Le blog de Renée Alice POUSSARD, Conseillère régionale VERTE de 2004 à 2010

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

COMMUNIQUER sans traverstir les réalités...

Fil des billets - Fil des commentaires

09 septembre 2017

***Lettre ouverte au Ministre de la Santé… reçue d'un lecteur...

"Le Dr Jean-Marc Rehby, - médecin généraliste depuis de longues années est membre co-fondateur de l’AIMSIB et de son Comité Médical - s’adresse à notre Ministre de la Santé en ces termes…Avec double pour information à Monsieur le Président de la République, à Monsieur le Premier Ministre.

"Madame le Ministre,

La presse que vous allez rendre obligatoires onze vaccins et suivre les recommandations de la commission FISCHER qui vont beaucoup plus loin encore. Ceci est particulièrement surprenant et choquant.

vaccination.jpg
ILLUSTRATION : Une fillette de 9 ans chez le medecin.

Permettez à un médecin généraliste, médecin de famille depuis plus de quarante ans, de vous apporter son témoignage de terrain, de médecin qui vaccine au quotidien nourrissons, enfants et adultes.

Je souhaite vous apporter mon expérience à la lumière de ma pratique basique de médecin de quartier. Je ne vous parlerai donc pas du lobby de l’industrie des vaccins, ni des conflits d’intérêt nombreux. Je ne vous parlerai pas non plus des adjuvants, des polluants, des antibiotiques voire des nanoparticules présents dans les vaccins, non cela n’est pas mon propos. Je ne suis pas non plus médecin de santé publique, ni épidémiologiste, ni expert des maladies infectieuses. Je suis un médecin de famille, qui voit des patients dans ce fameux colloque singulier. Alors, si vous le permettez, je vais vous exposer mon expérience de plus de quatre décennies…
Commençons par la tuberculose et le BCG ce fameux vaccin créé à l’Institut Pasteur de LILLE dont on sait, depuis le milieu des années soixante après les études de l’OMS en INDE, qu’il était inefficace pour empêcher la survenue de la maladie++. Il aura fallu quarante ans à notre pays pour en supprimer l’obligation en la conseillant fortement pour certaines régions et certaines populations précaires sans aucune logique. De Victor HUGO à Emile ZOLA et tant d’autres, les écrivains savaient cela depuis bien longtemps : la misère et la précarité sont les facteurs majeurs de la « phtisie ».

Les trois vaccins actuellement obligatoires : diphtérie, tétanos, poliomyélite ne sont plus disponibles seuls, malgré l’arrêt du Conseil d’Etat.

Notons que le tétanos qui n’est pas une maladie transmissible pourrait ne plus être pratiqué compte tenu du très faible nombre de cas et des mesures bien connues de prévention.

On y a d’abord ajouté la coqueluche qui s’est révélé très néfaste dans sa première version, avec des morts subites de nourrissons dans les heures ou les jours suivants la vaccination (CDC d’Atlanta), une forme acellulaire a donc été utilisée, avec semble-t-il moins d’inconvénients. Mais la coqueluche était une maladie qui avait diminué de 96% avant la vaccination (c’était avant 1986 une maladie à déclaration obligatoire),

et par ailleurs parfaitement traitée par l’antibiothérapie++. La vaccination ne laisse pas une immunité très prolongée, ce qui explique les nombreuses coqueluches de l’adulte diagnostiquées aujourdhui mais, peut –être aussi, en raison de l’absence de traitement antibiotique dans les bronchites dites banales. Les antibiotiques, c’est pas automatique !!

Ensuite cinquième valence : l’Haemophilus ! Nous avons assisté là à la plus grande manipulation intellectuelle.

En effet, l’argument promotionnel fut de prendre l’exemple de la Finlande. En Finlande il y avait environ 250 méningites à Haemophilus par an, grâce à la vaccination elles ont été éradiquées. En France, il y a à peu près le même nombre de méningites à Haemophilus, donc en vaccinant on va les éradiquer aussi. Imparable !!''
Sauf que, un tout petit peu de réflexion montre quelques erreurs d’appréciation, En effet la population de la Finlande est d’à peu près six millions d’habitants, soit dix fois moins que la France, avec, à l’époque, une fécondité de 1,6 enfant par femme en Finlande contre 2,1 enfants par femme% en France. Un simple calcul arithmétique montre, donc que le risque de méningite pour un nourrisson français est de 16 à 20 fois inférieur à un enfant finlandais, alors vrai problème de santé publique en Finlande.''

Et en France … ???

Passons à la sixième valence, celle qui fait tant polémique : l’hépatiteB

Je ne dirai qu’un mot de la calamiteuse campagne de vaccination des années 90 dans les collèges, quand votre prédécesseur, Monsieur DOUSTE-BLAZY, a multiplié les interventions intempestives et les mensonges : 20 000 morts par an, transmission par la salive et le baiser, propos qui font honte à un médecin, professeur des universités de surcroît. La prévalence de la maladie, en France, ne justifiait nullement la généralisation de cette vaccination au-delà des groupes à risque, en particulier les professionnels de santé. (Êtes-vous vaccinée Madame le Ministre ? En tout cas moi je le suis !)

''Quel intérêt et quel bénéfice, pour un nourrisson de deux mois, de recevoir un vaccin dont l’utilité pour lui sera extrêmement faible, pour ne pas dire nulle, sans parler des complications inévitables, niées mais ô combien réelles. Dans ma petite patientèle de médecin de famille, une sclérose en plaques, un diabète de type un et une thrombopénie auto-immune gravissime et cela doit vous parler, vous qui êtes hématologue.''

Passons aux autres vaccins, que vous voulez rendre obligatoires. Le PREVENAR, vaccin contre le pneumocoque++. Il était conseillé au départ pour les enfants à risque, puis très vite généralisé à tous les nourrissons. J’ai continué à ne le pratiquer que chez les enfants fragiles à risque. Sa généralisation a très vite entraîné l’apparition de nouvelles souches pathogènes et l’on est passé de 9 valences à 13, à quand les 23 du PNEUMOVAX des adultes ??

Je citerai, pour mémoire, les vaccins contre les rotavirus et la varicelle peu pratiqués et heureusement, en raison de son inutilité pour le premier et de sa toxicité pour le second. Arrêtons nous sur le ROR : rougeole, oreillons, rubéole.

Comment a-t-on pu faire, de trois maladies parfaitement bénignes et obligatoires de l’enfant, des problèmes majeurs de santé publique ? Copier le modèle d’outre-

atlantique, alors que la situation épidémiologique est radicalement différente des deux côtés de l’océan, est non seulement grotesque mais surtout une vraie faute professionnelle et une insulte à l’intelligence et au bon sens. Je vous renvoie à la bible de la pathologie, l’ouvrage du Professeur GODOT, LE GODOT comme on disait avant Internet. D’autres que moi vous parleront des risques d’autisme et de troubles neurologiques de ce vaccin.

Autre vaccin que vous voulez rendre obligatoire : le MENINGITEC, vaccin contre le méningocoque de type C.

Les méningites à méningocoque représentent 35 à

40% des méningites en France et le type C moins de 5%. Vouloir vacciner 800 000 nourrissons tous les ans, contre un germe provoquant seulement quelques cas est pour le moins curieux en terme d’intérêt de santé publique. Un de vos collègues universitaires a déploré, dans une interview télévisée, le décès d’une jeune fille et déclaré « si elle avait été vaccinée… ». Ce professeur de médecine est incompétent ou malhonnête ou les deux. Le décès de cette jeune fille était dû à un méningocoque de type W et le vaccin contre le type C ne l’aurait évidemment pas protégée.

Enfin, j’ai gardé pour la bonne bouche, le soi-disant vaccin contre le cancer du col de l’utérus, j’ai nommé le GARDASIL.

Il s’agit là d’un véritable scandale et d’une honte pour la médecine française. Comment a-t-on pu faire croire à ces fadaises et culpabiliser à ce point les mères qui ne feraient pas vacciner leurs jeunes filles, à coup de spots télévisés, les présentant comme des marâtres irresponsables.
Vous n’êtes pas sans savoir que l’infection à papillomavirus concerne 95% des femmes après les premiers rapports sexuels et 90% d’entre elles, sinon plus, guériront SPONTANEMENT de cette infection. Alors, vacciner 400 000 jeunes filles, pour moins de 4000 qui seront concernées, ça n’a pas de nom dans notre belle langue française. D’autant, qu’il faudra continuer à pratiquer régulièrement des frottis de dépistage tout au long de la vie.

Je me vante et me glorifie, Madame le Ministre, de n’avoir jamais pratiqué ce vaccin, jamais, pas une seule fois. J’ai bien sûr toujours longuement expliqué à mes patientes mes raisons de ne pas le faire. Quand on sait que le laboratoire fait du lobbying pour faire pratiquer ce vaccin chez les garçons, on croit rêver.

Je ne peux terminer, sans évoquer la sinistre mascarade annuelle du vaccin grippal

02-v.jpg

Oublions le scandale d’état de la campagne contre la grippe H1N1, à ++près de

deux milliards d’euros jetés par les fenêtres mais pas perdus pour tout le monde, et intéressons nous au vaccin annuel++

Je vous renvoie, à l’étude exhaustive de l’Association COCHRANE et aux débats devant la commission d’enquête du Sénat, pour votre édification, quant à l’inutilité de cette vaccination.

Voilà, Madame le Ministre et cher confrère, les réflexions d’un médecin de famille, avec quelque expérience, engagé professionnellement : organisateur et

responsable de FMC, syndicaliste et ancien président de l’Union Régionale Médecins Libéraux Nord-Pas-de-Calais.

Madame le Ministre, abandonnez cette idée folle de rendre obligatoires onze vaccins. La vaccination n’est pas un acte administratif ou de santé publique, c’est un

acte éminemment médical, individuel, que chaque praticien doit évaluer avant de le pratiquer. Aussi, Madame le Ministre, si vous persistez dans votre intention de rendre obligatoire onze vaccins, je serai réfractaire à cette décision qui je vous le rappelle, aété déclarée inconstitutionnelle en Suède.

Je serai réfractaire et déserteur et comme dans la célèbre chanson de Boris Vian, si vous envoyez la force publique «prévenez vos gendarmes que je serai sans armes et qu’ils pourront tirer »

Je vous prie de croire Madame le Ministre et cher confrère à l’expression de mes sentiments respectueux et confraternels.

CLIQUER COMPLEMENTAIREMENT sur les 3 liens ci-après:

Vaccins obligatoires, cigarettes à 10 €, tiers payant, retraites... L'intégralité de l'interview d'Agnès Buzyn ⏯ https://goo.gl/dZpA4C :

903145462596808704.htm

OBLIGATION_VACCINALE_ET._3750_euros_d_.AMENDES_AUX_recalcitranrts__voiire_.prison.htm

11VACCINS_4.htm

Renée Alice

28 octobre 2016

***CHAUSSE(s) TRAPPE(s) et VALLS'AMBITIONS forcenées : "SOUVIENS-TOi du 49-3 !" et ... du "VASE de SOISSONS"!

Politis_N_1425_Du_27_Octobre_au_2_Novembre_2016.jpg

"Souviens-toi du 49-3 !"
Cf EDITO signé dans POLITIS par Denis SIEFFERT
- Président et Directeur de la publication de l'HEBDO POLITIS qu'on ne présente plus - et qui l'introduit en ces termes :

arton30193-0680b.jpg

"On est stupéfait lorsqu’on entend aujourd’hui Manuel Valls appeler la gauche à se rassembler, comme s’il n’était pas coupable de l’avoir lui-même profondément divisée".

"Ce qu’il est désormais convenu d’appeler «la colère des policiers», ou de certains d’entre eux, est traité avec beaucoup d’empathie par les commentateurs".
"Et il n’est pas un responsable politique qui ne dise sa « grande compréhension » des manifestations qui s’organisent nuitamment dans nos villes depuis plus d’une semaine."
"Cela peut se comprendre quand on se souvient de l’acte de barbarie qui a provoqué ce mouvement. Le jet d’un cocktail Molotov dans une voiture en faction, et la claire intention des assaillants de piéger les policiers dans les flammes, est évidemment un crime d’une insupportable sauvagerie."
"Mais, au-delà de l’émotion qu’il suscite, le drame soulève beaucoup de questions",
"notamment sur les missions absurdes que l’on impose aux policiers (à Viry-Châtillon, il s’agissait de « surveiller » une caméra… de surveillance !), et plus profondément sur la violence du climat social. Une violence dont les policiers ne sont pas innocents, et dont ils se sont souvent rendus coupables dans les manifestations du printemps dernier."

"Mais ce qui inquiète, dans l’immédiat, c’est la tournure aventureuse que prend le mouvement. Des cortèges nocturnes de policiers cagoulés, armés, dit-on même parfois, et parvenant sans difficulté jusqu’aux portes des principaux lieux de pouvoir, cela rappelle de mauvais souvenirs. Ce n’est certes pas « février 1934 » mais cela ressemble déjà un peu plus aux manifestations du 13 mars 1958, dans le climat délétère de la guerre d’Algérie. Il y a toujours quelque chose de factieux dans ces soulèvements d’une corporation qui s’affranchit d’elle-même d’un ordre qu’elle revendique, et qu’elle défend avec zèle, et souvent brutalité, contre toute autre forme de protestation sociale,"

"Plusieurs signes devraient inviter à la vigilance dans cette affaire : l’impunité dont jouissent les « manifestants », nullement entravés dans leurs marches en direction de l’Élysée ou du ministère de l’Intérieur":
"La mise à l’écart des syndicats – ce qui n’est jamais très bon signe en démocratie – et la nature de leurs revendications,"'
"Pour l’instant, l’autorité politique ne cède pas à la demande d’extension de la légitime défense, mais on ne sent pas une grande fermeté dans ce refus."

!"Enfin, et peut-être surtout, les policiers s’en prennent à la justice (ce qui, au passage, remet en perspective la petite phrase, malheureuse mais opportuniste, de François Hollande sur la « lâcheté de l’institution judiciaire »). Ils ne sont donc pas seulement « au-dessus des lois », ils veulent aussi « faire la loi ». On a là tous les germes d’une dérive possible."(...)

"L’opération Valls «candidat de substitution»a été lancée par le propre entourage du Premier ministre"',

"confirmée par les propos du premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ainsi que par le changement de discours, toute honte bue, de Manuel Valls lui-même."

"On est stupéfait lorsqu’on l’entend aujourd’hui appeler la gauche à se rassembler, comme s’il n’était pas coupable de l’avoir lui-même profondément divisée."

"Pendant que les uns jouent la carte Valls, d’autres tentent de convaincre Christiane Taubira de faire acte de candidature. Quelle pagaille !"

LIRE la SUITE par CLIC sur lien vers : "SOUVIENS-TOI DU 49,-3!"

urlEDITODenis_SIEFFERT.htm[Souviens-toi_du_49-3___par_Denis_Sieffert___Politis.html|/public/urlEDITODenis_SIEFFERT.htm]

Ainsi, les "peaux de bananes" (vallsistes and Co...) que je subodorais sciemment glissées à l'encontre du Président Hollande (Cf titre de l'avant dernier,billet posté en présent blog) s'avéreraient donc tristement prémonitoires ?

Renée Alice

07 juin 2016

***"AURA" un SIGLE et une NEO-REGION (Auvergnatorhônalpine!) LOIN d'ËTRE à LA HAUTEUR de l'AUREOLE DONT ELLE SE PARE ...

POUR leur PART, Les ELUS du "R.C.E.S". "RASEMBLEMENT CITOYEN, ECOLOGIQUE et SOLIDAIRE" S'HONORENT de La JOUER FRANC JEU ! Voire CARTE de visite sur TABLE...

f999d7d0-0952-4e52-a72a-301879d538e6.jpe
dca9b00c-ee8b-43bc-8dbb-5ba9889a79e3.jpe

Ils étaient à CHAMBERY il y a peu ... - Zoomer (touche Ctrl + roulette souris) pour LIRE article ci-après - paru en D.L. SAVOIE-

6fc45248-d570-4f4f-9ab5-52f7cb9bd979.jpe

Et seront à ANNECY - Maison AUSSEDAT - Salle de la Resistance, 10 rue des Marquisats (entre commissariat et hôtel de ville) Le MERCREDI 15 JUIN, à 18 HEURES 30 et COMMUNIQUENT en cES TERMES : - CLIC sur -

Annecy_tourne_e_des_e_lus.pdf

Haut-Savoyards, soyons au rendez-vous,
Renée Alice

Et d'ici là, Cliquer ci-après - en toute fin de billet,- sur un commentaire relatif à article paru en février dans "LE MONDE Idées", et considérations de j. J. QUEYRANNE intitulées : "Laurent Wauquiez, ou le populisme de droite à l’épreuve du pouvoir régional"

06 août 2015

***"ECLAIRAGE SUR LES FAUSSES INFORMATIONS"... Et le JOURNALISME CIRCONVENU???

ob_af79a9_nouveau-batiment-vue-nord-ouest.jpg
ob_d95b8c_nouveau-batiment-parvis.jpg

"DES NOUVELLES DU FRONT DES RECOURS - ECLAIRAGE SUR LES FAUSSES INFORMATIONS DONNEES PAR LE DAUPHINE ET L'ESSOR"
Date : 5 août 2015
"Le Dauphiné Libéré du 29 juillet présente l' avis du tribunal administratif, sur les recours contre le projet de centre de congrès sur la presqu' île d' Albigny, de façon surprenante : "recours rejetés" en première page, titre aussi faux que raccoleur, laissant entendre que le tribunal a tranché et n' en retient aucun argument... Puis, en page 4. : "une partie des recours a été rejetée "... qui remet un peu de nuances ..."

L' article de l' Essor du 30 juillet est simplement mensonger : " Les anti-centre de congrès déboutés ".

Dans le but de cibler le plus largement possible, les opposants avaient porté 4 recours à la suite du Conseil d' Agglo du 9 avril, certains comportant des arguments qui étaient prématurés à ce stade du dossier. Il y a donc eu des rejets attendus de ces arguments.

Selon notre avocat, deux arguments étaient recevables à ce stade. Ils concernent l'illégalité des votes du conseil d'agglo du 9 avril, sur:

- le point 16, vote de l' avant projet définitif ( APD), que nous dénonçons comme illégal car l'augmentation du coût atteint un taux trop élevé, cette partie n'est pas rejetée, le T.A. n'a pas statué ; il lui faudra des semaines pour confronter les arguments approfondis des uns et des autres
...un seul argument peut suffire à enrayer la machine à bétonner, M. Rigaut ne devrait pas se réjouir dans le DL, la nouvelle n'est pas bonne pour son "cher" projet !

- le point 17, vote de la demande de Déclaration d'Utilité Publique de la C2A au Préfet, rejeté pour la forme et non sur le fond, car selon le T.A. il est trop tôt, bien qu' il découle du vote du point 16. Il faudra l' utiliser pour attaquer la DUP, si elle est lancée par le Préfet.

On attend cette éventualité de pied ferme.

Il s'agit bien d'un NON EVENEMENT. Le T.A. va statuer sur le point 16. Pour le point 17, il sera re-présenté si l'enquête publique est lancée par le préfet. Les journaux ont fait de l'information mensongère.

Le recours que les Amis de la Terre 74, Lac Annecy-Environnement et deux élues d'Annecy-le-Vieux ont déposé, présenté au tribunal par leur avocat Louis Cofflard, ciblait ces deux arguments.

RESTONS MOBILISES POUR SAUVER LA PRESQU'ILE D'ALBIGNY!

11251857_912022025512499_7841037858936329237_n.jpg
ob_5cdae4_emprise-au-sol.jpg

CLIQUER aussi SUR AUTRES INFOS ASSOCIATIVES illustrant - si besoin était! - et sans complaisance douteuses, l'absurdité d'ARTIFICIALISER à TOUT VA Le PAYSAGE, TU N'EN VEUX PAS? En voilà quand même !. Et TOUS les MOYENS SONt BONS à déployer pour GAVER à court terme la "poule aux oeufs d'or"...Et FAIRE TAIRE des OPPOSANTS qui VONT néanmoins MULTIPLIANT!

1229859_571030389611666_416303159_n__1_.jpg

FACE à CET énième GRAND PROJET aussi DISPENDIEUX qu' INUTILE et RAVAGEUR de territoires soi disant "protégés"..

Et PATRIMOINE NATUREL ALPIN de plus en plus malmené bien qu'OSANT BRIGUER classement UNESCO au Patrimoine de l'Humanité - refusé en son temps - Et de plus en plus IMPENSABLE !
Voire, jusqu'où peuvent aller se nicher d'étranges collusions politiciennes (et y compris administratives !) dans un combat s'annonçant sans merci de part et d'autres... CLIC sur :

461326453915394__2_.htm

Avec SOUS-CLIC sur DIAPORAMA "Photos de Non au centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny"

Ainsi que sur: "LA PUCE de CANARD" : "Le journal qui pique et qui gratte..."
Là où ça fait mal bien sûr ... Une parution (et des projets) à soutenir d'autant!

projets-de-la-puce-de-canard.htm
telechargement__65_.htm

Renée Alice

06 juillet 2015

***"SANS le SAVOIR NOUS DONNONS BIEN PLUS POUR la prospérité de la fière ALLEMAGNE que POUR AIDER la petite Grèce°

unnamed__46_.jpg
unnamed__44_.jpg

NON SEULEMENT PARCE QUE D'UNE PART...

"Alors que la Grèce joue SON DESTIN - et CELUI de L'EUROPE !" - (dans le référendum du dimanche 5 juillet) le ministre grec de l’Environnement explique pourquoi le plan de la Troïka est insupportable. Et souligne son lourd impact environnemental.
«Les mesures imposées à la Grèce ont été catastrophiques pour l’environnement »
AINSI qu'en TEMOIGNAIT REPORTERRE, en date du 4 juillet 2015

http://reporterre.net/Les-mesures-imposees-a-la-Grece-ont-ete-catastrophiques-pour-l-environnement

"A la veille de ce jour décisif, Reporterre avait doncpu interviewer par téléphone le ministre grec délégué à l’environnement, Giannis Tsironis.Giannis Tsironis" :
Reporterre - Le gouvernement grec appelle à voter « non » à ce référendum : pensez-vous que le peuple grec vous suivra" ?
"Giannis Tsironis - "Je suis optimiste, les gens vont comprendre que ce dimanche, on ne vote pas pour ou contre le maintien de la Grèce dans la zone Euro et que d’ailleurs, le meilleur moyen d’y rester, c’est de voter non."

ET QUE DONC:,
"LE DIMANCHE 5 JUILLET 2015, les Grecs auront donc catégoriquement choisi de DIRE ''NON non aux mesures d’austérité proposées par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, en échange d’un nouveau plan d’aide au pays. Selon les créanciers de la Grèce, la hausse de la TVA ou les nouvelles coupes dans les retraites sont inévitables. Pour le gouvernement grec, ces propositions sont inacceptables et trop éloignées du programme sur lequel il a été élu en janvier dernier. Se sentant acculé, le Premier ministre Alexis Tsipras a convoqué ce référendum, un coup de théâtre qui permet ’imposer le peuple grec lui-même dans les négociations.''

MAIS AUSSI PARCE QUE, D'AUTRE PART,
et à en CROIRE les convaincantes démonstrations ci-après:
"Sans le savoir"! Mais -de FAIT, "nous donnons bien plus pour la prospérité de la fière Allemagne que pour aider la petite Grèce"

4672583_6_5f4b_un-employe-de-basf-sur-le-site-de_e3409fe97026d1ca7c62864670baf36c.jpg

Pourquoi la dette allemande surpasse la dette grecque"
LE MONDE | 06.07.2015 à 11h22 • Mis à jour le 06.07.2015 - Par Stéphane Foucart

(...)° les lignes qui suivent n’ajouteront rien à l’inflation des commentaires récents sur le malheur hellène. On sait qu’Athènes doit à ses créanciers une somme de près de 320 milliards d’euros ; on sait qu’elle a fait défaut vis-à-vis du Fonds monétaire international ; on sait, enfin, que les Grecs ont largement rejeté, dimanche 5 juillet, les exigences de leurs créanciers."

"Tout cela, personne ne l’ignore. Un fait plus discret est que la vertueuse et intransigeante Allemagne traîne elle aussi quelques impayés, dont il n’est pas déraisonnable de penser qu’ils surpassent de très loin l’ardoise grecque."

"!Et on ne parle pas ici de l’Allemagne exsangue de l’après-guerre. On parle bel et bien de l’Allemagne d’aujourd’hui, avec sa puissante industrie, son budget impeccable, etc".

"Externalités négatives"

"Pour comprendre la nature de cette « dette » allemande, il faut se pencher sur un numéro récent du Journal of Clinical (JCEM) Endocrine Society) Cliquer sur :

4.htm

"En avril, la revue publiait une série d’études conduites par une vingtaine de chercheurs internationaux et coordonnées par Leonardo Trasande, spécialiste de santé des populations, Professeur à l’Université de New York."

"Leur but était d’évaluer le coût économique des dégâts sanitaires dus aux pollutions chimiques dans l’Union européenne".
Avec 2010 comme année de référence, leur estimation chiffre la valeur médiane de ces dégâts à 1,3 % du produit intérieur brut des Vingt-Huit".

"Soit 157 MILLIARDS d’euros PAR AN , en frais de santé et de prise en charge de certains troubles, en perte de productivité des salariés, etc. Et ce n’est là qu’une valeur médiane : la partie haute de la fourchette surpasse les 260 milliards d’euros annuels"
"Les dégâts sanitaires dus aux pollutions chimiques coûtent 157 MILLIARDS d’EUROS PAR AN à l’EUROPE."!". Une grande part incombe à l’ALLEMAGNE, qui domine le secteur de la chimie"++

"Le rapport avec nos voisins d’outre-Rhin ? C’est simple : en Europe, la chimie, c’est l’Allemagne. Le pays domine de très loin le secteur avec des géants comme Bayer ou BASF, et il est très clair qu’une grande part de ces 157 milliards d’euros lui incombe. L’Allemagne aurait beaucoup à perdre, si les mesures adéquates étaient prises pour éviter ces dégâts collatéraux. A Berlin, on en est parfaitement conscient. Par le biais de l’une de ses agences de sécurité sanitaire, l’Allemagne n’a eu de cesse d’entraver la mise en place de nouvelles réglementations européennes destinées à réguler les produits les plus problématiques – dits perturbateurs endocriniens."

"Si l’on s’en tient à la dernière décennie, ces coûts collatéraux cachés – ces « externalités négatives », disent les économistes – liés à l’industrie chimique ont donc vraisemblablement coûté au moins 1 570 milliards d’euros à l’économie européenne. Sur cette même décennie, la dette grecque est passée de 195 milliards à 320 milliards d’euros, soit un accroissement de 125 milliards d’euros. Plus de dix fois moins que les externalités négatives des chimistes sur la même période, et certainement beaucoup, beaucoup moins que celles des géants allemands du secteur."

"Ces travaux sont-ils crédibles ? Il est indéniable que l’exercice est délicat. « L’impact sanitaire des polluants chimiques de l’environnement peut sembler élusif et c’est un concept difficile à saisir, écrit Tracey Woodruff, professeur à l’université de Californie à San Francisco, à qui JCEM a confié son éditorial d’avril. Nous manquons de données exhaustives sur la manière dont les substances chimiques présentes dans notre vie quotidienne – dans la nourriture, l’eau, l’air et les produits d’usage courant – touchent notre santé.»
En savoir plus sur «Véritable fardeau» : ++" Sans le savoir ! nous donnons bien plus pour la prospérité de la fière Allemagne que pour aider la petite Grèce"

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/07/06/une-dette-allemande_4672279_3232.html#UAmjR4AXbqJhdGG0.99

Et y découvrir de quoi relativiser l'agressivité non seulement "économique" mais aussi plus politicienne qu'il n'y paraît... De la part d'une "Troïka " qui ne s'embarasse guère du minimum de respect des attentes exprimées par les "Pays Membres"
De la sorte, et très" libéralement" malmenés!

!En se demandant si les réformes souhaitées, n'impliquent pas aussi l'urgence à remanier tant au sommet,qu'au sein même d'institutions Européennes laissant de toute évidence, énormément à désirer....

Renée Alice

16 janvier 2015

*** LETTRE à LA FRANCE...

54054__1_.pngImage_5.png

"LETTRE à La FRANCE"
publiée par un Edwy Plenel, plus réfléchi et plus inspiré que jamais...

Et en date du 20 janvier 2015, dans "Les carnets libres d'Edwy Plenel"

- Mediapart.fr -

"Les attentats des 7, 8 et 9 janvier nous obligent au sursaut. Non pas celui des politiques de la peur qui voudraient nous mettre en guerre. Mais celui de l’égalité, des politiques démocratiques et sociales qui, seules, pourront faire reculer la nécrose de l’espérance dont se nourrit la guerre des identités"

Edwy_Plenel.jpg

"Il est des épreuves qui révèlent une nation à elle-même. C’est ce qui se joue pour tous ceux qui habitent ce pays, le nôtre, depuis les attentats des 7, 8 et 9 janvier à Paris. Saurons-nous reconnaître la France telle qu’elle est, vit et travaille, telle qu’elle souffre et s’impatiente, telle qu’elle s’invente et se rêve, telle qu’elle se redresse et se rassemble ? Ou allons-nous continuer à l’ignorer en la dénigrant et en la dépréciant ? À la rabaisser, à l’affoler et à la paniquer en l’entraînant dans cette haine de soi pavée d’identité malheureuse, de suicide français et de sumission fantasmée où macèrent aigreurs, amertumes et ressentiments ?"

"Le vrai visage de la France est celui de celles et ceux qui sont morts en ces trois journées d’attentat à nos libertés. Trois jours de crime contre un journal, d’exécution de policiers, de meurtre contre des juifs. D’assassinat du droit de vivre, de penser et de s’exprimer en sécurité, dans la diversité de nos opinions et de nos origines, de nos convictions et de nos croyances. Chrétiens, juifs, musulmans, francs-maçons, athées, agnostiques, venus d’ici et d’ailleurs, ceux qui ont été tués par les trois terroristes sont l’image même de notre pays : divers et pluriel, multiculturel et multiconfessionnel, fait de proche et de lointain. Une nation nourrie de son incessant dialogue avec le monde où s’inventent ces identités tissées de relations, d’échanges et de partages qui fondent des causes communes."
"Dans l’épreuve, notre France a eu ce visage-là, sans frontières ni murs. Celui des couplets de L’Internationale, ce chant des prolétaires parisiens qui, après avoir si longtemps fait le tour du monde, a accompagné le cercueil de Charb, le directeur de Charlie Hebdo, lors de ses obsèques à Pontoise. « Le genre humain… ; pas de sauveurs suprêmes… ; sauvons-nous nous-mêmes… ; décrétons le salut commun… ; la terre n’appartient qu’aux hommes… ; l’égalité veut d’autres lois… » L’humanité comme exigence commune, sans distinction d’origine, d’apparence et de croyance, dans le respect mutuel de nos héritages et appartenances."
"Signe du destin, celui qui, dans l’instant meurtrier, fut ce portrait véridique de la France, généreuse et courageuse, travailleuse et audacieuse, n’était pas français de nationalité avant de le devenir, depuis, par le miracle de son geste. Il s’agit de ce jeune sauveur d’otages de l’hypermarché casher, malien d’origine, musulman de foi, noir de peau, travailleur immigré, hier menacé d’expulsion, aujourd’hui citoyen de plein droit… Comme si le monde était soudain venu à notre secours. Ce monde qui, depuis des siècles, fait la France, façonne son peuple, contribue à sa richesse."

Lassana_Bathily.png

Lassana Bathily, qui a sauvé des otages de l'HyperCacher, va être naturalisé français mardi 20 janvierLassana Bathily, qui a sauvé des otages de l'HyperCacher, va être naturalisé français mardi 20 janvier

"Un héros musulman, donc, et aussi deux musulmans, de culture ou de croyance, parmi les morts de Charlie Hebdo – un correcteur et un policier, deux gardiens en somme, l’un de la langue, l’autre de la paix. De la langue française, de la paix française. Si je le souligne, ce n’est évidemment pas pour les distinguer des autres victimes, mais pour simplement énoncer cette simple vérité : l’islam appartient à la France, comme l’a dit la chancelière Angela Merkel à propos de son pays, l’Allemagne, face aux manifestants racistes qui réclament une Europe sans musulmans, amputée d’un morceau d’elle-même, débarrassée d’une partie de son humanité."

Cette vérité, il faut la dire, plus que jamais.

"Car, déjà malmenée, elle est menacée. Par les terroristes d’abord, qui servent toujours la politique du pire. Par la faute, donc, de ces trois assassins et de l’idéologie meurtrière et délirante qui a armé leurs bras. Par le poids de leurs crimes commis au nom de cette religion, l’islam, alors même qu’ils la trahissaient et la défiguraient, la caricaturant plus sauvagement et plus douloureusement que n’importe quelle caricature de papier, inoffensive et innocente. Bref, par cette négation de leur propre humanité que signifiait le meurtre froid et prémédité d’autres humains à cause de leurs idées, de leurs origines ou de leurs croyances."
"Au spectacle de leurs actes, dont ils sont comptables et qu’ils ont payé de leur vie, on pense à ce qu’écrivait Charles Péguy, ce républicain chrétien, indocile dans les deux registres, à propos du « parti dévot », ces sectaires en religion, quelle qu’elle soit : « Parce qu’ils n’ont pas le courage d’être du monde, ils croient qu’ils sont de Dieu. Parce qu’ils n’ont pas le courage d’être d’un des partis de l’homme, ils croient qu’ils sont du parti de Dieu. Parce qu’ils ne sont pas de l’homme, ils croient qu’ils sont de Dieu. Parce qu’ils n’aiment personne, ils croient qu’ils aiment Dieu. » « Mais Jésus-Christ même a été de l’homme », leur opposait Péguy, et l’on pourrait en dire autant de Moïse ou de Mahomet'.

«Comment guérir le mal si l’on ne sonde pas les plaies ?»

« Il ne suffit point d’abaisser le temporel pour s’élever dans la catégorie de l’éternel… Il ne suffit point d’abaisser le monde pour monter dans la catégorie de Dieu… Nul ne sera diminué pour que les autres paraissent plus grands… »,

"ajoutait le dreyfusard Péguy dans son style inimitable où la prose rejoint l’homélie. Or ces lignes furent écrites quelques semaines avant qu’il aille se faire tuer, le 5 septembre 1914, dans l’emballement aveuglément guerrier d’une Europe sombrant dans la guerre sans fin des nations et des civilisations, jusqu’à la barbarie finale du crime contre l’humanité. Alors même qu’en 2014, pour son centenaire, nous nous sommes remémorés, avec lucidité, cette erreur tragique, ses unions sacrées désastreuses et ses propagandes mensongères, saurons-nous éviter sa répétition, entre Orient et Occident "
"Ainsi posée, la question n’est pas alarmiste, juste lucide. Les contextes ont beau être différents, nous connaissons, de récente expérience internationale, le piège qui nous est tendu. Celui des politiques de la peur qui, s’aveuglant aux causes pour frapper les effets, ne font qu’accroître les périls et les menaces. Ce fut la dramatique faute nord-américaine après le 11 Septembre 2001 dont nous payons aujourd’hui le prix : non seulement l’emblématique discrédit moral d’une démocratie, portant atteinte à ses propres libertés et aux droits humains fondamentaux, au point de faire droit à la torture, mais surtout l’erreur stratégique de l’invasion de l’Irak qui a offert un terreau supplémentaire, celui de la décomposition meurtrière de ce pays et de ses institutions, aux idéologies totalitaires dont l’État islamique est désormais le drapeau."
"C’est avoir le souci de la France, de sa sécurité et de son bien-être, que de nous mettre ainsi en garde. Face aux désordres nés des injustices et des misères, des ressentiments et des humiliations, les politiques sans hauteur se précipitent sur des raccourcis sécuritaires et autoritaires, empressées de proclamer qu’elles feront cesser le trouble, serait-ce au prix de nouvelles injustices. Elles sont de courte vue et de courte durée, ne solutionnant rien au fond et ne bâtissant que de provisoires protections derrière lesquelles, les mêmes causes produisant les mêmes effets, les adversaires de la démocratie et de la liberté trouveront de nouveaux arguments et de nouvelles recrues."

"A l’inverse, les politiques responsables chercheront toujours l’injustice qui est cause du désordre. À l’identifier, à la penser, à la réduire, à la résoudre. Avoir le véritable souci de la sécurité de son peuple et, plus largement, de l’humanité, c’est agir ainsi, en profondeur, sur la durée. Prendre ce risque d’inviter à réfléchir au-delà de l’émotion et, par conséquent, à comprendre que cette violence totalitaire qui nous a frappés non seulement ne cessera pas mais s’aggravera si nous ne nous élevons pas à la hauteur du défi qu’elle nous lance : affronter les injustices, inégalités, misères et humiliations, qui l’ont produite, que ce soit à l’échelle du monde ou de notre pays."

"Un monde qui accepte que les 1 % les plus riches, détiennent bientôt plus de la moitié du patrimoine mondial court à sa perte, c’est-à-dire à cette violence sans fin, sans frontières et sans territoires, qui est la nouvelle figure de la guerre."

' "Et les premiers à le savoir, car ils la subissent depuis si longtemps, ce sont les peuples du monde arabe, de culture majoritairement musulmane. Des peuples si durablement confrontés à des pouvoirs prévaricateurs et corrompus, indifférents à la misère et à la pauvreté, n’offrant aucun horizon d’espérance à leur jeunesse et laissant ainsi libre champ à la terreur. Comment ne pas s’interroger sur notre responsabilité française dans cette impasse quand notre propre État se félicite, en 2014, d’une très forte augmentation de nos ventes d’armes qui fait du royaume religieux obscurantiste d’Arabie saoudite le premier client de la France ?"''
"Mais le désespoir n’est pas qu’au lointain, et nous ne pouvons plus faire semblant de l’ignorer, détournant le regard au spectacle de la misère dans nos rues, sur nos trottoirs, ou faisant en sorte de ne jamais voir la pauvreté, reléguée dans ce qu’une vulgate officielle nomme des « quartiers » comme l’on dirait des réserves. Faut-il que nous soyons devenus aveugles à nous-mêmes pour qu’il soit si difficile de regarder en face cette réalité : tout comme leurs deux prédécesseurs des crimes antisémites de Toulouse et de Bruxelles, les trois terroristes de ce sinistre mois de janvier 2015 sont les enfants de notre société, de notre nation, de notre République. Nés Français, ils ne sont pas venus d’ailleurs, mais d’ici."
"Ces assassins sont de notre peuple. Le rappeler, ce n’est en rien excuser leurs actes, mais tout simplement être républicain. Vraiment républicain. Pas de posture, mais d’exigence. Républicain comme l’était Victor Hugo, prenant conscience de l’urgence de la question sociale, lors de son fameux discours de 1849 sur la misère : « Comment veut-on guérir le mal si l’on ne sonde pas les plaies ? » « Vous n’avez rien fait, lançait-il à l’assemblée conservatrice qu’il essayait d’ébranler, tant que l’esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique ! Vous n’avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l’homme méchant a pour collaborateur l’homme malheureux ! » Et de conclure : « Messieurs, songez-y, c’est l’anarchie qui ouvre les abîmes, mais c’est la misère qui les creuse. »

«À force de montrer un épouvantail, on crée le monstre réel»

'Le ressentiment est le moteur aigre de l’Histoire. Il est fait de blessures non guéries, d’affronts non digérés, de violences subies, d’humiliations accumulées, de traumatismes anciens dont l’héritage pèse sourdement."

"De souffrances en somme qui se heurtent à une nécrose de l’espérance, un sentiment d’impasse totale, de futur impossible, d’avenir impensable. Dès lors, le ressentiment détruit la politique comme bien commun et cité partagée. Se complaisant dans la victimisation, ceux qui y succombent chercheront sans cesse des boucs émissaires à leur désespoir. Leur plainte se heurtera à tant de murs qu’ils n’imagineront y échapper que par la destruction, jusqu’à assumer de nier l’humanité qu’on leur a déniée. Et ce d’autant plus aisément que notre monde interconnecté, d’espace réduit et de temps immédiat, leur offrira à portée d’ordinateur l’idéologie nihiliste qui remplira ce vide existentiel."
"Or, ce ressentiment, nous n’avons cessé de l’alimenter dans une partie de notre peuple, de notre jeunesse. Cette partie qui, au quotidien, ne vit pas une République pour tous. Cette partie qui, depuis des décennies, s’est vue renvoyée à son origine, à son apparence, à sa culture, à sa religion, comme si elle était à part, mise à l’écart, à distance et en défiance. Cette partie issue de la longue projection de la France sur le monde et faisant retour dans cette Amérique de l’Europe qu’est notre pays, dont les classes populaires ont toujours été renouvelées par les vagues et brassages des migrations. Cette partie dont les légitimes attentes démocratiques et sociales ont été si souvent disqualifiées sur des registres ethniques ou sous des prétextes religieux".
''"Tel était le sens de l’alarme que j’ai lancée avec "Pour les musulmans." Paru en septembre 2014, ce livre prolongeait mon appel, paru au printemps, à Dire non aux « monstres », que sont le racisme et la xénophobie, la haine et la violence, ces phénomènes morbides des temps de transition et d’incertitude, quand le vieux monde se meurt et que le nouveau tarde à venir.
En résonance d’une alerte à l’autre, je n’ai cessé, depuis, de décliner cette phrase d’Émile Zola dans son "Pour les juifs" de 1896 qui fut mon point de départ. En vain, hélas, puisque le paysage éditorial et médiatique, jusqu’aux attentats de janvier, fut encombré de mises en scène islamophobes, désignant nos compatriotes musulmans, dans leur diversité d’origine, de culture ou de croyance, comme les fauteurs de troubles, envahisseurs fourbes et menaçants dont il faudrait envisager rien de moins que l’expulsion de notre pays, le leur."
"Comment enseigner à notre jeunesse le respect de l’autre, la simple civilité, l’interdit de l’insulte et de l’offense vis-à-vis de l’origine, de l’apparence ou de la croyance, si notre espace public, ses médias, ses politiques, font avec complaisance la pédagogie inverse ?"
"Celle d’une transgression irresponsable, destructrice de tout idéal solidaire, de toute République commune, de toute communauté nationale ? La proclamation de la liberté d’expression, cette défense du droit à la caricature, de ses excès ironiques ou moqueurs, qui accompagne la solidarité avec Charlie Hebdo, n’implique pas que notre vie publique doive s’abaisser et s’égarer dans la détestation d’une partie de notre peuple à raison de son origine, de sa culture ou de sa religion."

"La haine ne saurait avoir l’excuse de l’humour."

"Pour les musulmans" aurait pu aussi bien s’intituler "Pour la France". C’est en effet un appel aux causes communes, à un sursaut de la société pour que toute la République soit enfin pour tous. À emprunter ce chemin d’empathie où, en marchant vers l’autre, on se trouve soi-même. À chercher ensemble cet horizon démocratique et social qui, seul, pourra chasser les nuées et les orages qui menacent. À se rassembler et s’élever collectivement autour de l’exigence d’égalité, cette égalité des droits et des possibles que l’obsession des identités voudrait ruiner, laissant place aux ravages des inégalités, des hiérarchies, des exclusions."

lettre_a_la_france_zola.jpg

''« France, réveille-toi, songe à ta gloire », lançait Émile Zola dans sa Lettre à la France de 1898 d’où j’avais extrait cette mise en garde :

«La République est envahie par les réactionnaires de tous genres, ils l’adorent d’un brusque et terrible amour, ils l’embrassent pour l’étouffer.»
Car l’auteur du si célèbre "J’accuse…" n’imaginait la République qu’en mouvement, invention et création, l’inverse des immobilismes et des conservatismes qui, trop souvent, s’en réclament, cautionnant les rejets, alimentant les peurs. Zola, ce fils d’immigré italien, s’adressait donc à son pays "''
''«Est-ce cela que tu veux, France, la mise en péril de tout ce que tu as si chèrement payé, la tolérance religieuse, la justice égale pour tous, la solidarité fraternelle de tous les citoyens ?»'

"France, à plus d’un siècle de distance, je te pose la même question."

transmission RAP
Cliquer aussi sur lien video vers : Allain Leprest - C'est peut être
defaultI.jpg
https://www.youtube.com/watch?v=6tt-PNe3meg&list=PLB343218F4689CDD3#t=37
Ainsi que ci-dessous, sur 2 commentaire__

26 avril 2012

*** LE "VRAI " TRAVAIL...en question(s) par Gérard FILOCHE metier : Inspecteur du TRAVAIL" JUSTEMENT !

Filochebandeau.jpg

Le «vrai » travail ?

Billet publié par l'auteur dans son blog le 24 avril 2012 – 9:19

Le “vrai” travail ? Celui des 600 accidents mortels, des 700 suicides, des 4500 mutilés au travail par an ? Celui des droits violés, des licenciements sans motif et des heures supp’ impayées ?

Le « vrai » travail ? Celui des maladies professionnelles, des 100 000 morts de l’amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.

Le “vrai” travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail…

Le “vrai” travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l’engin qu’il réparait, à cause de la compétition sauvage « libre et non faussée » entre Otis, Koné, Schindler et Thyssen

Le“vrai” travail ? Et les milliers d’ouvriers désamianteurs que Sarkozy laisse en ce moment mourir sans protection par refus d’un moratoire alors que de récentes études scientifiques ont découvert des nouvelles fibres cancérogénes ?

Le « vrai » travail ? Celui de l’ouvrier de 55 ans devant son marteau piqueur ? De l’instituteur de 62 ans pour sa 41e rentrée devant sa classe d’enfants ? De l’infirmière qui soigne encore à 65 ans ? De ceux pour lesquels le travail est devenu si pénible physiquement et mentalement depuis le report de l’âge de la retraite ?

Le“vrai” travail ? Celui des mini-jobs, des stages, des 800 000 emplois saisonniers, des millions d’intérims et de CDD à répétition ? Celui des millions de précaires ? « La vie, la santé, l’amour sont précaires… pourquoi le travail ne le serait-il pas? » (Parisot)

Le « vrai » travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres qui n’arrivent pas à se loger et à vivre décemment avec leurs salaires ?

Le “vrai” travail ? Celui des travailleurs handicapés exclus du dispositif retraite anticipée et pour lesquels les patrons paient une faible taxe plutôt que de les embaucher

Le « vrai » travail ? Celui du milliard d’heures supplémentaires non déclarées, non majorées, non payées attribuées à ceux qui ont un boulot au détriment de ceux qui n’en ont pas ?

Le « vrai » travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ? 85 % des temps partiels sont des femmes non qualifiées, ont elles un « vrai » travail ?

Le « vrai » travail ? Celui des jeunes à 25 % au chômage et à 80 % en CDD ?

Le « vrai » travail ? Celui des immigrés, forcés à bosser sans droits et sans papiers par des esclavagistes et marchands de sommeil bien franchouillards ?

Le « vrai » travail ? Celui des seniors licenciés, 2 sur 3 à partir de 55 ans et qui ne peuvent cotiser que 35 annuités alors que 42 sont exigés dorénavant pour une retraite décente ?

Le « vrai » travail ? Celui du partage féroce et forcé du temps de travail entre sur-travail sous-travail et sans-travail, avec des centaines de millions d’heures supplémentaires, trois millions de temps partiels à 60 % subi, cinq millions de chômeurs ?

Le « vrai » travail ? Celui des 1 à 4 millions de travailleurs du dimanche (essentiellement des femmes pauvres et précaires), des 4,3 millions qui travaillent de nuit, de ceux qui subissent des horaires postés, 3X8, 4X8, modulés, annualisés, flexibilisés au détriment de leur vie de famille ?

Le « vrai » travail ? Celui des restaurateurs dont 1 sur 4 utilisent des clandestins, non déclarés dans le fond de leur cuisine ?

Le “vrai” travail ? Celui d’exploitants agricoles qui tuent des inspecteurs du travail pour pouvoir abuser d’immigrés clandestins ? Tandis que des petits agriculteurs et ouvriers agricoles exploités par les intermédiaires et grands commerces survivent dans la misère.

Le “vrai” travail ? Celui des manœuvres, la « viande » que méprisent les contremaîtres dans les grosses entreprises de BTP ?

Le “vrai” travail contre le droit du travail ? Celui qui ne fait jamais grève, qu’on ne voit jamais manifester, qui n’est pas syndiqué, qui piétine son collègue ? Le pauvre exploité apeuré qui souffre, se tait, et approuve son patron comme une dinde qui vote pour Noël ?

Le “vrai” travail « sans statut » ? « La liberté de penser s’arrête là où commence le Code du travail » selon Mme Parisot. Et la mise à mort du statut de la Fonction publique par une « RGPP » indigne ?

Le « vrai » travail ? Pas celui des fonctionnaires, car naturellement ces gens-là ne travaillent pas… ce sont des boulets improductifs selon Sarkozy.

Le « vrai » travail… sans loi ? Celui sans état de droit dans les entreprises, sans protection des contrats, sans promotion dans les carrières, sans garantie de l’emploi ?

Le « vrai » travail sans protection sociale ? Sans salaire brut, sans cotisations, ce que Sarkozy rebaptise « charges sociales » et qu’il veut abaisser, le Medef réclamant leur suppression?

Le « vrai » travail ? Celui des conventions collectives, vieillies, foulées aux pieds par un patronat qui ne les négocient plus ?

Le “vrai” travail sans syndicat ? Mais sans syndicat, il n’y aurait rien, pas de Smic, pas de durée légale, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de code du travail

Le « vrai » travail ? Sans CHSCT, sans hygiène sécurité, sans médecine du travail renforcée et indépendante, sans inspection du travail, alors que Sarkozy a affaibli toutes ces institutions ?

Le « vrai » travail ? Celui sans délégué du personnel, sans comité d’entreprise, sans CHSCT, sans institution représentative du personnel ?

Le “vrai” travail ? à France Télécoms, des dizaines de suicides, faute inexcusable du patron de combat qui licencie, stresse, harcèle, casse.

Le “vrai” travail ? Parlons en ! Stress, risques psychosociaux, harcèlement, souffrances, suicides, chantage à l’emploi, management de combat ?Le « vrai » travail ? Celui sans justice qui remet en cause les élections prud’hommes et taxe de 35 euros ceux qui sont obligés de les saisir pour faire valoir leurs droits

Le “vrai” travail ? Les travaux les plus durs sont les plus mal payés, restauration, nettoyage, transports, entretien, industrie. Dans le bâtiment, 1,1 million bossent surexploités, maltraités, mal payés, accidentés, et meurent sans retraite.

Le « vrai » travail ? Celui des 900 000 foutus dehors par « rupture conventionnelle » de gré à gré sans motif et sans mesure sociale ?

Le « vrai » travail ? Celui soumis au chantage à l’emploi, aux licenciements sans cause réelle et sérieuse, abusifs, boursiers et incontrôlés ?

Le « vrai » travail ? Celui soumis à la spéculation de la finance, des fonds de pension cyniques et rapaces, celui des Molex, de Sea France, de Gandrange et Florange, de Continental, Freescale, de Lejaby, de Pétroplus, ou des Fonderies du Poitou, de toutes celles et ceux qui ont du se battre pour le garder ?

Le « vrai » travail ? Celui des auto-entrepreneurs, un million en théorie, la moitié en réalité, qui se font exploiter comme faux salariés, à bas prix et sans protection sociale ?

Le « vrai » travail ? Celui des fausses externalisations, de la fausse sous-traitance, du marchandage, du prêt illicite de main d’oeuvre, des marchés truqués ?

Le “vrai” travail ? Celui qui bosse dur pour survivre misérablement ou celui qui exploite dur les autres pour vivre dans des villas dorées, avec des millions d’euros cachés aux Iles Caïman ?

Le “vrai” travail ? Celui des actionnaires, des rentiers, des riches, des spéculateurs, traders ou autres banksters du Fouquet’s qui gagnent 600 SMIC par an en dormant ?

Le « vrai » travail ? Celui de Maurice Lévy patron qui se ramasse 16 millions d’euros d’argent de stocks option de poche pillés sur les richesses produites par les salariés et des patrons qui s’augmentent de 30 % par an.

Le “vrai” travail ? Qu’est ce qu’il y connaît ce cul doré de Sarkozy ? N’a jamais passé la serpillière dans une cantine ni poussé un chariot.

Et VRAIE "boulette ayant généré VRAIE polémique" en bouvle dans les réseaux sociayux... autour de la malencontreuse expression relative au "VRAI travail" vraiment évoqué par un Vrai candidat à sa vraie succession ....

Cliquer szur la VIDEO MSN ci-après :

VIDEO_vrai_travail_vraie_polemique_13qbahn21.htm

Sans commentaires... à ce niveau donc

UNE ENQUËTE S'IMPOSE ... pour le moins .

Renée Alice

La VRAIE FAUSSE AFFICHE détournée ...

vraie_afficheoriginal_48581_demi.jpg

Et la VRAIE AFFICHE du VRAI 1er MAI...

la_vraie_fausse_afficheo-PETAINFRESQUE-570.jpg

De QUOI S'Y PERDRE ...pas VRAI ? QUOI que...

17 janvier 2012

*** Où va la FRANCE ? ou... la FAILLITE d'UN SYSTEME...

Mediapart.png

Depuis sa création en mars 2008, précédée de son annonce le 2 décembre 2007, Mediapart s’est efforcé de relever ce défi lancé au journalisme par un pouvoir qui ne supporte ni son indépendance ni son impertinence. Agendas contre agendas. Informations contre communications. Révélations contre fictions. En somme, ne pas laisser le pouvoir dicter au peuple son ordre du jour. Ne pas être dupe, ne pas céder aux artifices, ne jamais cesser d’être curieux et ne jamais perdre la mémoire. De cet entêtement témoigne cet ouvrage, Finissons-en !, achèvement d’un travail commencé en janvier 2010 avec N’oubliez pas ! : le décryptage au jour le jour des faits et gestes de la présidence Sarkozy.(..)

mededwplCapture_decran_2012-01-17_a_08.14.36.png

Les journalistes devraient être interdits d’avenir.
Empêchés de prédictions, de pronostics ou de scénarios futuristes. Il suffit déjà qu’ils s’occupent avec soin du présent, lui-même encombré de passé. Qu’ils le décryptent dans ses moindres recoins, qu’ils arpentent tous ces territoires, qu’ils fouillent dans ses placards à mémoires, qu’ils révèlent ses réalités occultées, qu’ils dévoilent ses potentialités cachées. C’est à cette condition-là, à cette condition seule, qu’ils rempliront la fonction démocratique qui, socialement, les légitime : satisfaire le droit de savoir des citoyens, leur offrir toutes les informations d’intérêt public sans lesquelles ils ne pourraient contrôler ce qui est fait en leur nom, leur donner ainsi les moyens d’être libres et autonomes dans leurs choix et leurs décisions, leur permettre en somme d’assumer véritablement cette souveraineté qui, en démocratie, est théoriquement la leur.
Avec "Finissons-en!", qui sort cette semaine aux éditions Don Quichotte, Mediapart achève l'inventaire du bilan de la présidence Sarkozy commencé avec un premier tome, paru il y a deux ans. (..)

"Prendre en charge le présent, sans oublier le passé, c’est ce que n’a cessé de faire l’équipe de Mediapart face à l’hyperprésidence de Nicolas Sarkozy dont le moteur est l’oubli. Ce pouvoir a inventé la politique essuie-glaces, ce va-et-vient des agendas et des discours avec l’obsession de la survie plutôt que de la cohérence : d’une annonce à l’autre, d’une manœuvre à une mise en scène, d’un mensonge à un revirement, il s’est toujours appliqué à effacer ses propres traces, des promesses envolées d’hier au bilan désastreux d’aujourd’hui. C’est à la fois sa ruse et son talent. Ruse d’une politique sans principes qui s’attache à piéger ses adversaires en leur imposant d’incessants virements de bord, changements d’angles ou variations de thèmes. Talent d’une politique de coups qui, cherchant obsessionnellement son rebond dans l’actualité, érige la maîtrise de l’agenda médiatique en règle d’or."

il ne saurait y avoir de délibération démocratique véritable, loyale et sincère, pluraliste et inventive, si le peuple n’est pas informé largement des affaires publiques, autrement dit sans transparence sur tout ce qui est d’intérêt public.

Mais, dans notre modernité médiatique, d’abondance et d’instantanéité, de trop-plein et de temps réel, d’uniformisation marchande d’un bien démocratique qui, du coup, perd en valeur, en crédit et en rareté, l’information peut aussi bien tuer l’information : l’effacer, l’étouffer, la zapper, l’enfouir et l’égarer, voire la corrompre. D’où l’urgente nécessité d’en revenir à la jeunesse de notre métier : la nouvelle qui étonne, l’information qui fait événement, la vérité de fait qui dérange. Autrement dit créer des ruptures dans ce flux d’informations qui nous emporte sans laisser le temps de réfléchir ou de discuter, nous transformant en foule anonyme et passive plutôt qu’en public renseigné et actif.

ALORS : ne résistez ni à l'intérêt et au plaisir de retrouver l'intégralité de l'article,
Ainsi qu'EDWY PLENEL qu'on ne présente plus !
sur... les enjeux des Présidentielles ...

En cliquant sur :

ou-va-la-france-1-la-faillite-dun-systeme.htm

Renée Alice

Et par la même occasion apprenez -le aussi, MEDIATART fait FAIt AUSSI SAVOIR que :

"L’ancien patron des RG révèle l’existence d’un système d’écoutes sauvages

med_espionneCapture_decran_2012-01-19_a_12.36.43.png!!!Mediapart savait avoir été victime d’un espionnage policier sur ordre de l’Elysée. Nous l’avions écrit le 3 novembre 2010, ce qui nous avait valu une plainte de Claude Guéant (notre article “Espionnage d'Etat des journalistes : Monsieur le Président, cela vous concerne”). Puis, le bras droit de Nicolas Sarkozy a brusquement renoncé, le 30 juin 2011, par crainte du procès à venir ...
Quelques jours plus tôt, la preuve – les fameuses « fadettes » – des surveillances visant les téléphones de journalistes du Monde enquêtant sur les mêmes dossiers que Mediapart avait été apportée à la justice. Aujourd’hui, un livre d’enquête, L’Espion du Président (Robert Laffont), apporte de nouvelles révélations sur l’ampleur de cette surveillance attentatoire aux libertés fondamentales....
( http://www.mediapart.fr/journal/france/031110/espionnage-detat-des-journalistes-monsieur-le-president-cela-vous-concerne)

28 septembre 2011

*** ARTE REPORTAGE à FUKUSHIMA, 6 MOIS APRES...

images_ARTE.jpg

Fukushima : les révoltés du nucléaire :

Alors que la France prononce vingt cinq ans plus tard un non lieu général sur Tchernobyl – et les supposés mensonges sur le nuage radioactif - les Japonais décident de prendre leur destin en main. Malgré une discrétion et un fatalisme farouches, ils n'acceptent plus les mensonges d'Etat.
Tandis que les autorités nippones bloquent l'importation de tous les outils de détection de la radioactivité pour empêcher que la population s'en équipe, une poignée de Japonais se rebelle et passe à l'action.

Parmi eux, Wataru Iwata, musicien. Il n'a aucune compétence scientifique. Cet été, il est pourtant venu en France et en Allemagne se former en urgence pour apprendre à mesurer la radioactivité. Il est reparti avec plusieurs détecteurs.

Notre équipe l'a suivi dans son pays alors qu’il mène avec de nombreux autres Japonais, une campagne inédite de mesure réelle de la radioactivité tout autour de la zone d'exclusion de la centrale de Fukushima. Les résultats sont édifiants : la radioactivité est bien plus élevée que ce qu'affirment les autorités.

Les Japonais se mobilisent, interpellent le gouvernement, se rassemblent, multiplient les campagnes de mesure, et décident de dénoncer les mensonges de leurs gouvernants.

Ce reportage, aux allures de road movie dans des zones dévastées, montre que des milliers de Japonais sont exposés chaque jour à des doses radioactives très nocives.
Par ailleurs, la France, avec ses organismes indépendants comme la CRIIRAD et l'ACRO, est l'un des premiers pays à venir en aide à ces "Erin Brokovitch" du nucléaire, et réalise pour eux des analyses à distance_
INSCRIRE ARTE REPORTAGE VIDEO FUKUSHIMA en recherche GOOGLE, ou : http://videos.arte.tv/fr/videos/arte_reportage-4159042.html

de la 14ème à la 36ème minute dans le DOCUMENT ARTE

Ce document __"Japon - Criirad et autres...".

(a été transmis par Pierre FERRANDON, annécien et administrateur CRIIRAD)
Renée Alice, membre
ET A VISIONNER ABSOLUMENT :

image001.jpg

RAPPEL :

de la Soirée INFO CRIIRAD SUR LA RADIOACTIVITE - DEMAIN SOIR, JEUDI 29 SEPTEMBRE- 19 HEURES _ SALLE YVETTE MATINET, avenue des Isles ANNECY
Avant , Formation CRIIRAD sur RADIO PROTECTION programmée le SAMEDI 5 NOVEMBRE, à ANNECY également.

Précisions à ce sujet en fin de billet "TU n'AS RIEN VU A FUKUSHIMA "...

tract_annecy_05-11CRIIRAD

03 septembre 2011

*** ANNECY 2018 : DES COMPTES à RENDRE ... et.REVUE de PRESSE ANTI QUI EN DIT LONG !

L'article du DL y annonçant "l'expertise indépendante" chargée d'analyser les raisons de l'échec de la candidature Annecy 2018 : Où l'on apprend de la bouche de Mme. Jouanno ministre des sports, que la décision initiale de se lancer avait été une erreu, allant jusqu'à parler d'un dossier élaboré "au doigt mouillé"... CQFD...

http://www.comiteantiolympiqueannecy.com/revue-de-presse/les-jo-dans-la-presse/

Pierre NENNY CONCLUANT L'AVENTURE à sa façon inimitable ...

JO_2018_EPILOGUE.jpg

Dans un dessin intitulé EPILOGUE...
Paru dans LE FAUCIGNY "CHRONIQUES des PAYS de SAVOIE", l'Hebdo Haut Savoyard qui sans pour autant tirer sur l'ambulance.. aura LUI AUSSI mais surtout EN TEMPS UTILE, largement MIS EN GARDE CONTRE la vanité et les périls d'embrasser plus haut qu'on est capable d'étreindre !
.

Renée Alice

Et pour mémoire :

SOUVENIR... SOUVENIR...

Retrouver en blog RAP ou par :

<http://www.vimeo.com/8676206 /

Un EXCELLENT VIDEO- REPORTAGE réalisé par MiKaël CHAMBRU pour "LA VOIX des ALLOBROGES" et une ACTION vigoureuse des anti-jo (au CONSEIL REGIONAL a Charbonnieres) pour protester CONTRE leS 2?,5 MILLIONS D'EUROS débloqués à la légère... et dans l'objectif de surfer électoralement sur une pseudo "vague" alors présumée porteuse ! des JO...

Et quoi qu'il en soit, un DOCUMENT d'archive certes ... mais des ARGUMENTS AUJOURD'HUI  ENCORE de TOUTE actualité !   

- page 1 de 2