de fonctions d'éluEs (souvent idéalisées !). Ainsi qu'entre éluEs eux mêmes qui, de même rang ou pas, se retrouvent les uns et les autres, investis de délégations très différentes en nombre ! et importance non relative... Et ce, dans une diversité de situations respectives, et partant de dérives ... qu'on n'imagine pas !

De plus, la discrétion ou l'opacité qui entoure généralement la question en altère souvent, volontairement, la juste perception...L'ignorance de ces questions appelle donc des réponses précises et circonstanciées, à la légitime curiosité des citoyens concernés

De ce point de vue, la publication d'un chiffre isolé ne signifie strictement rien dans l'absolu et ne saurait à fortiori être interprêtée, hors sol...si j'ose écrire. La transparence publique résumée à quelques indicateurs concernant un voire deux "cas" sommairement décrits dans une singularité territoriale n'est ni significative, ni généralisable. Et m'apparait donc, on ne peut plus réductrice, d'une problématique d'ensemble largement autre...

Surtout qu'en l'absence parfaitement injuste d'un statut de l'élu (basique, équitable et connu de tous (et loin s'en faut... à tous ces niveaux !) souvent évoqué tel l'arlésienne...mais jamais mis sur le métier, pour y être traité - et on voit bien pourquoi ! - moult dérives de bonnes pratiques sont hélas entachées d'intérêts particuliers, trouvant à s'y épanouir...

Les disparités des fréquentations et prestations régionales sont à observer pour chacun, sur toute la durée, d'un long mandat avec prise en compte des sommes perçues mais aussi de frais conséquents mais méconnus , bien qu'entraînés par l'exercice dudit mandat
Qu'il s'agisse d'avances remboursables à consentir d'abord pour être candidatE en campagne, puis pour assurer (plus ou moins)) des présences multiples en des lieux et pour des durées sans commune mesure de l'un à l'autre, même au sein d'un même groupe, les frais de déplacements / hébergement / restauration sont plus ou moins fréquents à débourser ! De plus, outre l'usage des transports en commun, l'indispensable mise à disposition (ou non) d'un véhicule personnel en état de tenir la distance, les dates et les horaires à coordonner (selon disponibilités liées à distances et périmètres d'exercice de responsabilités) va changer considérablement la donne en terme de coûts consécutifs à intégrer.
Autant de variables décisives en regard des situations de fait, et de charges assumées selon ses disponibilités effectives, compétences aquises ou en voie...facultés d'adaptation à des facteurs fluctuants et évolutifs, à intégrer dans la durée d'un mandat; en compatibilité avec la proximité ou l'éloignement domicile principal ou secondaire/siège de l'institution, un emploi conservé ou non, mais aussi et bien trop souvent hélas !conjuguées en sus par beaucoup...aux cumuls de 2 à 3 autres mandats conséquents !...

Et autant de paramètres à considérer toujours dans la triple dimension, régionale, départementale et locale d'une réalité de pratiques abusives mais raremant claironnées ou portées à connaissance comme telles... Et donc peu susceptibles d'être rigoureusement régulées...sauf à être sanctionnées par les électeurs qui auraient du pain sur la planche, rien qu'en s'occupant le moment venu, des cumulards*** notoires ou discrets...(qu'on se renseigne mieux sur l'es candidats qui -sans hasard aucun - oublient d'en faire mention dans leur profession de foi...)

Lesquels s'estimant inamovibles bien que fort peu disponibles au long cours...se font soudain très présents lorsqu'il s'agit de renouveler voir péréniser certaines fonctions électives ou mandat(s bien indemnisés qui leur tiennent lieu d'activité salariée.

. RAP
*** cumuls de mandats exercés en simultané, outre emploi conservé et temps à prévoir en conséquence pour se déplacer (ou pas ! ) de l'un à l'autre... ou bien fonction(s) cumulée(s) dans le temps pour un même mandat, voire plusieurs...en complément d'emploi en théorie conservé à temps partiel (situation recommandée pour garder le lien aux territoires et prévenir l'installation dans le "carriérisme" et la politique professioinnelle...) voire même si c'est plus rare à temps complet, on en connait...

15 septembre 2009

*** "J.O" et ANNECY "2018" : INTERVENTION en ASSEMBLEE PLENIERE par Elisa MARTIN ...

RAPPORT "SOUTIEN des J.O. et d'ANNECY 2018" : Elisa MARTIN fait très crânement les questions et les réponses au nom du GROUPE "PG &A" :

Mr le Président,
Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux,

martin_3141.jpg

Il nous est demandé de délibérer sur le soutien à apporter au projet d’accueil des Jeux Olympiques à Annecy...Situation délicate puisqu’il nous est difficile de prendre une décision éclairée par un dossier détaillé et complet.

Quels sont les atouts de cette ville ?
En quoi est-ce un levier de développement pour ce secteur ?
En quoi ce choix serait-il plus pertinent que les autres villes candidates ?

A cela s’ajoute le fait que des communiqués émanant de la Région ont indiqué que la majorité (dont me semble t-il nous participons) soutenait les villes candidates, sans que jamais nous ayons été consultés.

C’est d’ailleurs à nouveau réaffirmé dans le rapport. « La région Rhône Alpes a apporté un soutien équitable et sans réserve aux deux villes candidates de Rhône Alpes. Cet engagement ferme et cette neutralité ont permis au Président du Conseil régional d’aller, dès le soir du 18 mars, auprès du Maire d’Annecy témoigner de la fierté et du soutien de toute une Région.»

Faut-il rappeler que la Région Rhône Alpes est tout à fait étrangère à ces décisions de poser candidature...

J’ajoute que s’il ne s’agit en rien de dire que nous aurions raison contre tous??? néanmoins, le soutien des élus locaux majoritaires de ce territoire ne veut pas dire qu’en leur emboîtant le pas, nous sommes dans la mise en oeuvre de l’intérêt général.
Nous parlions hier de "soumission aux territoires"... et justement, nous y voilà.

Ces premiers arguments seraient, nous semble t-il suffisants pour justifier un vote défavorable. Mais allons plus loin :

Le débat qui se pose à nous est-il pour ou contre les Jeux Olympiques ? Nous ne le croyons pas. Des rencontres fraternelles et sportives entre les peuples, où chacun se connaît et se reconnaît, nous paraissent être de bon augure. Et ce quelle que soit la localisation de ces Jeux. Ce qui nous amène à dire qu’au fond, selon la logique que sous-tend ce rapport, il faudrait défendre à tout prix la candidature d’Annecy sous prétexte que cette ville se situe en Rhône-Alpes. Là aussi le développement est envisagé dans une logique concurrentielle entre les territoires même si ceux-ci sont éloignés…

Nous évoquions à l’instant le caractère fraternel des rencontres sportives, mais les Jeux Olympiques aujourd’hui participent-ils de cette logique ?

N’est-ce pas plutôt de l’ordre de la promotion de marques de multinationales ?

Et à ce propos, la contribution privée à hauteur de 5 millions d’euros apparaît comme bien faible pourtant, en terme d’image et de communications, quand sans doute ce sont elles qui en seront les principales bénéficiaires.

La marchandisation du sport, la performance à tout prix n’y atteignent-elles pas là; des sommets ?

Quand de surcroît, chacun sait que les sportifs participant aux JO aujourd’hui ne sont en rien des amateurs. Et tout cela pris en compte nous éloigne beaucoup de « l’esprit des Jeux ».

Disposons-nous là d’un levier d’aménagement, argument souvent employé ?

L’accueil en 1968 des Jeux Olympiques à Grenoble a permis le développement de cette ville. C’est une réalité ! Mais dans les années 70, nous avions affaire à un Etat planificateur et organisateur des territoires et même soucieux d’égalité. Dans le cas présent, il n’en sera rien. Nous en voulons pour preuve, entre autres, le non respect de ses engagements dans le cadre du CPER qui est pourtant l’acte majeur qui nous lie à lui. Par conséquent cet argument devient fort hypothétique.

Comment sont présentés les enjeux pour Rhône-Alpes ?

Il s’agit de...« moderniser les infrastructures, accélérer les investissements et le développement des équipements » ou encore de répondre « aux besoins permanents des sportifs »...

Très bien ! Mais comment avons-nous décidé que ce secteur était un secteur prioritaire d’investissement régional ?

A cela s’ajoute la nécessaire prudence quant est évoqué le caractère permanent de ces équipements, nous avons tous en tête la superbe gare intermodale de St Exupéry réalisée à l’occasion des JO d’Albertville, sous-utilisée aujourd’hui ou encore l’abandon en plein espace naturel du très grand édifice en béton qu’était le tremplin de St Nizier autour de Grenoble.

L’emploi alors ???

Force est de constater que les fleurons régionaux Rossignol, Salomon et CEBE ont disparu de notre région.

On nous affirme aussi que l’accueil des Jeux Olympiques se fera dans le respect de l’environnement.

Soit, mais à cette étape, hormis le recours à la richesse et aux subtilités de la langue française par l’ajout d’adjectifs et l’utilisation d’un préfixe rien ne nous le garantit.

Le recours à la neige artificielle est clairement évoqué ; pour lequel 70 % des sites seraient suffisamment alimentés en eau.
Et les 30% restants ???

Le rassemblement de centaines de milliers de personnes sur le site n’est pas anodin non plus. Bref ! l’empreinte écologique de ce projet est aujourd’hui inconnue et c’est un problème réel. Le bilan carbone, de même que le plan environnemental des jeux et les impacts environnementaux (infrastructures) apparaissent comme devant faire l’objet d’un financement ; alors que la connaissance des résultats de ces études devrait être un préalable à tout soutien de notre part.

Sur le plan du pilotage, quels sont le statut et le rôle de cette association «Annecy 2018-Savoie Mont Blanc » montée dans des délais très rapides (23 juin ?)... Qui pilotera le projet ?

Cette association qui semble pour le moins partisane et qui est sensée préfigurer le GIP ? Dont la création est d’ailleurs envisagée dans des délais eux aussi inconnus et où la Région est représentée. Un détail : quelle est la place réservée aux sportifs dans ce dispositif de pilotage ? En effet il est affirmé : « Des jeux pour les sportifs, portés par les sportifs, organisés avec le mouvement sportif »...

Jeux Olympiques populaires affirme t-on encore ...Mais qui connaît aujourd’hui les tarifs pratiqués pour aller voir les manifestations ?

Allez ! une dernière question concernant l’organisation de ce rapport.

Il est en effet question dans le maigre du rapport de financement d’infrastructures d’intérêt général et dans le pré bilan financier qui nous est présenté il n’est plus question que d’études techniques et de beaucoup de communication...
Hé oui ! poser candidature est coûteux. !

Bref il nous aurait paru bien plus raisonnable d’attendre que la candidature soit validée et que nous accompagnions ensuite les infrastructures relevant effectivement de l’intérêt général et des priorités régionales dans la mise en œuvre de nos compétences. Au passage cela aurait permis d’économiser 2,5 millions d’euro, en ces temps où les crédits publics sont rares, cela n’est pas négligeable.

Par conséquent le groupe PG&A votera contre ce rapport.

Pour le Groupe Parti de Gauche & Apparentés :

Elisa Martin

07 mai 2009

*** LA "BELLE VERTE" SE REBIFFE !

DPersico.jpg

PROTESTATION reçue de Danièle PERSICO, élue verte drômoise ...

"Lundi 20 Avril tout avait bien commencé avec une belle réunion des "un an de mandat" où chaque adjointE s'est exprimé et a résumé en quelques minutes ses principales actions. Les gens semblaient contents de cette initiative et nous aussi.

Le lendemain surprise le Dauphiné ne résume pas du tout notre soirée mais c'est un quatre pages avec le maire à toutes les pages.J'ai vainement cherché un mot sur l'enfance ou la santé rien de rien; bon ! les journalistes font bien ce qu'ils veulent...
Puis le vendredi, j'entends la confirmation sur radio france bleue que la ville a commandé un quatre pages au dauphiné et demandé la ditribution de 15 000 journaux aux habitants pour un tarif de 15 000 €, et c'est ce même journal qui ovationne le maire.

Je ne cautionne pas cette façon de procéder pour plusieurs raisons

  • d'abord, parce que le travail en équipe ne semble pas une priorité à afficher
  • puis, parce que cette décision a été prise sans réelle explication à tous les élus, et... le montant réel nous aurait été signalé, je m'y serais vigoureusement opposée.

La ville doit être gérée en bon père de famille selon l'expression usuelle, et là ce n'est pas le cas : 15 000€ pour de la communication, ça fait mal au coeur !

En période de crise, les journaux sont sans doute déjà dans la poubelle...

D'ailleurs, nos sympathisants n'ont pas tardé à réagir et nous interpellent beaucoup"

...D'où l'ècho souhaité, bien volontiers donné à ces propos outrés....

RAP

page 2 de 2 -